Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Juppé promet une « une aide économique massive à la Tunisie »

Lu dans Le Figaro (extrait):

« Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a appelé hier Rached Ghannouchi, le chef d’Ennahda, vainqueur des élections du 23 octobre en Tunisie, pour lui transmettre un « message de confiance sans préjugé ni procès d’intention« .

Lors de cet appel, le ministre a félicité le chef islamiste de sa victoire, a-t-on ajouté de même source. Fin octobre, Alain Juppé avait conditionné l’aide du G8 à la Tunisie au respect des valeurs démocratiques. « Nous allons mettre en place une aide économique massive à la Tunisie », avait-il dit sur France Inter. « Naturellement, cette aide, nous l’apporterons dans la mesure où les lignes rouges ne seront pas franchies. Je pense que c’est important d’avoir cette conditionnalité », avait-il ajouté, en citant le respect de l’alternance démocratique, des droits de l’homme, et de l’égalité hommes-femmes.

Dans un entretien au journal Le Monde, Rached Ghannouchi avait réagi séchement à ces propos. « Nous n’avons pas besoin d’une telle parole pour respecter les droits de l’Homme. Cela fait partie de nos valeurs et de notre religion et les Tunisiens n’acceptent pas les aides conditionnées« , avait-il fait valoir. »

Au printemps, Nicolas Sarkozy avait déjà promis 300 millions d’euros pour le développement de la Tunisie, sans évidemment consulter les contribuables français.

Loups gris turcs

« Vous avez ramené l’Anatolie en Belgique » meeting des Loups Gris à Liège

LEVif/L’Express du 8 novembre rapporte la traduction du discours du chef du MHP, Devlet Bahelci, branche politique des Loups Gris turcs, à la rencontre de la diaspora Belge :

« Turcs d’Europe, vous représentez la gloire et la splendeur de l’identité turque ». Devlet Bahceli s’incline devant le courage qu’il a fallu aux migrants pour s’expatrier. « Certes, nous savons que, dans ce pays, vous êtes perçus comme étrangers et vous avez rencontré beaucoup de difficultés en tant que porteurs d’une identité et d’une culture étrangère. Mais vous ne leur avez jamais cédé. »
Il poursuit : « Vous avez fait de la Belgique votre Emirdag, vous avez ramené l’Anatolie en Belgique, vous n’avez pas rompu avec vos traditions et vos habitudes, vous n’avez pas abandonné vos racines, vos ressources et votre minaret ».

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

Sondage : 60% des hommes égyptiens admettent avoir harcelé des femmes

Un récent sondage égyptien montre que 83% des femmes égyptiennes disent avoir été maltraités, physiquement ou verbalement. 60% des hommes interrogés admettent avoir harcelé les femmes, beaucoup sur des « motifs réguliers » [charia].
Le sondage a été réalisé par Amsek Motahresh, une association égyptienne mise en place par les femmes égyptiennes après la révolution de la lutte contre le harcèlement des femmes. 2800 Égyptiens ont été interrogés, hommes et femmes en nombre équivalent.
Parmi les femmes qui ont déclaré des abus sexuels, 70% ont dit qu’elles étaient habillées dans un hijab au moment de l’agression, seulement 13% ont déclaré avoir été vêtu de vêtements « modernes » lorsque l’abus est arrivé.

En Égypte d’aujourd’hui, le harcèlement n’est pas illégal confirme Eba Al-Tamimi, membre de l’association féministe, qui réclame un dispositif législatif.
Amsek Motahresh a été fondée pour sensibiliser les femmes et les filles sur leurs droits et les encourager à signaler les coupables à la police.

Aujourd’hui, la plupart des femmes en Égypte ne signalent pas le harcèlement de peur d’être ridiculisé par la police.
Le harcèlement fut particulièrement endémique pendant les vacances d’octobre avec 700 cas de harcèlement signalés pendant les vacances de l’Aïd.

