Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

“La prison, c’est l’ENA du djihad”, estime un chercheur

«  Les djihadistes exploitent les prisons pour se consolider, pour se reconfigurer. L’espace de recomposition de la mouvance djihadiste, c’est les prisons« . Hugo Micheron. Effectivement, ils vont tous sortir un jour ou l’autre. 

Dans une enquête sur les réseaux djihadistes en France, Hugo Micheron explique que la prison est le terreau du radicalisme en France. 

Vendredi dernier, la garde des Sceaux Nicole Belloubet confiait à Libération qu’elle ne voyait « pas d’autre solution que de rapatrier en France les djihadistes français détenus par les Kurdes en Syrie ». Interrogé sur Europe 1, samedi 11 janvier, le chercheur à l’Ecole Normale Supérieure Hugo Micheron a estimé que c’était une très mauvaise idée, car pour lui, qui s’est entretenu avec près de 80 djihadistes incarcérés, les prisons françaises sont de véritables terrains de radicalisation. 

« Les djihadistes exploitent les prisons pour se consolider, se reconfigurer. Ils ont acté leur défaite sur le terrain au Moyen-Orient, donc l’espace de recomposition de la mouvance djihadiste, c’est les prisons », explique Hugo Micheron, qui détaille les conclusions de son enquête dans un livre sobrement intitulé Le djihadisme français. Pour le chercheur, l’essentiel est de comprendre ce qui se passe en prison. « On croit trop facilement que la prison est une impasse dans lequel le djihadiste finirait sa course, alors que pour beaucoup, c’est une étape dans une carrière de djihadiste », avertit-il. Car pour lui, « la prison, c’est l’ENA du djihad ». Les structures pénitentiaires ne sont d’ailleurs pas les seuls vecteurs de radicalisation. Hugo Micheron alerte également sur la création de nombreuses écoles privées hors contrat, dans lesquelles les enfants sont radicalisés. « Un djihadiste m’explique que le but est d’étendre les rangs en éduquant leurs enfants dans la doctrine djihadistes. C’était aussi le projet de Daech », explique-t-il. 

Pour l’auteur, la responsabilité est clairement française. Il dénonce d’ailleurs la « cécité » d’une société qui a été dans le « déni » pendant des années et a violemment pris conscience de la situation seulement en 2015, après l’attentat de Charlie Hebdo. « L’affaire Merah [en 2012] aurait dû révéler la nature du djihadisme français alors qu’elle a été analysée comme un vulgaire fait divers », déplore le normalien. « On n’a pas voulu voir » ce qui nous attendait en France, poursuit-il, estimant qu’il « faut sortir d’une double posture dans lequel le débat public est enfermé, le premier c’est le déni et l’autre l’hystérisation ». Pour Hugo Micheron, il est primordial de comprendre les djihadistes pour endiguer les réseaux. « Il n’ont jamais été aussi nombreux. Les djihadistes sont cent fois plus nombreux en 2015 qu’en 1990. On ne pourra résoudre ce problème que si l’on arrive à comprendre ce qu’ils font. On a du temps. On est seulement à l’an 5 de la prise de conscience, la France a les moyens de répondre à cet enjeu », conclut-il sur une note d’espoir. 

Sur le même sujet :

Roanne : un homme a été interné en psychiatrie après avoir crié « Allah Akbar » et menacé d’égorger des gens, relâché 3 jours après

Lu dans Le Progrès du 7 janvier 2020 :

« Je vais t’égorger, je suis musulman, Allah Akbar, tu ne sais pas qui je suis. » C’est en ces termes qu’un individu de 31 ans a menacé des Roannais le 26 décembre dans la soirée à Roanne, armé d’une branche de 3 mètres. Maîtrisé par les victimes, il a par la suite été interpellé par la police, puis interné d’office en psychiatrie. Une expertise psychiatrique doit être pratiquée pour évaluer sa responsabilité pénale.

[…]

Des coups ont été échangés et l’individu a été maîtrisé après avoir menacé à plusieurs reprises d’égorger le père et son beau-fils et crié plusieurs fois « Allah Akbar ». Des menaces également proférées à l’encontre des fonctionnaires de police quand ceux-ci sont intervenus. Quand la mère lui a demandé pourquoi il avait agi de la sorte, il aurait répondu avoir fait 15 ans de psychiatrie et être schizophrène.

L’individu a été placé en garde à vue puis interné d’office en psychiatrie pendant trois jours, avant d’être relâché. Sa responsabilité pénale doit être évaluée par un expert. « Et s’il est déclaré responsable de ses actes, il sera jugé devant le tribunal », annonce le procureur de la République de Roanne, Abdelkrim Grini.

