Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

350 000 clandestins Algériens en France : le droit du sol fera le reste

Fabrice Madouas, rédacteur en chef à Valeurs actuelles, n’a pas laissé passer une information aussi explosive :

« L’ambassadeur de France à Alger le confirme : 350 000 sans-papiers algériens ».

L’information est passée presque inaperçue en France, mais pas en Algérie. C’est le quotidien El Watan qui l’a publiée dans son édition du 11 juin. Ce “quotidien indépendant” rapporte les propos tenus par l’ambassadeur français, Bernard Bajolet, « lors d’une rencontre informelle avec la presse » : « Évoquant la question des sans-papiers, il a précisé qu’environ 350 000 Algériens vivent actuellement en situation irrégulière en France ». Si elle était confirmée, cette précision devrait faire l’effet d’une bombe, car les estimations officielles sont très éloignées de ces chiffres. Dans un rapport du Sénat publié l’an dernier, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, jugeait qu’il y avait « entre 200 000 et 400 000 » immigrés clandestins en tout dans notre pays. Mais si notre ambassadeur dit vrai (350 000 sans-papiers algériens), il y a fort à parier que le nombre total de clandestins est considérablement plus élevé : 500 000 ? 700 000 ?

(lire la suite sur le blog de Fabrice Madouas)

Observatoire de l'islamisation

colonisation musulmane de l’Europe : l’islamologue Bernard Lewis constate

« Les immigrants musulmans présentent quelques caractéristiques claires : ils font preuve d’une ferveur et d’une conviction qui se sont grandement affaiblis dans la plupart des pays occidentaux, voire qui leur font carrément défaut. Ils sont convaincus que leur cause est juste, alors que nous passons beaucoup de temps à nous avilir. Loyauté et discipline les caractérisent, et, le plus important peut-être, ils ont la démographie de leur côté. L’accroissement naturel allié à l’immigration, qui entraîne de grands bouleversements dans la structure de la population, pourrait conduire dans un avenir proche à la constitution de majorités musulmanes dans quelques villes européennes, voire dans des pays entiers. Mais les démocrates occidentaux ont également quelques atouts, dont les plus importants sont le savoir et la liberté. »

(source : Bernard Lewis, islamologue de renommée mondiale, de nationalité américaine et israélienne, dans « Die Welt » du 18/04/07.)

Observatoire de l'islamisation

« Bon » taux de natalité en France : l’envers du triomphalisme

L’INSEE, en janvier 2007, a salué par un communiqué triomphal le taux de fécondité français de 2006. Et le 22 mars 2007 une étude de l’INED a affirmé que les naissances étrangères ne contribuaient qu’à hauteur de 0,1 % au relèvement de la fécondité en France. Les démographes de l’Institut de géopolitique des populations ont une vision sensiblement différente.

Lire la suite sur le site de la Fondation Polémia.

Observatoire de l'islamisation

Nicolas Sarkozy naturalise les femmes voilées

Mercredi 11 avril, Nicolas Sarkozy s’est rendu à la marie UMP de Villepinte pour concélébrer une « cérémonie d’entrée dans la Nationalité Française ». L’UMP a durant les 5 dernières années, accéléré le nombre de naturalisations. En 2003 144 640 personnes ont été naturalisées, en 2005, 150 000…le Ministère de l’Intérieur rapporte que 49% des personnes concernées proviennent des trois pays du Maghreb.

Nicolas Sarkozy lança aux nouveaux « français » que « C’est dans cette famille, cette famille la France, qui accueillit jadis mon grand-père et mon père que je vous accueille à mon tour ». Les français seraient-ils d’accord si on les consultait à ce que des femmes arabes musulmanes traditionnistes rentrassent au sein de la famille France ? Rien n’est moins sûr.