Source: Emirates 24/7 du 1e novembre

Observatoire de l'islamisation

L’ambassadeur de France à Alger promet 200 000 visas pour 2012

Le million de colons algériens sera atteint à la fin du quinquennat.

Dans un entretien accordé au quotidien en ligne, online TSA, l’ambassadeur français en Algérie, André Parrant, assure que la France délivrera pas moins de 200 000 visas schengen aux Algériens avant la fin de l’année 2012. « Selon l’ambassadeur, ce nombre devrait atteindre les 200 000 d’ici la fin de l’année, et il souligne que ce chiffre est en nette progression par rapport aux deux dernières années (2010-2011) », rapporte Algerie-Focus.com. L’ambassadeur de France en Algérie aurait également évoqué le prochain voyage, en décembre, de François Hollande dans l’ancienne colonie française.

«Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour faire irruption dans l’hémisphère nord. Et certainement pas en amis. Car ils y feront irruption pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant de leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire» (Hari Boumedienne, président algérien, 1974, New-York discours à l’assemblée extraordinaire de l’ONU)

Observatoire de l'islamisation

Égypte : une foule musulmane blesse dix Coptes lors d’une attaque d’église

Sujet occulté par les médias français comme pour les précédentes attaques de villages et de monastères.

Lu sur l’Observatoire de la christianophobie (extrait)

Dimanche dernier, une tourbe de musulmans – à 80 % des salafistes – armée de bâtons, a assiégé l’église Saint-George du village de Tala (el Fashn, gouvernorat de Beni Souef, centre de l’Égypte). Les fidèles qui en sortaient, après la Messe, on été agressé par ces fanatiques, et cinq ont du être hospitalisés pour des fractures. En outre, plusieurs voitures de fidèles ont été incendiées par les assaillants. Le curé de cette paroisse, le Père Cheroubim Chehab et les fidèles demeurés dans l’église, n’ont pas pu quitter les lieux. La police avertie, n’est arrivée que de nombreuses heures après cette agression et encore a-t-il fallu que le président de l’Union of Human Rights Organization intervienne auprès du ministère de l’Intérieur pour que les forces de sécurité daignent se déplacer. Mais qu’ont donc fait ces coptes pour provoquer une telle fureur des musulmans ? Rien ! Car, en fait, ce que les musulmans reprochent à cette paroisse, c’est d’accueillir des chrétiens venant de villages des alentours qui n’ont pas d’églises. Pour les musulmans, l’église Saint-George n’est pas une église, mais une sorte de bâtiment communal dont l’usage serait strictement réservée aux chrétiens de Tala et pas aux autres… C’est la position des musulmans et ils n’en démordent pas. L’arrivée des forces de sécurité en fin d’après midi a permis d’organiser une « réunion de réconciliation ». Pendant qu’elle se tenait, les musulmans salafistes s’en prirent aux maisons de chrétiens et envoyèrent cinq autres coptes à l’hôpital…

Lire la suite

Lire toutes nos notes sur l’Egypte

Observatoire de l'islamisation

Quelle légitimité démocratique pour la présence des immigrés en France ?

Si l’écrasante majorité des migrants sont toujours venus en France de manière légale, en revanche, la lecture des programmes électoraux des cinq derniers présidents de la république et de leur parti montre que jamais ils n’ont annoncé le nombre de permis de séjours et visas qu’ils allaient octroyer massivement, ni les naturalisations massives et encore moins les régularisations de clandestins massives. Aucun programme politique n’a non plus annoncé la fin des contrôles au frontières nationales, ni les transferts de compétences en matière de droit d’asile et de visas à Bruxelles entérinées par le Traité d’Amsterdam en 1998.

Cela pose donc une question extrêmement grave. Si les grandes entreprises ont milité pour l’accueil de cette main d’oeuvre bon marché, le peuple français qui en subit les coûts annexes (logement, prestations sociales, scolarisation) n’a jamais été consulté. Embêtant pour un pays qui se prétend être une des plus grandes démocraties du monde.