Metz : un islamiste menaçant blessé par des policiers, les racailles les accusent « d’assassins » (Video)

Lu dans Le Figaro de ce dimanche 5 janvier :

Un homme, qui brandissait un couteau au cri de «Allah akbar» dans une rue du quartier Borny à Metz, a été blessé ce dimanche 5 janvier en milieu de journée par des policiers lors de son interpellation, a appris l’AFP de sources concordantes. Selon le procureur de la République de Metz Christian Mercuri, il était «connu pour sa radicalisation et ses troubles de la personnalité».

«Il est blessé, son pronostic vital n’est pas engagé», a indiqué à l’AFP une source policière, précisant que les policiers avaient «été menacés» en arrivant sur place et avaient dû faire usage de leur arme pour le neutraliser. Personne d’autre n’a été blessé, selon cette source.

Une enquête de flagrance, confiée à la PJ de Metz, est «ouverte du chef de tentative d’homicide sur agents de la force publique», a déclaré à l’AFP le procureur, précisant avoir «pris attache avec le parquet antiterroriste pour évaluation de l’affaire».

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur a salué l’intervention rapide de la police, et annoncé que le ministère suivait «avec attention et vigilances les faits survenus», en lien avec la préfecture de la Moselle.

Attaque de Villejuif : l’assaillant aurait crié « Allah Akbar » (Allah est le plus grand) selon RTL

Actualisation du samedi 4 janvier :

« Le parquet national anti-terroriste (PNAT) s’est saisi de l’enquête ce samedi. Plusieurs indices laissent ainsi imaginer chez Nathan C., décrit comme un élève doté de « hautes capacités intellectuelles » mais addict aux produits stupéfiants, une radicalisation ainsi qu’une préméditation.

Dans le sac où a été retrouvé sa carte de crédit, les enquêteurs ont ainsi mis la main sur un Coran, de la littérature salafiste ainsi qu’une lettre « qui peut être considérée comme testamentaire, caractéristique du musulman […] qui sait qu’il va faire le grand saut », a expliqué le commissaire Philippe Bugeaud, directeur adjoint de la PJ de Paris. Lire dans Le Parisien

Lu sur RTL :


Une personne est morte et deux ont été blessées vers 14 heures ce vendredi 3 janvier par un homme qui les a attaquées au couteau au parc des Hautes-Bruyères à Villejuif, dans le Val-de-Marne, a-t-on appris de source policière. Les deux blessés sont en urgence relative.

Le terroriste, « pieds nus, portait une vêtement long blanc et une barbe. Selon certains témoins, l’assaillant aurait crié « Allahu akbar » au moment des faits ; la police procède à des vérifications pour s’en assurer. À ce stade, le parquet national antiterroriste ne s’est pas saisi de cette affaire.

Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez, est sur place. Il doit tenir une conférence de presse pour communiquer les premiers éléments de cette affaire. » Source

Une mosquée en sympathie avec les Frères Musulmans bordera Paris en 2022.

Ivry-sur-Seine, commune de 60 000 habitants limitrophe de Paris, devrait disposer d’une grande mosquée d’ici à 2022. Le collectif de musulmans d’Ivry Annour et la municipalité communiste du Val de Marne ont signé le protocole d’accord sur le foncier que la ville cédera pour la construction de la future mosquée à la mi-décembre. Jusqu’à présent, l’association Annour prie dans un local plus modeste et organise de nombreuses activités sous la houlette de l’imâm médiatique Mohamed Bajrafil. Ce dernier dans la biographie de son site internet dit avoir été influencé par les Frères Musulmans Safwat Hijazy et Al Qaradawi, ses « références ».Lire la suite

La nouvelle mosquée de Combs-la-Ville en sympathie avec les Frères Musulmans

Petite ville de 22 000 habitants à 28 kilomètres au sud de Paris, en Seine-et-Marne, Combs-la-Ville comprend déjà une salle de prière gérée par l’Association culturelle et éducative des Musulmans de Combs-la-Ville, créée en 1991. Cette association a déjà récolté 447 000 euros pour la construction d’une grande mosquée, alors que son objet social premier était comme son nom l’indique de faire de l’éducation, et c’est pour cela qu’elle relève de la loi de 1901 et non 1905. Etant donné qu’il ne manque plus que 6000 euros pour le démarrage du chantier, il est fort probable que le monument sortira de terre en 2020.Lire la suite

Rétro 2019 : quand la mouvance frériste a pris la tête de la « marche contre l’islamophobie »

Abdelmonaim Boussenna et Marwan Muhammad le 10 novembre à Paris

Deux mois après la marche contre l’islamophobie organisée le 10 novembre par les initiateurs de l’appel à manifester dans le journal Libération, soit l’association frériste L.E.S Musulmans, le CCIF et le collectif Adama du nom d’une famille de délinquants[1] soutenue par l’extrême gauche, revenons sur ceux qui étaient sur scène pour prononcer les discours.Lire la suite

Égypte : un chrétien dénonçant les incendies d’églises frappé et emprisonné pour  » diffusion de fausses informations »

Le père Sila Abdel Nour priant pour “notre frère Ramy Kamel”, dans l’église du 6th Octobre dans la banlieue du Caire.

