Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Allemagne: 160 réfugiés chrétiens se plaignent des intimidations musulmanes

330hfv6Lu dans Christianophobie Hebdo :

« Des chrétiens qui ont fui leurs pays musulmans à cause de la persécution qui y règne, se retrouvent de nouveau persécutés par des musulmans dans un pays autrefois chrétien où ils ont cru trouver refuge !

Les centres pour réfugiés en Allemagne n’offrent pas une protection adéquate aux membres des religions minoritaires, particulièrement aux convertis de l’islam au christianisme selon une étude publiée lundi [9 mai] par l’organisation chrétienne Open Doors Deutschland.

Un rapport de cette organisation missionnaire internationale, mise sur pied pour aider les chrétiens persécutés dans le monde entier, déclare que la moitié des 231 réfugiés chrétiens interrogés dans cette enquête signalent être désavantagés ou subir des intimidations de la part des migrants musulmans ou des gardiens de ce centre.

La très grande majorité des migrants qui ont participé à cette enquête, provient d’Afghanistan ou d’Iran. Un pasteur protestant de Berlin a déclaré que des réfugiés chrétiens avaient été menacés pour avoir refusé de participer à une prière musulmane organisée par d’autres migrants. L’organisation chrétienne a proposé aux autorités allemandes de rassembler dans des centres spéciaux et en groupes importants les chrétiens, Yézidis et autres non musulmans. »

Rappel: France 5 avait évoqué le problème :

3 églises incendiées en Tanzanie depuis le début de l’année

(Agence Fides 09/05/2016)

Dar es Salaam (Agence Fides) – Une église catholique a été incendiée dans le nord-ouest de la Tanzanie. Il s’agit de l’église de Nyarwele, sise dans la région de Kagera, dans l’extrême nord-ouest du pays, à la frontière avec l’Ouganda, le Burundi et le Rwanda.
Selon des nouvelles qui ne sont parvenues que maintenant à l’Agence Fides, le fait remonte au 2 mai. Selon les témoins, les flammes ont détruit entre autre des documents de la Paroisse, des chaises, des bancs, des livres liturgiques ainsi que le générateur.
Il s’agit du troisième lieu de culte chrétien livré aux flammées dans la zone depuis le début de cette année. Au cours des quatre derniers mois, ont ainsi été incendiés un temple de la Tanzania Assemblies of God et un temple pentecôtiste. En septembre 2015, toujours à Kagera, six églises avaient été incendiées en une semaine, dont l’église catholique de Kitundu.

Le nouveau maire d’Oxford est un musulman qui prête serment sur le coran

Lu sur le blog d’Yves Daoudal :

O« Le conseil municipal d’Oxford a élu maire Mohammed Altaf-Khan, qui a prêté serment lundi dernier (sur le Coran, naturellement).

Mohammed Altaf-Khan, aujourd’hui « 57e Lord-Maire d’Oxford », est arrivé en Angleterre à la fin des années 80. Il vient du « Cachemire », dit la presse britannique, comme si c’était un Etat (le Cachemire est divisé entre le Pakistan et l’Inde.)

Le lord-maire est un membre du conseil municipal élu pour un an. Et c’est une tradition que le nouveau maire désigne les œuvres de bienfaisance ou organisations humanitaires (« charities ») qu’il souhaite voir financièrement soutenues par ses administrés. Parmi les trois retenues par Mohammed Altaf-Khan il y a le gigantesque Oxford Centre for Islamic Studies (avec son minaret de 33 mètres) – dont la construction fut financée pour un tiers par le roi Fahd d’Arabie, et qui n’a certes pas besoin des économies des derniers Anglais d’Oxford

L’expression « fêtes de Noël » est bannie de la municipalité d’Oxford depuis 2008. On dit « fêtes de la lumière d’hiver ». »

Les « migrants » clandestins pris en charge par l’état exigent de la viande halal

4043071lpw-4043610-article-migrants-centre-accueil-jpg_3558440_660x281Lu dans Le Point du 21 mai

« Un migrant lui tend son smartphone. Emmanuelle Cosse s’approche et observe la photo. Difficile d’identifier l’objet. Le jeune homme tente d’expliquer sa requête à la ministre dans un mélange d’arabe et d’anglais. On comprend vaguement qu’il s’agit de nourriture et que celle-ci ne lui plaît pas… Nous sommes dans la salle à manger de l’ancien lycée Jean-Quarré dans le 19e arrondissement de Paris. Coincé entre une barre HLM et un squat d’artistes, le centre d’hébergement d’urgence accueille aujourd’hui 145 migrants sous l’égide d’Emmaüs.« Ils veulent de la viande halal »