50% des mosquées en Grande Bretagne sont contrôlées par les Déoband (Times)

Dépêche AFP du 07/09/2007 (extrait) 

    “Près de la moitié des mosquées de Grande-Bretagne sont gérées par une secte radicale de l’islam sunnite, dont le chef spirituel au Royaume-Uni appelle les musulmans à “verser le sang” au nom de la religion, a indiqué le Times dans son édition d’aujourd’hui. Citant une copie d’un rapport de police, le quotidien précise que plus de 600 des 1.350 mosquées britanniques sont gérées par la secte Deobandi, mouvement fondamentaliste présent notamment en Afghanistan et au Pakistan et qui prêche un islam délivré de l’influence « amorale » de l’Occident ».

Pour en savoir plus sur Riyadh ul Haq, leader des deoband en GB, cliquer ici pour une biographie, et ici pour des extraits de prêches.

Connaitre l’Islam enseigné par le juge Muhammad Taqi Usmani, un des plus éminents de l’école déobandi (courant de l’Islam sunnite majoritaire au Pakistan et donc en Angleterre et non simple « secte » déviante  comme le sous entend l’AFP)

Observatoire de l'islamisation

France-Algérie : la drôle de paix

Officiellement la guerre est terminée depuis 40 ans et les échanges commerciaux, universitaires, diplomatiques ont repris. Qui ne souhaiterait pas l’apaisement ? En 2003, on alla jusqu’à fêter l’année de l’Algérie en France, célébrant la volonté de rapprochement voulue par Paris par des manifestations culturelles. En Algérie, par contre, fêter la France est loin d’être d’actualité. Sous les décors d’une amitié de façade reposant sur des nécessités économiques, continuent les « opérations psychologiques » de la guerre sous forme d’accusations, de calomnies, de manipulations historiques rendant une image de la France haïssable auprès des jeunes immigrés d’origine algérienne. En Algérie, les jeunes apprennent une version de la colonisation et de la guerre d’Algérie formatée et tronquée par le FLN, qui se lave de tout crime, de toute bavure, cela n’existant bien sûr que du côté français. La méthode fonctionne bien, le ressentiment couve et entretient toute une jeunesse dans un passé fantasmé, débouchant sur sentiment de revanche envers les Harkis et la société française.

Observatoire de l'islamisation

Les chrétiens d’Algérie : entre dhimmitude et clandestinité

Petit rappel historique

Les premières communautés chrétiennes sont recensées en Afrique du nord à partir du II ème siècle. C’est à la même période que naît le siège épiscopal d’Alger, soit trois siècles avant la naissance de Mahomet. Au IV ème siècle, Saint Augustin natif Thagaste (est de l’Algérie) va devenir l’un des Pères de l’Eglise les plus fameux. Ordonné prêtre à Hippone (Bône) par l’évêque Valérien, il est l’étendard des convertis Algériens aujourd’hui. Méconnue est l’existence du pape d’origine kabyle Saint Gélase qui accéda à la chaise de Pierre en mars 492. L’invasion musulmane dans ce qui s’appelle aujourd’hui l’Algérie commence en 647. L’artisan de la conquête du Maghreb fut ibn Nazih, qui après Carthage (707) et Tripoli, atteint l’Atlantique après avoir forcé la résistance héroïque des peuples berbères menée par la prophétesse Kahéna, écrasée en 708 dans les défilés de l’Atlas. En 770, la dynastie idrisside qui contrôle toute l’Afrique du nord annonce clairement ses buts : détruire l’église catholique.

Les dernières communautés chrétiennes berbères s’éteignent à la fin du 11ème siècle. Quelques années plus tard, (1125) les Almohades imposent un ordre islamique radical. Saint François d’Assise, bouleversé par la situation des Chrétiens en Afrique du nord, s’y rend en 1213 avec la volonté de convertir les Mahométans, mais la maladie l’empêche bientôt de continuer sa tâche. Dans son sillage les prêtres Brérard, Pierre, Othon et deux frères arrivent dans l’actuel Maroc en 1220 mais sont aussitôt arrêtés et torturés. Ils initieront une longue série de Martyrs, les dominicains, dont Saint Raymond de Penafort et Saint Pierre Nolasque, le Bienheureux Raymond Lulle paieront un lourd tribut.

