Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Australie : Des musulmans veulent un lieu où libérer leurs idées « incendiaires »

A March 21, 2006 file photo of young muslim women modelling Australian flag hijabs as part of national Harmony Day.

Lu dans Ouest-France du 8 juin :

Un conseil islamique australien a demandé la création de refuges où les jeunes musulmans pourraient exprimer sans crainte des points de vue « incendiaires ». Un appel qui n’a pas plu aux autorités. 

« Créer des espaces sûrs dont les jeunes musulmans ont un besoin urgent afin de pouvoir se rencontrer et discuter d’une série de sujets en termes émotionnels ». Voilà ce qu’a demandé le conseil islamique de l’Etat de Victoria, en Australie, dans une requête adressée à une commission d’enquête parlementaire sur la liberté de religion.

« Un (refuge) où ils pourraient faire preuve de franchise et même utiliser des termes qui, dans l’espace public, seraient considérés comme incendiaires », poursuit ce conseil islamique. Le collectif souhaiterait que ces lieux soient financés sur des fonds publics destinés à des programmes antiterroristes et anti-extrémistes.

En face, le Premier ministre de l’état de Victoria, Daniel Andrews, n’a pas vraiment adhéré à cette idée. « Il n’y a aucun moyen sûr de se lancer dans des tirades contre l’Occident. Aucun moyen sûr de lancer des tirades contre les valeurs qui nous sont chères, a-t-il déclaré à la presse. Je suis très perturbé par la suggestion que nous pourrions avoir des espaces où les gens pourraient se montrer extrémistes dans le cadre d’un programme de déradicalisation. Cela n’a absolument aucun sens à mes yeux ». Il a exclu tout financement de ce type d’initiative.

De son côté, le conseil islamique souligne que « les jeunes musulmans, en particulier, sont surveillés partout, chaque jour, et qu’ils commencent à intérioriser cette surveillance sept jours sur sept. Il y a de plus en plus de problèmes graves de santé mentale chez nombre d’entre eux, ce qui augmente les tensions familiales ».

Cette requête intervient dans un contexte tendu en Australie. Le pays sort à peine d’une prise d’otage considérée comme terroriste par les enquêteurs.

La Turquie prendrait les rênes de l’islam de France (CFCM) en juillet : décryptage

 Joachim Véliocas était l’invité de Radio Sputnik le 6 juin 2017 pour évoquer la présidence tournante du CFCM qui laisserait s’installer en juillet 2017 Ahmet Ogras du Comité de coordination de la communauté turque,  selon toute logique. Ses inquiétantes prises de positions citées sont compilées dans notre article précédent.

Farid Ikken avait reçu en 2009 un prix décerné par l’Union Européenne pour un article pro-migrants

Le djihadiste de Notre-Dame, Massip Farid Ikken, avait été primé par l’Union Européenne pour ses articles militants louant la « diversité » et la « non discrimination » des migrants clandestins.

Yanis Khalifa: un proche de l’UOIF suppléant LREM en Seine-Maritime !

Yannis Khalifa suppléant de la candidate La République En Marche en Seine-Maritime, Sarah Silat.

Mohamed Louizi nous le présente :

« De métier consultant, il cumule les mandats associatifs : membre du conseil d’administration de Coexister France, il est aussi secrétaire général du Club Hessel, un club se disant de réflexion politique[18]. Mais, Yanis Khalifa est avant tout un pur produit de l’association EMF (Étudiants musulmans de France), le bras des Frères musulmans de l’UOIF à l’université française. Jusqu’à très récemment, il était membre du bureau national d’EMF, chargé des relations publiques et entretenant des liens européens et internationaux avec le Tanzim international des Frères musulmans. En France, il est très actif dans le réseautage influent. De part ses fonctions nationales, il participe à des activités et formations, notamment celles organisées en Turquie par le FEMYSO, la branche européenne des Frères musulmans, s’occupant des jeunes et des étudiants, que préside la «sœur» Intissar Kheriji, la fille du leader islamiste tunisien Rached el-Ghannouchi.