Il est vrai que les barquettes sous vide servies ici en guise de repas ne sont pas toujours au goût de ces hommes originaires du Soudan, de Somalie, d’Érythrée, d’Afghanistan ou de Libye. Une salariée d’Emmaüs confirme : « Ils veulent en plus de la viande halal, et on ne peut pas leur en fournir. On essaye d’épicer les plats, mais ça ne convient pas toujours. » On est bien loin des revendications d’hier… Du temps où 1 300 personnes s’entassaient ici, se partageant deux toilettes par étage et trois douches au total, et où les bagarres et les nuisances sonores rythmaient le quotidien des occupants. »

Donc aucun réfugié de guerre syrien, que des colons musulmans revendicatifs.

Les Frères Musulmans dans le texte : ce que veulent les islamistes.

Capture d’écran 2016-01-27 à 15.13.04Présentation de l’éditeur:

Le but des Frères Musulmans est de créer un état islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe” 

Muhammed Mahdi Akef, Guide suprême des Frères Musulmans de 2004 à 2010.

Arrivés par les urnes au pouvoir en Tunisie (2011) et en Egypte (2012) l’organisation des Frères Musulmans a investi la scène médiatique. De nombreuses erreurs d’analyses sur sa nature profonde ont conduit les occidentaux à les percevoir comme de simples conservateurs, s’accommodant des règles des démocraties modernes.

Cette étude vise à présenter les textes importants des idéologues de la confrérie islamiste qui structurent sa pensée et donc son action. Les écrits de son fondateur Hassan al-Banna (1906-1949)  dont La Voie du Jihâd, de son dauphin Sayyed Qutb (1906-1966), et des Guides suprêmes qui se sont succédés jusqu’à aujourd’hui, ne laissent aucun doute sur ses projets de domination politique à vocation universelle, et de sujétion à l’endroit des minorités. Des textes inédits sont enfin traduits en français.

Leurs ramifications en Europe, notamment en France à travers l’UOIF dont nous retranscrivons les prêches radicaux de leurs prédicateurs, doivent susciter une prise de conscience urgente, étant les principaux bâtisseurs de grandes mosquées sur notre sol.

Capture d’écran 2016-03-05 à 13.06.20Capture d’écran 2016-03-05 à 13.06.36

L’auteur:
Joachim Véliocas dirige l’Observatoire de l’islamisation (www.islamisation.fr). Il est analyste pour l’institut Wikistrat.  Son dernier livre, Ces Maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015), a pointé les complicités politiques  avec le totalitarisme vert.

En librairie le 20 mars. Déjà en vente en ligne sur http://editionstatamis.com ou Fnac.com

La préfecture de gironde demande un abattoir halal « au nom du service public » selon le vétérinaire Peretti

Capture d’écran 2016-05-04 à 14.46.52Alain de Peretti (photo) est vétérinaire et président de l’association Vigilance Halal. Après les scandales à répétition dans les abattoirs français, il dénonce le tabou autour de l’abattage rituel où la souffrance animale est annihilée et les conditions sanitaires régulièrement bafouées. Face à cette situation, Alain de Peretti a plusieurs objectifs. Le premier est d’informer les citoyens sur les risques potentiels qu’ils encourent en consommant de la viande halal… souvent à leur insu… L’exactitude de la traçabilité est également un combat de l’association Vigilance Halal, d’autant qu’une taxe sur ces produits rituels revient au culte musulman. Fort de toutes ces constatations, Alain de Peretti et son association s’inscrivent dans une démarche positive en recensant les abattoirs ne pratiquant pas l’abattage rituel. Ils proposent également aux bouchers d’adhérer à une forme de charte pour garantir aux consommateurs que leur viande n’est pas issue d’abattage confessionnel. C’est un peu la naissance d’un nouveau label “Boucherie traditionnelle”.