Les derniers esclaves chrétiens seront libérés par l’Amiral anglais Exmouth, qui réussi par une attaque surprise d’Alger (1816) à libérer plus de 1000 esclaves, avant que la présence française mette définitivement fin aux razzias et à l’esclavagisme (Alger compta jusqu’à 30 000 esclaves chrétiens selon l’historien Pierre Goinard); Pour plus d’informations, lire le livre de Lucien Oulahbib « les Berbères et le christianisme »

Observatoire de l'islamisation

L’immigration selon l’OCDE

Philippe Bourcier de Carbon, chercheur à l’Institut national d’études démographiques, l’Ined, décrypte les données méconnues de l’OCDE en matière de flux migratoires :

« Méconnues des opinions publiques, les données de l’OCDE montrent que l’Union européenne, depuis 1992, accueille chaque année plus de résidents permanents étrangers en situation régulière que les États-Unis et le Canada réunis (2,8 millions en 2004 dans l’Union à vingt-cinq avec la Norvège et la Suisse, contre 1,18 million) et reçoit près de quatre fois plus de demandeurs d’asile (470 000 en 2002 contre 243 000 pour l’Amérique du Nord en 2003). En France, l’ensemble des entrées permanentes régulières en provenance des seuls pays d’Afrique, du Maghreb et de Turquie (120 000 en 2005), devient chaque année de plus en plus majoritaire parmi les entrées étrangères. Cette immigration croissante en provenance de pays d’aires culturelles éloignées des fondamentaux de la culture européenne est à l’origine de la constitution de communautés culturelles de fait dans les pays européens »

Lire la suite sur Valeursactuelles.com

Observatoire de l'islamisation

L’Europe bientôt en Tchador

Source : revue de presse du Mouvement Pour la France.

Dans son édition du 1er février, Courrier International reprend, sous un titre on ne peut plus explicite « L’Europe bientôt en tchador », quelques extraits d’un « article hallucinant du quotidien de droite israélien [Jerusalem Post] sur la poussée démographique des musulmans en Europe et ses conséquences néfastes pour les Etats-Unis, Israël et les Juifs ». Et cela commence fort :

« Si jamais vous vouliez voir Paris ou Rome avant de mourir, et que vous n’en avez pas encore eu l’occasion, vous feriez peut-être bien de vous hâter. Car, bientôt, l’essentiel de ce que nous considérons aujourd’hui comme l’Europe occidentale se sera transformé en une branche du monde musulman. C’est en tout cas la conclusion déplaisante, mais absolument inévitable qu’il faut tirer de la dégringolade démographique qui entraîne l’Europe vers le néant ».

Et pour justifier cette constatation, le quotidien de citer le récent rapport de la Rand Corporation (un think-tank américain) : « dans toute l’Europe, les taux de natalité sont en chute libre et la taille des familles se réduit. Le taux de fertilité total est aujourd’hui de moins de deux enfants par femme dans chaque Etat membre de l’Union européenne ». Or, selon les démographes, « pour que la population d’une société demeure stable, son seuil de remplacement implique un taux de natalité de 2,1 enfants par famille », « tout chiffre inférieur est synonyme de déclin et de dissolution ». Même le Conseil de l’Europe a lancé un avertissement en déclarant en 2004 dans son « livre blanc de la démographie » que « dans toute l’Europe, il y a eu plus de décès que de naissances pour l’année 2003 ». Et le quotidien de citer l’éditorialiste canadien Mark Steyn qui souligne dans son nouveau livre, America Alone (L’Amérique seule) :

« Quel est le pourcentage de la population musulmane de Rotterdam ? 40%. Quel est le prénom masculin le plus répandu en Belgique ? Mohammed. A Amsterdam ? Mohammed. A Malmö, en Suède ? Mohammed ».

