Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Observatoire de l'islamisation

Copé et Fillon convergent pour augmenter l’immigration algérienne

Rediffusion d’un article déjà publié sur l’Observatoire de l’islamisation par le passé, alors que Jean-François Copé lance une pétition pour restreindre l’immigration massive qu’il a pourtant soutenue.


Lu dans El Watan du 8 décembre 2011 :

« Le taux de refus de visas pour la France a baissé de 6% cette année. Seulement 21,77% des demandes de visa formulées par les Algériens ont reçu des réponses négatives depuis le début de l’année, contre 27,84% en 2010, à la même période. »
« Une avancée due à la simplification des procédures pour faciliter la circulation des Algériens entre l’Algérie et la France », dont s’est félicité, hier, le consul général de France à Alger, Michel Dejaegher, en présence de l’ambassadeur de France, Xavier Driencourt, lors d’une conférence de presse tenue à la résidence du consul à Alger. A l’ordre du jour, le bilan des dix premiers mois d’activité du consulat général de France à Alger qui a traité 140 751 dossiers de demandes de visa. Ainsi, 80 746 visas ont été délivrés depuis le 1er janvier 2011, dont 73 000 visas court séjour, contre 72 956 visas à la même période de l’an dernier. Lire la suite.

Répondant à un journaliste de Tout sur l’Algérie, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé explique :

« La France délivre près de 140 000 visas par an, pour environ 200.000 demandes. Le taux de refus diminue, nous délivrons de plus en plus de visas de circulation et nous avons fait un effort important pour améliorer les conditions d’accueil, notamment par le recours au prestataire Visa France. L’Algérie bénéficie en outre d’un régime favorable pour les visas de longue durée et pour le séjour, conformément aux accords de 1968 que nous sommes prêts à améliorer encore, pourvu que nos préoccupations soient prises en compte, conformément au principe de réciprocité. D’un point de vue personnel, je pense que la renégociation de l’accord de 1968 doit être l’occasion d’améliorer la mobilité des chefs d’entreprise, des chercheurs, des artistes. »

François Fillon lors de son voyage officiel en Algérie de juin 2008  promit 170 000 visas par an aux Algériens :

ALGER (AFP) 21/6/2008 : — Le chef du gouvernement algérien, Abdelaziz Belkhadem [islamiste notoire], a interpellé samedi à Alger son homologue français François Fillon, en visite à Alger, sur « la nécessité d’une plus grande fluidité dans la circulation des personnes entre les deux pays ».(…)   La France, régulièrement critiquée par l’Algérie au sujet de la circulation des personnes, fait valoir la progression du nombre de visas, désormais octroyés au rythme d’environ 170.000 par an, contre 57.000 en 1997 [sous Lionel Jospin!]

Les Algériens ayant voté à majorité pour le Front Islamique du Salut en 1991, et le co-fondateur du FIS Ali Belhadj ayant rendu hommage à Mohamed Merah, la plus élémentaire des précautions serait de ne pas distribuer autant de visas touristiques (viennent-ils visiter les châteaux de la Loire ?), première porte d’entrée de l’immigration clandestine (on entre légalement, on reste illégalement une fois le visa expiré). La France organise légalement sa propre submersion démographique.

Observatoire de l'islamisation

Égypte : un village chrétien (de plus) martyrisé par les Frères Musulmans

« Au premier jour, environ 2.000 personnes ont attaqué le monastère et les églises, ils les ont incendiés, ont volé des objets de culte et même creusé dans le sol en pensant y trouver un trésor », se lamente le Père Yanouas en montrant un trou béant au milieu de l’église de la Vierge bénie.

(AFP 6 octobre)

Il s’agit du village martyr de Delga en Égypte, voir l’article suivant :

The Ethnic Cleansing of Christians in Egypt, par Michael Armanious analyste égyptien du Gatestone Institute, 1 octobre 2013.

« Iskander Toss, qui vivait depuis toujours dans la ville de Delga en Haute-Égypte, a été kidnappé la semaine dernière, roué de coups et traîné sur les chemins de terre du village jusqu’à ce que mort s’ensuive. Son crime ? Comme pour le massacre du centre commercial au Kenya la semaine dernière, son crime était d’être chrétien.

