Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

« La haine antichrétienne est souvent enseignée » (France-Soir)

Extrait de la chronique d’Alexandre del Valle intitulé « Bilan 2010 terrible pour les Chrétiens d’Orient » paru dans France-Soir du 3 janvier :

(…)

Bien qu’installés en Égypte avant les conquérants arabo-musulmans, les Coptes, héritiers de l’ancienne civilisation pharaonique, sont accusés d’être des « complices de l’Occident judéo-croisé ». Leur présence est un reproche vivant car elle prouve que le Moyen-Orient n’a pas toujours été islamique. Et ce n’est hélas pas la première fois qu’ils sont pris pour cibles. Leur situation s’est détériorée depuis les années 1950, marquées par des violences xénophobes qui aboutirent à l’exil des juifs égyptiens et des chrétiens européens. Ces violences se sont accentuées depuis les années 1980 à l’instigation des groupes islamistes dissidents des Frères musulmans comme le Gamaà. De l’Irak au Nigeria, en passant par l’Égypte, les persécutions de chrétiens sont le fruit d’un enseignement de la haine banalisée dans les discours politiques, les médias et les universités islamiques, telle la prestigieuse Al-Azhar en Égypte. Jadis siège d’une pensée en évolution portée par le cheikh Abd Al-Razeq, Al-Azhar a été gangrenée depuis les années 1930 par les fanatiques qui y enseignent, comme en Arabie saoudite, que les chrétiens sont des « associationnistes » (mushrikun) qui « mangent Dieu » (hostie) et l’insultent en affirmant que Jésus est son fils. Mais au lieu de combattre cette haine qui ronge leurs sociétés comme jadis l’idéologie antisémite a rongé l’Europe, les dirigeants musulmans fuient leurs responsabilités en incriminant une « main étrangère », comme l’a fait samedi le président égyptien, Hosni Moubarak.
« Islamophobie » et haine antichrétienne

Pourtant, comme durant le Noël copte passé (7 janvier 2010), où 7 chrétiens furent tués dans une église, les meurtriers sont bien des fanatiques égyptiens et pas des « étrangers ». L’appel du pape Benoît XVI, qui a demandé aux dirigeants du monde de défendre les chrétiens, est plus actuel que jamais. N’est-ce pas en effet à nos dirigeants, si prompts à dénoncer « l’islamophobie », d’exiger une condamnation de la « christianophobie » dans les pays islamiques où les lois discriminent les chrétiens ? Au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, l’année 2010 a été marquée par la condamnation, le 25 mars, de « l’islamophobie » et du « profilage ethnique et religieux » des musulmans en Europe, puis de l’interdiction des minarets en Suisse. Or, en Europe, les musulmans sont libres de prier et de construire des mosquées. Aucune violence contre eux n’est encouragée ou impunie, tandis que dans les pays musulmans, la haine antichrétienne est souvent enseignée et appliquée. Rappelons que l’un des derniers pogroms de chrétiens en Égypte, en mars 2010, fut perpétré contre des ouvriers coptes accusés de construire une église, acte interdit par la loi sauf exception rarissime…

Lire l’intégralité

Observatoire de l'islamisation

Égypte : les « experts » incompétents des médias français

Interviewé dans Le Monde, Jean-Noël Ferrié, docteur en sciences politiques et directeur de recherche au CNRS, revient sur la situation des coptes d’Égypte et le contexte politique de cet attentat :

« ce serait une erreur de dire que les autorités égyptiennes négligent la menace qui pèse sur les coptes et la menace terroriste en général : le gouvernement est au contraire très attentif à la lutte contre le terrorisme et à ce qui peut arriver aux coptes. (…)Certains coptes ont tendance à parler de persécution. Mais il n’y a pas de menaces de ce type en Égypte sur les coptes venant des autres Égyptiens, et les musulmans d’Égypte sont unanimes pour condamner cet attentat. Il ne faut pas imaginer une minorité copte avec une majorité musulmane hostile : ce n’est pas une communauté persécutée »

Cette communauté ne serait pas persécutée ? Pour quelqu’un qui comme moi lit la presse anglophone Copte depuis 10 ans pour être au courant de ce que la presse française ne traite pas, qui a noué des relations avec des religieux sur le terrain, c’est incroyable de lire de telles absurdités. La police égyptienne elle même n’hésite pas à persécuter les Coptes pour les moindres raisons fallacieuses, les attaques de monastères et d’églises, de commerces chrétiens sont mensuels voire hebdomadaires depuis des années !