Et même The Daily Telegraph de Londres rapportait en décembre 2006 que « Mohammed et son autre graphie la plus courante, Muhammad, sont désormais des prénoms de bébés plus populaires en Angleterre et au pays de Galles que Georges ». Car, comme le relève le quotidien, « si les Européens sont actifs partout sauf au lit, les populations musulmanes qui vivent en leur sein se montrent beaucoup plus prolifiques ». Or d’après des « projections réalisées par le National Intelligence Council du gouvernement américain, la population musulmane du continent, actuellement de 20 millions, aura probablement doublé d’ici à 2025 ». Le quotidien note qu’une «

Europe de plus en plus islamisée sera de plus en plus hostile à Israël et aux Etats-Unis »

et que

« même si les gouvernements européens parvenaient à inverser la tendance, ce qui semble fort peu probable, il faudrait des années avant que le changement ne soit perceptible. Or, en attendant, l’influence politique musulmane continuera de se développer et de s’étendre, et les dirigeants européens ne pourront que difficilement faire abstraction des exigences de la communauté ».

Et de conclure :

« Par conséquent, si vous voulez vraiment voir la tour Eiffel de près, je vous conseille de ne pas trop tarder. Le temps de dire ouf, et elle pourrait bien avoir été transformée en minaret »…

Une analyse qui rejoint ce que dénonce Philippe de Villiers :

non seulement, il a préconisé de longue date de mettre en place une vraie politique familiale, qui aurait eu pour conséquence de relancer la natalité ; mais de plus, il met en garde contre « l’islamisation » de la France, prônant une immigration zéro et une politique généreuse de co-développement des pays les plus pauvres.

Observatoire de l'islamisation

Deux démographes pour un constat : une substitution de population

La démographe Michèle Tribalat, dans le numéro de janvier de la Revue générale de stratégie, dresse un constat alarmant. Pour la Seine-Saint-Denis, Tribalat remarque que « la conjonction d’une formidable croissance de la jeunesse d’origine étrangère et d’un recul de celle d’origine française dessine un processus de substitution démographique qui marque d’ailleurs Paris et l’ensemble de la petite couronne ».

La démographe, s’appuyant sur des chiffres officiels de 1999 (qui ont augmenté depuis), estime que ce changement de population gagne de nombreuses villes ou arrondissements et crée des « phénomènes de sécession territoriale ». Ces concentrations ethniques, surtout issues de pays musulmans, « risquent de déboucher sur des enclaves où pourraient apparaître des revendications politiques d’un droit dérogatoire sur base ethnico-religieuse et, plus généralement, sur la formulation d’exigence de conformité visant l’ensemble de la société française ».

Samedi 27 janvier dans Soir 3, François Héran, le directeur de l’Institut National d’Etudes Démographiques a annoncé le remplacement à terme de la population française par une population d’immigrés. Morceaux choisis :

« on ne peut pas prévoir l’immigration de demain (mais) la place de l’immigration sera plus importante que maintenant  »  » il y aura de plus en plus de décès, et il y aura moins de naissances car il y aura moins de femmes en âge d’avoir des enfants, du coup le solde naturel énorme, le record qu’on vient de battre, 300000 naissances de plus que de décès, va fondre, va disparaître, et l’immigration sans le vouloir, sera en première ligne de la croissance de la population française. Je trouve que le débat politique ne nous prépare pas du tout à cette idée. »

Mr. Héran s’est élevé contre l’idée que

« l’immigration pourrait devenir secondaire dans la croissance de la population française, par exemple en privilégiant une immigration choisie au lieu d’une immigration subie. Cela ne marche pas, car l’immigration familiale, l’immigration d’asile restent très importantes, qui accompagnent l’immigration de travail même sélectionnée. »

« Le brassage va continuer, ce n’est pas que je sois pour ou contre, c’est une question objective : l’immigration deviendra le premier moteur de croissance, alors forcément le brassage va progresser, et rien ne l’arrêtera, donc il vaut mieux s’y préparer que d’essayer de nier la réalité. »

« le débat politique n’envisage pas du tout ce qui va se passer d’ici une génération, ce qui me frappe beaucoup dans l’ensemble du débat politique, c’est qu’il est assez myope de ce point de vue là. Le rôle du démographe n’est pas du tout d’interpeller les candidats ou de commenter l’élection présidentielle, mais c’est d’essayer de faire en sorte que le regard puisse se porter plus loin, et essayer de faire en sorte qu’on puisse prendre en compte les données démographiques de base, les grandes lames de fond qui définissent la dynamique de la population. »