Quelques jours plus tard, les jihadistes d’Ikhwan [Frères musulmans] ont ouvert sa tombe et extirpé son cadavre qu’ils ont traîné à travers le village jusqu’à ce que la majorité des familles coptes terrorisées, prennent la fuite. Ce qui est unique dans la mort de Toss, c’est que les gens connaissent son nom. Tout au long des rives du Nil, des meurtres analogues se déroulent de manière régulière.

Delga, situé à 150 miles au sud du Caire, est l’une des plus anciennes et des plus grandes villes d’Égypte. Sur plus de 100.000 habitants, 25.000 sont des chrétiens. Delga avait un certain nombre d’églises, dont certaines remontaient au 4e siècle. La quasi-totalité d’entre elles ont été détruites.

Au cours des 75 derniers jours, depuis que Morsi a été contraint de quitter ses fonctions, les membres de l’Ikhwan [Frères] et ses groupes affiliés ont bouclé le village. Ils ont forcé certains chrétiens à payer la « jizya », l’impôt de capitation supplémentaire que les chrétiens et autres non-musulmans sont tenus de payer »

Lire la suite

Lire aussi l’article de l’AFP Égypte : à Delga, après les attaques, confiance brisée entre chrétiens et musulmans.

1000542 Le Modele Economique Suisse Peut Il Inspirer La France 87131 1

La Haute Cour de Justice Suisse refuse de voir du racisme dans la dénonciation de l’expansion musulmane

Cette dernière « ligue de vertue »  avait publié un rapport dans la catégorie « racisme verbal » au sujet d’un discours du président JSVP en 2009 sur la mise en œuvre de l’interdiction des minarets lors d’une réunion publique à Frauenfeld. L’allégation mentionnée doit maintenant être supprimé, puisque le tribunal fédéral suisse avait refusé la plainte déposée par la fondation affirma l’arrêt de la haute cour cantonale de Thurgovie.

Benjamin Kasper, entre autres,  déclara qu’il est temps d’arrêter la propagation de l’Islam. L’identité culturelle suisse qui est basée sur le christianisme ne devrait pas être bousculée par d’autres cultures. L’Interdiction des minarets protège sa propre identité culturelle. Selon le jugement à l’unanimité par le 2e Département de droit civil, ces déclarations n’expriment pas un « mépris global des membres de l’islam, ni un mépris général pour les musulmans pour le récepteur moyen » raison pour laquelle il ne peut être perçu comme du racisme verbal.

Montrer une différence entre les deux groupes n’est pas du racisme selon la Haute Cour. Ce n’est le cas que « si la différence est conçue comme un mépris de la victime et par des différences en accentuant comme un moyen de montrer les victimes d’une manière négative et le mépris Leur dignité« . Parce que la Cour a décidé que l’article sur le site Web de la Fondation contre le fascisme et l’antisémitisme met à mal la réputation de l’UDC et  diffame le JSVP-président d’une manière qui n’est pas justifiable.

CIMG-FRANCE

Le maire de Mulhouse retourne sa veste sur le projet de Grande Mosquée turque

Affiche de propagande du mouvement Milli Gorus mettant en scène son fondateur, sabre au clair, censé éradiquer l’occident et ses représentants…

Milli Gorus : le mouvement pour un califat turc a déjà 65 mosquées en France !

Le mouvement islamiste turc qui porte le projet, Milli Gorus [Vision Nationale] est dans l’œil du cyclone judiciaire en Allemagne, où plusieurs de ses locaux ont été perquisitionnés pour association de malfaiteurs, fraude fiscale et détournement de fond publics en 2008. L’interdiction de ce mouvement créé par l’homme politique Necmettin Erbakan à la fin des années 70 en Turquie, est étudiée en Allemagne, notamment pour son extrémisme pro djihad.

Nous avions reproduit les textes djihadistes internes au mouvement ainsi que ses déboires judiciaires en Allemagne dans le mensuel de l’Observatoire de novembre 2011, en s’appuyant sur les travaux du sociologue turc Mustafa Pekoz mettant à nu l’organisation (lire son livre Développement de l’islam politique en Turquie, L’Harmattan, 2010), pages 16 à 23 du document suivant :

Le jihâd contre les chrétiens enseigné dans les écoles primaires publiques du Pakistan (AsiaNews)

Une analyse des livres islamiques programmés dans toutes les écoles primaires publiques du Pakistan a été réalisée par l’institut de recherches sur les médias orientaux MEMRI . Selon la loi, les chrétiens et les autres minorités religieuses sont obligés d’étudier ces textes.