Tareq Oubrou, Camel Bechickh et autres « modérés » de l’UOIF décryptés par Véliocas

Extrait de l’émission de Radio courtoisie du 29 avril 2016. Joachim Véliocas invité pour présenter son livre Les Frères Musulmans dans le texte (260 pages, 16 euros)

La progression de l’UOIF en France (mosquées, écoles…)

Joachim Véliocas de l’Observatoire de l’islamisation présentait son livre Les Frères Musulmans dans le texte: djihad, califat, charia, sur Radio Courtoisie le 29 avril 2016. Ceci est un premier extrait.

Estrosi veut « au plus vite » construire une mosquée UOIF à Nice « sur un terrain de la ville »

13076712_1005825506169713_4588157154242365215_n

cliquer pour agrandir

Commentaire du conseiller régional Philippe Vardon (FN):

« Estrosi, maire bâtisseur… de mosquées !

Cela fait 10 ans que je dénonce les desseins réels et les compromissions profondes de Christian Estrosi. Voici désormais venu le temps de voir les masques tomber.

C’est bien sous l’impulsion et avec le soutien de Christian Estrosi, sur un terrain municipal de 1000 m², que va voir le jour une Grande mosquée.
Celle-ci sera aussi dotée d’un espace culturel (permettant de subventionner sans contredire la loi de 1905 ?) et d’un espace d’abattage.
Celle-ci sera administrée par l’imam dirigeant l‘UOIF locale, organisation islamiste émanation dans notre pays des Frères Musulmans.

Il y a deux ans, j’étais contraint de publier une enquête pour dénoncer ce qui était et ce que je voyais venir (https://www.amazon.fr/Limam-Estrosi-Demain-Nice-mosquées/dp/1092148078 ), aujourd’hui tout est dans Nice Matin. Plus personne ne pourra dire qu’il ne sait pas. »

Pour comprendre la dangerosité de l’UOIF consulter nos archives.

L’étonnante indulgence de l’UE vis-à-vis de la dérive « nationale-islamiste » d’Erdogan

Erdogan-Abbas-dans-palais-pr-sidentiel-turcTribune d’Alexandre del Valle sur Atlantico (extrait) :

« Dans son aide à la rébellion anti-Assad en Syrie, la Turquie a dès lors misé sur plusieurs mouvements et cartes complémentaires : tout d’abord, l’Armée syrienne libre (ASL), dont le siège a été installé dès le début en Turquie et qui n’est pas le mouvement d’opposants « laïques » et « modérés » qu’ont décrit nos médias occidentaux, mais une force composite majoritairement islamiste. Il suffit de lire le tragique récit du journaliste italien de La Stampa, Domenico Quirico, qui a été libéré en septembre 2013, pour comprendre que l’ASL était une mosaïque de brigades de combattants rebelles, qui comportait des combattants issus de l’insurrection anti-Bachar, des déserteurs de l’armée syrienne, des contrebandiers, mais surtout des islamistes radicaux dominés par les Frères musulmans combattants syriens qui sont loin d’être de grands démocrates. Nombre d’anciens combattants de l’ASL ont depuis lors intégré les rangs du mouvement Hazm (acronyme de Harakat Zaman Muhammed, « Mouvement du temps de Mahomet »), puis du Front islamique, plus puissant mouvement rebelle islamiste radical composé de plusieurs groupes salafistes-jihadistes. La Turquie d’Erdogan a été l’un de ses premiers soutiens extérieurs avec l’Arabie saoudite. Ankara a également appuyé, armé et aidé de plusieurs manières non seulement le Front al-Nosra (branche syrienne d’al-Qaïda), mais également Ahrar al-ShamJaich al-Fatah (« L’armée de la conquête »), et l’Etat islamique, avec qui des alliances de circonstances et des entraides militaires ont été scellées dans le but de lutter contre l’ennemi commun kurde.

Un autre problème majeur concerne le trafic de pétrole. On sait que Da’ech a tiré une grande part de sa puissance financière de la contrebande des hydrocarbures, qui passe en partie par la Turquie. En 2015, l’opposition turque elle-même a reproché à Erdogan d’avoir soutenu les groupes djihadistes et de leur avoir livré secrètement des armes. Des liens entre Ankara et l’EI ont été prouvés, notamment la livraison d’armes révélée par le quotidien turc de gauche Cumhuriyet, dont le directeur de la rédaction, Can Dundar, a d’ailleurs été jeté en prison pour avoir dévoilé cette information…Lire l’article intégral sur Atlantico