– Sobhy Gress, secrétaire général de l’association Solidarité Coptes Internationale pointe lui clairement l’attitude du laissez-faire du gouvernement égyptien, voir un compte rendu de sa toute récente conférence sur la tragédie.

Voir un échantillon de persécutions ignobles que j’avais recensé pour la seule année 2007.

– Voir le très lourd dossier sur les dernières années de Bicouac-ID

– Lire la synthèse de cette situation catastrophique sur Aide à l’Église en Détresse

Le ponpon revient à Odon Vallet qui dans Le Point fait un parallèle assez particulier que même Tariq Ramadan aurait trouvé too much :

« Il existe une « christianophobie » dans ces pays, comme il y a de « l’islamophobie » en Europe. Le radicalisme religieux vaut dans les deux sens. Depuis le 11-Septembre 2001, le durcissement entre religions prédomine, et la crise économique accroît ce phénomène. »

source

La tragédie des Coptes

Reuters – 3.01.2011 :

La colère. Devant la cathédrale Saint-Marc du Caire, plusieurs centaines de jeunes chrétiens coptes d’Égypte s’étaient rassemblés dimanche pour témoigner de leur indignation après l’attentat meurtrier qui a endeuillé cette communauté dans la nuit du Nouvel An, vendredi soir. Selon le dernier bilan, l’attentat a fait 21 morts et 97 blessés et rien ne pouvait calmer la foule. « Êtes-vous avec nous ou contre nous ?, scandaient les manifestants devant les forces de l’ordre. Révolution, révolution en Égypte, dans toutes les églises d’Égypte ». Malgré un important cordon de sécurité devant l’édifice religieux, en dépit des appels au calme lancés par les autorités religieuses, des jeunes chrétiens ont affronté les forces de l’ordre jusqu’à tard dans la nuit. Le ministre de l’Intérieur a notamment été pris pour cible par des jets de pierre alors qu’il venait présenter ses condoléances. « Où êtes-vous lorsqu’ils tuent nos frères sous vos yeux », ont questionné les manifestants.

Lire la dépêche intégrale

Consulter le dossier très lourd des persécutions anti-Coptes des dernières années sur Bivouac-ID


L’appel des Coptes à Paris, 6 décembre 2009 par joachimv

Le célèbre télé-prédicateur Amr Khaled appelle à « infiltrer » l’Europe

La volonté de conquête de l’Europe par la « propagande » et l »infiltration » est clairement évoquée par un des plus grands leaders d’opinion des masses musulmanes dans le monde. Amr Khaled, inconnu du grand public européen, est pourtant une star des foyers musulmans qui ont leur parabole orientée vers la méditerranée, selon sa biographie Wikipedia :

Amr Mahmoud Helmi Khaled (عمرو محمود حلمي خالد) (né le 5 septembre 1967) est un prédicateur musulman de nationalité égyptienne. C’est l’un des plus célèbres télé-prédicateurs du monde arabe, dont la popularité ne cesse d’augmenter. Le 30 avril 2006, le New York Times l’a élu comme le télé-évangéliste musulman le plus célèbre et le plus influent du monde. (…)Par son discours, Amr Khaled vise principalement les musulmans âgés de 15 à 35 ans, issus de la classe moyenne. Selon lui, cette couche de la société est la plus capable de faire du monde musulman un monde meilleur. Il vise également les femmes, les jeunes et les riches. Il est apprécié pour parler en arabe dialectal et pour avoir une approche sympathique, créative et amicale avec son public.(…) Le 30 mai 2004, le quotidien britannique, le Sunday Times affirme que Andrew Turnbull, secrétaire du cabinet du premier ministre Tony Blair, a demandé à Amr Khaled de conseiller le gouvernement britannique sur les relations que doit avoir l’État avec ses citoyens musulmans. Lire la suite sur Wikipedia.

L’homme est communément décrit comme un modéré au prétexte qu’il condamne l’extrémisme de Ben Laden et qu’il veut la « paix » avec les non musulmans (la pax islamica a une signification bien particulière: l’exigence du respect total envers Mahomet et l’ordre islamique est un préalable). Sa finesse le conduit évidemment à rejeter toute confrontation frontale avec les Européens. Mais son objectif profond est évidemment l’implantation puis la conquête de l’Europe ainsi qu’il l’énonce dans cet extrait.

mosquee

Un nouveau minaret algérien dans le Nord : avec vos impôts !