Les photos publiques, issues de son profil Facebook et bien d’autres pages officielles de son réseau associatif, le montrent sous différents angles : à côté de la «sœur» tunisienne Sayida Ounissi, ex-députée du parti islamiste tunisien Ennahda, actuellement secrétaire d’état chargée de l’initiative privée ; ou lors d’une réunion de l’instance nationale d’EMF, organisée au siège social de l’UOIF à La Courneuve ; ou dans les studios de la radio Europe 1 pour présenter EMF ; ou à côté du frère musulman Bashar al-Sayadi[19], le président de l’Union des musulmans de Rouen (UOIF) ; ou faisant la promotion du Gala du 25ème anniversaire d’EMF, organisé au sein même de la faculté islamiste IESH (Institut Européen des Sciences Humaines à Paris), que finance en partie la Qatar Charity, avec comme invités, les islamistes Ahmed Jaballah et Hassan Iquioussen. (Lire Mosquées Radicales pour comprendre leur dangerosité)

L’Institut Européen des Sciences Humaines est l’école d’imâms de l’UOIF. Hassan Iquioussen est un négateur du génocide arménien , partisan du califat et défenseur assumé des Frères Musulmans. Il préconise le jihâd guerrier au sens du juriste hanbalite Ibn Qayyim (conférence du 14 juillet 2013 à St-Louis de La Réunion). Son profil est analysé dans l’ouvrage Mosquées Radicales (éditions DMM).

Par ailleurs, le profil de Yanis Khalifa devient plutôt intéressant à analyser, lorsqu’on découvre qu’il est aussi membre du bureau politique du MODEM76 (Seine-Maritime). En même temps, il semble être très proche et très familier aussi avec le couple Juppé, à tel point qu’il appelle, sur sa page Facebook, Alain Juppé «tonton Alain» et sa femme «tata Isabelle». Il faisait parti aussi des «Jeunes avec Juppé». Après la défaite de ce dernier aux primaires de la droite et du centre, il a cosigné un texte intitulé «Appel à François Bayrou, présentez-vous !»[20]. Un article du Figaro du 22 février explique pourquoi ce jeune islamiste souhaitait une candidature de François Bayrou[21]. Le président du MODEM ayant décidé de ne pas se présenter et de rejoindre Emmanuel Macron, Yanis Khalifa, quant à lui, a cosigné à nouveau un nouveau texte, paru dans L’Obs du 13 mars, intitulé : «100 membres des Jeunes avec Juppé apportent leur soutien à Emmanuel Macron»[22].

Source : Mohamed Louizi 

Un couple interpellé dans une opération antiterroriste à Malo-les-Bains

Lu dans La Voix du Nord (extrait):

Sous l’égide du parquet antiterroriste de Paris, les hommes du RAID ont appréhendé, ce mardi matin à la résidence Britania de Malo-les-Bains, un couple suspecté d’avoir participé à une entreprise terroriste. Ils auraient un lien direct avec Karim Cheurfi, l’auteur de l’attentat qui a coûté la vie au policier Xavier Jugelé, le 20 avril, sur les Champs-Élysées.(…) Ce mardi, dans le cadre de cette enquête, trois autres personnes ont été interpellées, cette fois en dehors de la région. Lire la suite.

Pays-Bas : « La période du Ramadan » entraîne une hausse de la criminalité, selon le maire d’une municipalité

Lu sur le média néerlandais DeGooi

Pieter Broertjes, maire de la municipalité de Hilversum, reconnaît dans une interview à l’Associated Press que la période du Ramadan est une nuisance pour sa ville.

Hilversum est touchée par une série d’incendies de voitures et d’actes de vandalisme. « Il ne faut pas tourner autour du pot. Ce n’est pas un hasard que les nuisances augmentent durant cette période. Je suis choqué par ces évènements. », a-t-il déclaré.

Le maire cible particulièrement des individus, parfois étrangers, venant de quartiers populaires.

L’administration de la mosquée soutient l’approche du maire.

L’étudiant algérien de 40 ans préparait sa thèse depuis 3 ans: dérive de la filière migratoire étudiante.

L’homme de 40 ans qui a attaqué au marteau un policier ce mardi vers 16h sur le parvis de Notre-Dame de Paris, est étudiant à Metz. Depuis 2014, il est science de l’information et de la communication et préparait une thèse sur le journalisme et les élections dans les pays d’Afrique du Nord au centre de recherche sur les médiations (CREM).

 L’agresseur originaire d’Algérie est né en 1977, il a été journaliste en Suède puis en Algérie croit savoir l’université de Lorraine, avant d’arriver à Metz en 2014 pour suivre une thèse sur les médias. Après la mutation à Paris du directeur de thèse à la rentrée 2015-2016, l’étudiant quadragénaire avait déménagé dans le Val d’Oise pour rejoindre son professeur début 2016, tout en restant inscrit à Metz. Un étudiant qui ne « montrait rien de suspect » selon le président de l’université de Lorraine Pierre Mutzenhardt « son directeur de thèse est le premier surpris, il est dans l’incompréhension totale »

Pierre Mutzenhardt va rencontrer le personnel du CREM de Metz ce mercredi et va prendre des mesures dans l’université. « c’est un étudiant qui ne mérite absolument pas d’être inscrit à l’université de Metz, je pense que je vais téléphoner au ministère pour voir quelle conduite tenir, ça peut choquer en interne« . (France Bleu du 6 juin)

À ce jour, on compte 289.000 étudiants étrangers. Ils représentent 12.3% de la population étudiante, soit un étudiant sur huit. Moins de 40% des étudiants étrangers décrochent une licence. Depuis une circulaire du 15 janvier 2000, ils peuvent s’établir de manière définitive sur le territoire français. 