Rappel des programmes politiques des différentes campagnes électorales des partis au pouvoir depuis 1969 :

La profession de foi de Georges Pompidou en 1969 ne prononce pas une fois le mot immigration.

Le 9 mars 1973 la France, sous la présidence de Georges Pompidou, s’engage à appliquer la « Charte sociale européenne » élaborée par le Conseil de l’Europe. La Charte est en contradiction avec la politique migratoire économique française qui prévoyait le retour des travailleurs étrangers, : les entreprises bénéficiaient d’une main d’œuvre bon marché et les immigrés pouvaient subvenir aux besoins de leur famille et épargner avant de rentrer au pays. Le retour au pays était à l’époque évident, aussi bien pour les travailleurs,  que pour la population française. Mais la Charte comportait la décision de «  faciliter autant que possible les regroupements de la famille du travailleur migrant. » (Article 19, paragraphe 6.)

3 juillet 1974 : Giscard met officiellement fin à l’immigration de travail et au regroupement familial.

Le 3 mai 1974, toujours devant le Conseil de l’Europe, la France ratifie une série de textes, dont la « Convention Européenne de Sauvegarde des droits de l’Homme », qui interdit l’extensible concept de non discrimination entre les nationaux et les étrangers. Ainsi, la porte fut ouverte à tous les mécanismes de lissage des différences entre les français et les étrangers, amenant à une logique de naturalisation massive d’individus qui pourtant n’avaient rien de français, ni la langue, ni la culture, ni l’adhésion à la volonté d’une destinée commune.

Au printemps 1974, Valéry Giscard d’Estaing fait campagne sur la nécessité de l’arrêt d’une immigration de travail, le choc pétrolier marquant le début d’une récession économique qui s’étendra sur le temps jusqu’à créer  le terme « les trente piteuses ». L’immigration n’a plus de raison d’être, les travailleurs devaient rentrer dans leur patrie charnelle y retrouver leurs proches.

Réélu en mai, Giscard tient ses promesses électorales et le 3 juillet 1974, sur son ordre, le conseil des ministres, dirigé par Jacques Chirac, décide de suspendre pour trois ans l’immigration de travail et les regroupements familiaux. Les circulaires des 5 et 9 juillet l’attestent. Mais c’était sans compter sur l’intervention du Conseil d’Etat déclarant les circulaires en contradiction avec nos engagements auprès du Conseil de l’Europe. Le gouvernement français inverse alors sa position, et le décret du 29 avril 1976 rétablit le droit au regroupement familial des immigrés. La France se couche devant une institution étrangère, imposant sa politique migratoire tout droit issue des engagements pris au sein du Dialogue Euro Arabe de la communauté européenne, notamment lors des résolutions de Strasbourg des 7 et 8 juin 1975 par l’Assemblée parlementaire pour la coopération euro-arabe. (voir mon livre pour + de détails).

Les travailleurs immigrés en France furent invités à s’installer définitivement en France et à ramener femmes et enfants. L’immigration de travail devint alors une immigration de peuplement.

Les 110 propositions de Mitterrand en 1981 :

 » Proposition n°81 Le plan fixera le nombre annuel de travailleurs étrangers admis en France . L’Office national d’immigration sera démocratisé. La lutte contre les trafics clandestins sera renforcée. »

Aucun chiffre de travailleurs annuels n’est avancé. 10 000, 100 000 ? Les Français sont laissés dans le flou complet. De plus, aussitôt arrivé au pouvoir, Mitterrand régularise 300 000 clandestins malgré ses engagements. Aucune des 110 propositions ne parle de naturaliser les étrangers en masse non plus.

Le programme de Chirac en 1995 ne parle tout simplement pas d’immigration. En 1998, il ratifiera le Traité d’Amsterdam transférant la politique d’asile et de visas à l’Union Européenne.