Addendum du 24.11 : Le journaliste Yves Daoudal rapporte qu’ « à la pose de la première pierre, il y avait le député de la circonscription, Thierry Lazaro, UMP, qui a promis de donner de l’argent, de sa réserve parlementaire, « pour la partie culturelle »…Car, comme l’a dit Abdelkader Aoussedj,le président régional de la fédération de la Grande Mosquée de Paris, « une mosquée qui ne dispose pas d’un volet culturel, pour moi, c’est une grande salle de prières, pas une mosquée. » » (source Daoudal Hebdo semaine 47)

La mosquée s’appelle Khalid ibn Walid, (mort en 642), Compagnon de Mahomet, commandant en chef des armées islamiques. Ibn Walid a dirigé les opérations militaires lors de la prise de Hira en Irak (633), de la bataille de Ajnadayn (634) et Yarmouk (636) contre les positions Byzantines.

Lu dans la Voix du Nord du 13 novembre :

Ahmed Zirar président de l’association islamique :

« À côté du cultuel, nous avons développé l’activité culturelle : nous recevons de plus en plus d’enfants qui viennent en cours, que ce soit pour l’enseignement du Coran et l’arabe littéraire, pour lesquels le gouvernement algérien met des enseignants à notre disposition. Ou, simplement, l’aide aux devoirs, le soutien scolaire, etc. Et cet aspect culturel prendra encore plus de place dans la prochaine construction. » Comment se présentera la nouvelle mosquée ? « Ce sera un bâtiment de deux étages avec un minaret haut de 15,7 m, la loi limitant la hauteur à 16 mètres. Au rez-de-chaussée, on trouvera une grande salle de prière, des locaux pour les cours, la bibliothèque, un site informatique, un petit musée. À l’étage, on prévoit une partie administrative, une salle de réunion, un espace pour la détente et la rencontre… Mais, pour l’instant, tout est modulable à l’intérieur en fonction des besoins. Le bâtiment aura une superficie de 765 m² au sol, soit près de 1 400 m² au total, et permettra d’accueillir 1 260 personnes. »

Lire la suite

Charia au Royaume-Uni: 45 écoles islamiques épinglées (rediff)

Addendum du 23.11.2010 : Le président de l’Islamic Human Rights Commission accuse le programme “Panorama” de la BBC qui a révélé l’existence de ces manuels “éducatifs”,  de créer des  clivages en se focalisant sur une sélection d’écoles musulmanes qui auraient prôné l’antisémitisme. (Source)

Après un rapport d’expert de 2008 ayant relevé que 60% des écoles musulmanes ont des enseignements criminels, après la révélation par le Times que la moitié des mosquées anglaises sont « Déobandies », la même tendance que les Talibans, une nouvelle enquête discrédite encore la vision d’un islam fondamentalement modéré…Lire la suite

Police

Algérie : Procès de 8 non-jeûneurs

Huit personnes doivent comparaître ce lundi 8 novembre devant le tribunal correctionnel d’Akbou, près de Béjaïa (250 km à l’est d’Alger), en Kabylie, pour n’avoir pas jeûné durant le ramadan, a indiqué dimanche à l’AFP un de leurs avocats Me Abderrezak Ammar-Khodja

Les prévenus, de confession musulmane, avaient été interpellés fin août par la police dans la localité d’Ouzellaguen, à une dizaine de km d’Akbou, alors qu’ils buvaient du café dans un local commercial fermé, a-t-il ajouté.

Déférés devant le justice, ils ont été inculpés d’atteinte aux “préceptes de l’islam”. Sept d’entre eux ont été remis en liberté tandis que le huitième, le propriétaire du local, avait été placé en détention provisoire avant d’être libéré le 6 septembre, selon Me Ammar-Khodja.

Plusieurs procès ont été intentés ces derniers mois contre des Algériens poursuivis pour “non-respect des préceptes de l’islam”, notamment contre des convertis au christianisme.

Mi-octobre, un jeune a écopé de deux ans de prison ferme et de 100.000 dinars (1.000 euros environ) d’amende pour n’avoir pas jeûné fin août durant le ramadan à Oum El Bouagui, à quelque 500 km au sud-est d’Alger, selon la presse algérienne.

Deux chrétiens non jeûneurs avaient été relaxés le 5 octobre à Ain el Hammam dans l’est algérien alors que le procureur avait requis trois ans de prison ferme. Un juge de ce tribunal kabyle avait prononcé un non-lieu car “aucun article (de loi) ne prévoit de poursuite” dans le cas de non respect du jeûne durant le ramadan.