Islamabad ( AsiaNews / Agencies ) – Les manuels des écoles pakistanaises présentent le jihâd et le meurtre de chrétiens, hindous et autres minorités comme un « objectif qui doit être recherché » . Ceci est révélé par un rapport publié fin septembre par le Middle East Media Research ( MEMRI ) .

Selon le rapport, les textes sont courants dans la plupart des écoles primaires publiques et les chrétiens , même pakistanais et les membres d’autres minorités sont obligés de lire et les étudier . Les auteurs des livres dirigés par les chefs religieux ont changé la signification du terme «minorité» , qui est maintenant perçu dans un sens négatif.

Le problème de l’éducation au Pakistan a émergé fortement en 2011, l’année où le gouvernement s’est consacré à la promotion de cette question. En un an, plusieurs études ont été publiées qui montrent que des milliers d’étudiants non musulmans sont «forcés» à étudier l’islam et des éléments de la religion musulmane , par crainte de discrimination . En 2012, la Commission nationale catholique Justice et Paix a publié un rapport dénonçant la loi adoptée par le Parlement du Pendjab qui rend l’étude du Coran obligatoire . »

Rappels:

– 70 fidèles ont été assassinés le 22 septembre dans une église du Pakistan.

– Un documentaire de France 5 diffusé le 17 septembre 2013 fut consacré à l’islam pakistanais. Les journalistes de la chaîne allèrent dans les madrasas (écoles islamiques) interroger les élèves et les professeurs. A la question « qu’est-ce que tu veux faire quand tu seras grand? » un élève de 8 ans répond  » quand je serai grand je veux partir faire le jihâd contre les infidèles ». Ce à quoi ils sont programmés dans les 30 000 madrasas du pays…

Le Maroc « modéré » condamne à 30 mois de prison un homme pour conversion au christianisme

C’est bien connu, le Maroc est le pays de l’islam cool, du « juste milieu » [al-wassatiyyah]. Les prescriptions de l’école juridique malékite -officielle dans le royaume de l’école primaire aux universités islamiques- ne sont heureusement pas appliquées dans toute leur rigueur. Le Conseil supérieur des oulémas fit polémique au début de l’année pour avoir rappelé la peine de mort prévue pour ceux qui se convertissent à une autre religion que l’islam.

Un jeune converti peut donc s’estimer « heureux », n’ayant pas été condamné à mort mais à 30 mois de prison ferme. Le média marocain Yabiladi rapporte :

« Les membres de la famille du jeune marocain, condamné à 30 mois de prison, pour avoir embrassé le christianisme, vit isolée dans le village d’Ain Aicha. Les habitants les évitent. Un drame qui s’ajoute à l’incarcération de leur fils. Une détention qui se déroule dans de mauvaises conditions. Il a été tabassé par les autres détenus à cause de sa religion. Craignant pour sa vie, la direction de la prison l’a, finalement, mis dans une cellule individuelle. Lire l’article

Peu de français savent que le président du Conseil Français du Culte Musulman, Mohamed Moussaoui (photo), est marocain. Naturalisé français en catastrophe peu après sa nomination -ça faisait désordre- il dirige le Rassemblement des Musulmans de France (RMF), association fédérant des dizaines de mosquées, un rassemblement qui n’a de « français » que le nom… tous les membres de son bureau étant marocains, sans exception. Des sujets de sa Majesté en mission commandée pour encadrer la diaspora dans l’hexagone.

L’un des membres du bureau du RMF, Amine Nadji, imam à Toul et Nancy, président du Conseil Régional du Culte Musulman enseigne  doctement les sanctions de la charia sur son site internet, notamment envers les apostats. Soyons sûr qu’il se félicite de l’emprisonnement du Chrétien marocain.

Le Conseil « français » du Culte Musulman n’a jamais condamné les lois islamistes du Maroc, comme l’article 220 du code pénal qui punit sévèrement les Chrétiens qui oseraient distribuer des bibles ou parler de Jésus Christ. Et pour cause, le RMF est très proche du Ministère des Habous, le ministère de l’islam marocain, et ses congrès se tiennent dans le royaume chérifien. Critiquer les lois islamiques liberticides du Maroc serait se critiquer soi même…

L’indécence de cette organisation islamiste est d’oser dénoncer l’islamophobie grandissant en France. L’histoire de la paille et la poutre…

Observatoire de l'islamisation

Vidéo d’une église attaquée et brûlée par une foule musulmane en Égypte

Aucune présence de force de l’ordre pour empêcher cet acharnement des partisans des Frères Musulmans

Les assaillants entrent dans l’église en criant « Nous sacrifions notre âme et notre sang pour l’islam », tandis que d’autres détruisent la croix sur le toit de l’église.