Le programme de Jospin en 1995 et du PS en 1997 n’ont jamais annoncé la régularisation de 80 000 clandestins par Chevènement en 1997.

2002: Chirac s’engage à maitriser l’immigration dans son programme. Aussitôt élu, en juillet 2002, il promet 300 000 visas par an à Alger lors d’un voyage officiel.

Les clandestins peuvent même demander l’annulation de leur reconduite à la frontière dans le projet de loi relatif à l’immigration de 2002

«  »L’article L. 512-2 du CESEDA relatif au recours contre les arrêtés de reconduite à la frontière pris à la suite de l’interpellation d’un étranger en situation irrégulière dispose que l’étranger peut demander son annulation dans un délai de quarante-huit heures, le juge ayant soixante-douze heures pour statuer.

Les régularisations de clandestins sous le quinquenat Chirac s’envolent, malgré ses promesses de lutte contre l’immigration clandestine (et celles de son ministre Sarkozy) :

2002: 17 188 clandestins régularisés

2003: 20 744 clandestins régularisés

2004: 22 814 clandestins régularisés

2005: 26 338 clandestins régularisés.

2007: Sarkozy axe sa campagne sur la lutte contre l’immigration clandestine et l’arrêt de l’immigration massive.

Hortefeux signe un accord avec la CGT (18 juin 2010) pour régulariser les travailleurs clandestins. Plus de 20 000 clandestins seront régularisés chaque année jusqu’à 2011.

Fillon annonce à Alger en 2008 l’augmentation du nombre de visas, il annonce 170 000 visas aux algériens chaque année.

Copé, plus à droite? Répondant à un journaliste de Tout sur l’Algérie, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé explique :

« La France délivre près de 140 000 visas par an, pour environ 200.000 demandes. Le taux de refus diminue, nous délivrons de plus en plus de visas de circulation et nous avons fait un effort important pour améliorer les conditions d’accueil, notamment par le recours au prestataire Visa France. L’Algérie bénéficie en outre d’un régime favorable pour les visas de longue durée et pour le séjour, conformément aux accords de 1968 que nous sommes prêts à améliorer encore, pourvu que nos préoccupations soient prises en compte, conformément au principe de réciprocité. D’un point de vue personnel, je pense que la renégociation de l’accord de 1968 doit être l’occasion d’améliorer la mobilité des chefs d’entreprise, des chercheurs, des artistes.« J-F Copé dans TSA

Aussitôt la prise de pouvoir de la Tunisie par les islamistes, l’ambassadeur de france à Tunis Boris Boilon annonça lui l’augmentation du nombre de visas aux Tunisiens, 80 000 par an sous Sarkozy.

Les Marocains ont reçu sous Sarkozy 150 000 visas par an.

Les étrangers peuvent demander la nationalité française après seulement 5 ans de séjour en France, jamais les Français n’ont été consultés sur les modalités des naturalisations. Sous Nicolas Sarkozy 750 000 étrangers ont obtenu la nationalité française, pour moitié issu des pays du Maghreb.

Pour une analyse détaillée de l’augmentation de l’immigration de peuplement sous les gouvernements Chirac-Sarkozy, lire notre Bilan migratoire gouvernemental (2002-2012).

Observatoire de l’islamisation-octobre 2012.

La persécution des apostats de l’islam en Grande-Bretagne (docu TV)

Observatoire de l'islamisation

160 000 visas pour les marocains chaque année

Les services consulaires français au Maroc délivrent des visas dès que cela est possible, avec un taux de refus le plus bas au monde au niveau dudit réseau, a relevé Hélène Conway, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger.

Les services consulaires français au Maroc délivrent près de 160.000 visas par an. Le taux de refus y est parmi les plus bas au monde dans notre réseau consulaire (7% en moyenne)”, a affirmé Mme. Conway dans un entretien publié vendredi dans la presse.