Lu dans Le Point du 23 décembre :

Il est 1 heure du matin passée ce 23 novembre quand sept hommes armés défoncent la porte de l’appartement familial de Ramy Kamel, dans le quartier populaire de Warraq, au cœur de la capitale égyptienne. L’activiste de 33 ans est roué de coups jusqu’à ce qu’il accepte de livrer son téléphone et le mot de passe de son compte Facebook. Ce récit n’émergera que le lendemain, lorsqu’il parviendra à échanger quelques mots avec ses avocats, face au procureur de la sûreté d’État. Connu pour sa défense de l’héritage et de la langue copte, Ramy découvre alors qu’il est accusé d’appartenance et de financement d’une organisation terroriste, de diffusion de fausses informations et de troubles à l’ordre public pour mauvais usage des réseaux sociaux.

« On ne nous a dit ni le nom de sa supposée organisation terroriste ni son objectif », indique son avocat, Saïd Fayez, qui s’est aussi vu « refuser l’accès au dossier contenant, selon le procureur,(…)

« Ils voulaient le faire taire, car il dénonçait publiquement les violences subies par les Coptes ainsi que l’absence d’enquête sérieuse à la suite de récents incendies d’églises et donc, en creux, il pointait l’incapacité des autorités à protéger les Coptes » détaille Mina Thabet, un ami et chercheur basé à Londres. Ces dernières semaines, trois églises au Caire et dans le Delta du Nil ont été en partie ravagées par les flammes, à cause des courts-circuits électriques selon les services de sécurité. Une version mise en doute par des prêtres et fidèles (…) Lire la suite

Un imâm sulfureux de Montpellier invite Tariq Ramadan en conférence : étranger et toléré par l’Intérieur

Tariq Ramadan était invité par un imâm de Montpellier à donner une « conférence de fin d’année »intitulée « le sens des épreuves personnelles et collectives », à grand renfort d‘affiches placardées sur de nombreuses bâtisses de l’agglomération montpelliéraine. Mohamed Khattabi (photo), soutien du prédicateur suisse, est l’imâm de la mosquée Aicha qui n’avait hésité à soutenir l’islamiste lorsqu’il fut incarcéré préventivement, dénoncant un « lynchage médiatique ». Étonnamment toléré sur le sol français alors qu’il est de nationalité marocaine et canadienne, Khattabi fut expulsé d’Amérique pour extrémisme. Ses nombreux prêches enflammés dont celui du 13 novembre 2015, en arabe, n’empêchent pas le renouvellement de son titre de séjour : «Ô Allah (…) soutiens Tes serviteurs, les moudjahidins (combattants de la foi qui s’engagent dans le djihad, NDLR) partout, ô Seigneur de l’Humanité!».

Se sentant intouchable de par sa proximité avec le maire de la ville, il pouvait dérouler son discours provocateur ce même 13 novembre :

« Le musulman pour les Occidentaux, c’est un grand géant mais il est en train de dormir et il est malade. Ils ont peur que ce géant malade (…) ne se réveille (…) Qu’est ce qui arrivera? Il reprendra sa place dans la sphère de la Terre, il reprendra son rôle, il va remettre les pendules à l’heure (…)Nous voulons que nos enfants pénètrent sur la scène politique en Occident. C’est ce que nous voulons. Nous rêvons de voir nos enfants devenir des ministres et des dignitaires, et même des présidents. Pourquoi pas ? Nous voulons qu’un jour ils gouvernent la France, qu’ils gouvernent la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Pourquoi pas Lire la suite

Au moins 14 villageois tués par Boko Haram dans l’ouest du Tchad

Le Figaro avec AFP du 18 décembre :

Au moins 14 personnes ont été tuées mardi dans l’ouest du Tchad par des membres du groupe djihadiste nigérian Boko Haram qui ont attaqué un village de pêcheurs au bord du lac Tchad, ont annoncé ce mercredi le préfet et le gouverneur de la région.

«Il y a eu 14 morts, 5 blessés et 13 personnes portées disparues dans l’attaque non loin du village de Kaiga», a précisé le préfet de la zone, Imouya Souabebe.

Page 2 sur 201«12345»102030...Dernière »