L’évêque Makarios de Minya explique à MidEast Christian news que Les Frères Musulmans ont planifié ces actions « Nous nous attendions à ce scénario des semaines avant que les sit-ins des Frères soient délogés, c’est évident qu’ils résultent de la haine des chefs des Frères Musulmans contre les Coptes »

« Mais nous avons été surpris par le caractère systématique des attaques contre nos églises et propriétés, qui ont eu lieu en même temps mais à différents endroits, dans une série d’attaques qu’ils appellent leur « Plan B« , visant à détruire toutes les églises« 

Rappel : 80 églises et plusieurs monastères et couvents ont été attaqués, ainsi que de nombreux commerces coptes.

Observatoire de l'islamisation

Des centaines de femmes voilées étrangères deviennent « françaises » chaque année

Avoir résidé en France au minimum 10 ans permet d’accéder à la nationalité française sur simple demande, le gouvernement Sarkozy n’avait même pas voulu mettre en place un test de connaissance de culture française, dont des questions d’histoire. Cela fut jugé « discriminant » pour les étrangers du monde entier (sic).

François Fillon affirma en 2009 que « les étrangers d’aujourd’hui seront souvent les français de demain« . Le leader de la droite sociale a le mérite de la clarté.

Voir notre dossier « Bilan migratoire gouvernemental : 2002-2012 » pour comprendre comment l’UMP a accéléré l’invasion légale du pays.

Manuel Valls assouplit encore les règles durcies timidement sous Claude Guéant.

Selon l’Intérieur 49% des naturalisés sont originaires des trois pays du Maghreb. Mais les naturalisés conservent leur nationalité d’origine (bi-nationalité), et tiennent fermement à leur véritable patrie. Bizarrement, les Pieds noirs qui eux aussi passèrent plus de 10 ans en Algérie ne se sont jamais vu proposer la nationalité, mais simplement « la valise ou le cercueil« . Au Maroc il est interdit de naturaliser un chrétien, c’est constitutionnel.

Dans Le Figaro du 28 août 2013 on lit que la tendance n’est pas prête de s’inverser : « Pour le député UMP de l’Yonne, Guillaume Larrivé, qui œuvra longtemps au cabinet de Brice Hortefeux, « Manuel Valls souhaite augmenter le nombre de naturalisations afin, dit-il, de faciliter l’intégration des immigrés, alors que devenir Français doit être le résultat d’un parcours d’assimilation à la communauté nationale». Et l’élu de citer un exemple  « Le 17 juin dernier, j’ai assisté, confie-t-il, en préfecture d’Auxerre, à la cérémonie de naturalisation d’une dame portant un voile islamique. » »

Égypte : Autopsie des églises brûlées par Human Right Watch

Observatoire de l'islamisation

“Mort aux chrétiens” crient les pro Morsi sous les fenêtres de l’évêché

Une dépêche de l’Agence Fides qui montre avec le témoignage de l’évêque catholique de Louxor, la situation invivable des chrétiens de son diocèse, lui-même sauvé de justesse par la police de la furie des islamistes.

« Je pleure sur toute cette humanité simple, faite de musulmans et chrétiens, qui réside dans les villages de la zone, qui n’a rien parce que les réserves alimentaires touchent à leur fin et que la population a peur de sortir de chez soi. Les personnes aisées elles-mêmes ne parviennent plus à acheter de la nourriture parce que tous les magasins sont fermés. Je voudrais me rendre chez eux pour les aider mais je ne peux le faire car je suis moi aussi isolé chez moi »

déclare à l’Agence Fides S.E. Mgr Youhannes Zakaria, évêque copte catholique de Louxor qui a subi une tentative d’agression le vendredi 16 août ([troisième] jour des manifestations organisées par les Frères Musulmans pour protester contre la destitution du Président Morsi).

« Les manifestants pro Morsi, après avoir été chassés du centre de Louxor, sont arrivés sous les fenêtres de l’évêché en criant “Mort aux chrétiens”. Par chance, la police est arrivée à temps pour nous sauver. Maintenant, la police et l’armée surveillent la maison avec deux blindés »

raconte l’évêque.

Lire la suite sur Christianophobie.fr