Lire la suite

Mort d’un prêtre italien aux Philippines connu pour avoir été kidnappé par les séparatistes musulmans

Hommage à un héro de Dieu

The Philippine Star du 25 septembre:

« MANILLE, Philippines –  L’évêque Martin Jumoad a exprimé hier sa tristesse quant à la disparition du missionnaire italien Giancarlo Bossi Fr, qui avait servi le pays pendant 32 ans et fut enlevé par des militants islamiques.

Bossi est décédé dimanche d’un cancer du poumon. Il avait seulement 62 ans.

« Nous sommes très tristes de la mort du P. Bossi. Nous sommes attachés à ses souvenirs, en particulier son travail missionnaire ici à Zamboanga del Sur, dans le diocèse de Pagadian et toutes les autres parties de Mindanao « , a déclaré Jumoad.

« Nous prions pour que il y aura plus Bossi Fr en termes d’engagement et de fidélité au ministère. Nous confions son âme au Tout-Puissant, qu’il sera tenu de la joie de la vie après la mort « , at-il ajouté.

Bossi est né à Abbiategrasso, Milan le 19 février 1950. Il  rejoignit l’Institut Pontifical des Missions Etrangères à Gênes en 1973, et son vœu perpétuel fut pris le 3 février 1978. Il fut ordonné le 18 Mars 1978 par Mgr. Aristide Pirovano.

Le 10 Juin 2007, lors d’une mission à Mindanao, Bossi fut enlevé par des membres présumés d’un groupe dissident du Front Moro de libération islamique. Il a été libéré le 19 Juillet dernier suite aux protestations des fidèles. »

Les Philippines sont en butte au séparatistes musulmans voulant leur propre état, actifs sur l’île de Mindanao. Les populations chrétiennes et leurs églises sont souvents victimes de ces islamistes sans que ça n’intéresse la presse européenne.

Tunisie: Ennahda selon le professeur Hamadi Redissi

Juriste et écrivain, Hamadi Redissi est professeur de sciences politiques à l’Université de Tunis. Il est l’un des penseurs critiques de la modernité dans le monde arabe. Hamadi Redissi est membre fondateur, avec le politologue tunisien Riadh Sidaoui, du Centre arabe de recherches et d’analyses, basé à Genève3, dont le nom change en 2010 en Centre arabe de recherches et d’analyses politiques et sociales (Caraps)

Dans le numéro de décembre du Courrier de l’Atlas, il est longuementn interrogé sur le parti islamiste tunisien Ennhada ayant remporté les élections.

« Ennhada se dit un parti civil, mais commence tous ses meetings par la basmallah [ = Au nom d’Allah, le miséricordieux etc.], du takbir » [= cri de guerre historique en islam] et quelques versets du coran. Il les fini par le rappeur Psycho M, un rappeur antisémite, misogyne et violent (il avait notamment appelé au meurtre du cinéaste Nouri Bouzid) »

« ils [les islamistes d’Ennahda] entretiennent cette ambiguité de la condamnation ferme de la violence publiquement, mais dans le même temps, au niveau de la prise de position, la condamnation de l’atteinte à ce qu’ils appellent le « sacré » ou encore « les bonnes moeurs » et autres arguments de cette nature justifient la violence à demi-mot. (…) Une police des moeurs est entrain d’être instituée, une sorte de hissba, de commanderie du Bien et d’interdiction du Mal sur le modèle wahhabite, mais dont j’anticipe que les islamistes vont se disculper. Ils nous diront dans les jours à venir qu’ils n’ont rien à voir avec ces dérives »

« Ennahda est une hydre à plusieurs têtes(…) Ennahda est dans un flou artistique régulièrement entretenu et inquiétant.(…) Aussi bien avant qu’après les résultats [des élections], Ghannouchi affirme que les salafistes sont ses « frères » et qu’ils ont le droit d’avoir un parti légal. Ce parti étant contre la démocratie, contre le pluralisme, et voulant appliquer la charia in integrum, sans le jeu de référentialité ou ou les ruses sémantiques de Ennahda«