Lire aussi : 13 000 euros/an, le coût d’un étudiant étranger en France.

Une centaine de tribunaux islamiques autorisés en Grande-Bretagne (France 2)

Les positions inquiétantes du prochain président du CFCM Ahmet Ogras

La présidence du Conseil Français du Culte Musulman est tournante. En juillet prochain, le turc Ahmet Ogras représentant de l’islam officiel turc dans le Conseil dont il est vice-président, a toutes les chances d’en prendre les rênes.

Libération lui consacre un portrait où on apprend ses liens avec le parti islamiste au pouvoir :

« Depuis la création du CFCM en 2003, Algériens et Marocains l’avaient exclusivement présidé en alternance. Mais cette succession risque bien d’échauffer les esprits. En cause, les liens d’Ahmet Ogras avec l’AKP, le Parti de la justice et du développement, au pouvoir en Turquie depuis 2002 et avec l’entourage, à Ankara, du président islamo-conservateur, Recep Tayyip Erdogan. Car Ogras, 46 ans, doit son ascension au sein de l’islam de France à sa belle-famille et les relations qu’elle entretient avec l’AKP d’Erdogan : son beau-frère Ali Hasal et sa belle-sœur travaillent tous deux au palais présidentiel au service des relations publiques.

Arrivé en France à l’âge de 3 ans, Ogras, fils d’ouvrier, a grandi dans le quartier populaire des Rottes à Vendôme (Loir-et-Cher). Ingénieur de formation, il a participé au milieu des années 2000 à la fondation de l’Union des démocrates turcs européens (UDTE), liée à l’AKP et parrainée par Erdogan. A ce titre, Ahmet Ogras était à la manœuvre lors de la grande manifestation franco-turque, en janvier 2012, contre la loi pénalisant la négation du génocide arménien. »Lire la suite

Dans son ouvrage Les vrais ennemis de l’Occident (L’artilleur, 2016) Alexandre del Valle dressait le portrait d’Ogras:

Lors d’un débat sur France 24 le 29 août 2016, il dérapa à de nombreuses reprises :

  • « La France se ridiculise » au sujet des burkinis interdits par des communes sur les plages.
  • Questionné par la journaliste sur l’opportunité de la présence de l’UOIF au sein de la Fondation pour l’islam de France, il répond que « ce n’est pas un problème », avec un large sourire.
  • Il est d’accord sur le financement étranger des mosquées, le fussent-elles par le Qatar. Il justifie sa position avec l’existence de l’Institut orthodoxe de Paris financé par la Russie. On appréciera le parallèle entre des pays qui financent le djihadisme international et la Russie.

Il défendit  becs et ongles Erdogan en 2014, alors que déjà 90 journalistes croupissaient dans les prisons turques :

Allemagne : un réfugié kurde de Rojava poignardé à mort par deux sympathisants de l’État islamique

Une information du média anglais ANF  traduction Fdesouche:

L’homme poignardé à mort dans la ville allemande d’Oldenbourg mercredi s’est avéré être un réfugié de Rojava (Kurdistan syrien) appelé Abdulhenan Yakup. Selon des témoins oculaires, Yakup a été tué par deux sympathisants de l’Etat islamique pour ne pas avoir fait le ramadan.

Vers 18h00 le 31 mai, Abdulhenan Yakup, âgé de 33 ans, originaire de la ville d’Efrîn à Rojava, a agressé verbalement par deux sympathisants de l’EI sur un marché de la ville d’Oldenbourg en Allemagne. Les deux sympathisants de l’EI qui auraient séjourné en Syrie ont insulté Yakub après l’avoir vu avec une glace à la main en disant: « Pourquoi ne jeûnes-tu pas pendant le ramadan? »

Yakup n’a pas fait attention aux deux hommes, leur a tourné le dos et a commencé à s’éloigner quand il a été poignardé dans le dos, dans le ventre et d’autres parties de son corps. Le réfugié kurde a perdu la vie sur les lieux malgré les efforts des unités médicales pour le réanimer.