Un procès est prévu le 28 novembre contre quatre convertis au protestantisme poursuivis pour “ouverture illégale d’un lieu de culte” à Larbaâ Nath Irathen, près de Tizi Ouzou, en Kabylie.

Lire la suite

L’Union Européenne simplifie l’octroi de visas Schengen

AFP
30/03/2010 | Mise à jour : 15:52 (extrait)
             
  L’Union européenne va simplifier et accélérer les procédures pour la délivrance des visas de courte durée dans l’espace Schengen à partir du 5 avril afin de gommer l’image de « l’Europe forteresse » véhiculée par les refus arbitraires opposés aux demandeurs. « Les conditions de délivrances deviendront plus claires, plus précises, plus transparentes et plus équitables« , a assuré mardi dans un communiqué la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström.

Le code concerne les visas de courte durée, trois mois maximum sur une période de six mois. Plus de 10 millions de visas Schengen ont été délivrés en 2008, dont 1,7 pour l’Allemagne, 1,7 pour la France et 1,2 pour l’Italie. « Les demandes restent traitées par les consulats des Etats membres », a souligné un responsable de la Commission.

« Par le passé, ce n’était pas toujours très convivial. Il fallait attendre deux mois pour connaître la décision et aucune explication n’était fournie aux refus, ce qui générait une certaine frustration et donnait à l’UE une mauvaise image d’+Europe forteresse+ », a-t-il reconnu. Lire la suite de la dépêche.

                 
Selon les observateurs, la majorité des titulaires de visas restent sur le territoire après l’expiration de leur sésame. Ainsi, la délivrance de visas est la première source d’immigration clandestine, ce bien avant les médiatiques bateaux d’infortune…
Observatoire de l'islamisation

Turquie / L’État-Taqiya

Par Michel Gurfinkel.

La taqiya est une réalité, en Turquie et ailleurs. Savoir la déjouer constitue aujourd’hui une priorité absolue pour les pays fidèles à la tradition démocratique occidentale.

La taqiya ou « dissimulation » est une pratique couramment admise dans le monde islamique. Elle consiste à tromper l’adversaire non-musulman quand celui-ci est en position de force, soit en lui cachant que l’on est musulman, soit en lui mentant sur les intentions qu’on nourrit à son égard.

Cette pratique se fonde sur un passage du Coran (sourate III, verset 28), qui enjoint aux musulmans de ne pas cultiver l’amitié des non-musulmans mais au contraire d’user de « précautions » à leur égard. L’exégète et chroniqueur iranien sunnite At-Tabari, qui vécut au IXe siècle et au début du Xe siècle, l’interprète de la façon suivante : « Si vous, musulmans, vivez sous l’autorité des non-musulmans et craignez pour votre vie, protestez en paroles de votre loyauté à leur égard tout en les haïssant en pensée. » Ibn al-Arabi, un théologien et mystique andalou des XIIe et XIIIe siècles, et Al-Qurtubi, un juriste hispano-égyptien du XIIIe siècle, sunnites tous les deux, autorisent les musulmans « opprimés » à feindre « provisoirement » une conversion à une religion non-musulmane et si nécessaire à exécuter des rites ou des actes que le Coran tient pour criminels. La plupart des autorités musulmanes, jusqu’à ce jour, regardent en outre le recours à la ruse et à la trahison en tant de guerre comme une forme légitime de taqiya, à laquelle le Prophète lui-même a recouru : une affirmation qui prend tout son sens quand on sait que, selon l’islam, toutes les relations entre musulmans et non-musulmans relèvent a priori de la guerre, du moins tant que les seconds n’auront pas fait acte de soumission envers les premiers et accepté de payer la jiziya, ou « capitation ».

Mais la taqiya a été également invoquée dans les conflits entre musulmans : le camp musulman ennemi étant considéré comme « hérétique » et donc assimilé au monde non-musulman. Partout où ils ont été minoritaires, les chiites et les kharéjites ont recouru à la taqiya pour échapper aux persécutions sunnites. Les sunnites ont fait de même quand ils étaient minoritaires face à une majorité chiite. Au XXe siècle, enfin, les sunnites comme les chiites ont pratiqué la taqiya face à des pouvoirs antireligieux : les régimes communistes en URSS, en Chine, en Albanie ou en Afghanistan ; mais aussi des régimes où l’État, sans combattre l’islam en tant que tel, a prétendu imposer un mode de vie moderne, donc partiellement ou totalement laïque.

Lire la suite sur le site de Gurfinkel.

Chypre côté turc