Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

La mosquée de Villiers-sur-Marne perquisitionnée, une école coranique mise au jour.

Capture d’écran 2016-08-31 à 11.32.34Lu dans Le Parisien:

Une opération de police s’est déroulée ce mercredi matin à la mosquée Al Islah de Villiers-sur-Marne. Une perquisition administrative, qui a pris fin vers 9 heures, avait pour objectif d’établir si une école coranique existait au sein de ce lieu. Ce que la perquisition a permis de confirmer. Il s’agissait notamment de contrôler la logistique de l’établissement mais aussi la teneur du discours tenu en son sein, pour vérifier qu’il ne s’est pas « durci », a-t-elle précisé. Les enquêteurs ont déjà pu constater la présence d’employés en situation irrégulière dans l’école, a ajouté cette source.

Fin juillet, une perquisition administrative avait été menée au domicile d’un homme de 41 ans fiché S (Sûreté de l’Etat) qui fré- quente la mosquée Al Islah. Le 12 avril dernier, le tribunal correctionnel de Paris avait condamné onze membres d’une filière d’acheminement de combattants vers la Syrie, dont plusieurs jeunes de Champigny qui fréquentaient eux aussi cette mosquée. 

Paris, Bruxelles, Magnanville, Nice, Toulouse : des multirécidivistes fichés d’origine étrangère tolérés par l’idéologie droit-de-l’hommiste

Connus pour faits de délinquance ou liens évidents avec l’islamisme radical, ils n’ont pas été expulsés et/ou déchu de la nationalité française (lorsqu’ils l’ont acquise par le droit du sol ou une naturalisation). La fin de l’automaticité de la « double peine » décidée en 2003 par Nicolas Sarkozy alors à l’Intérieur, fait que nombre de délinquants étrangers restent en France malgré une condamnation pénale. La Cour européenne des droits de l’homme  (CEDH) interdit l’expulsion des terroristes dans leurs pays d’origine car ils y risquent des mauvais traitements, notamment au Maroc, Algérie et Turquie. Ce laxisme conduit à des attentats à répétition.

Voici les profils des terroristes ayant frappé la France et la Belgique depuis le début 2015 :

  • L’ algérien (son nom n’a pas été divulgué par le procureur) qui a poignardé une policière dans un commissariat de Toulouse le 30 aout 2016 était, informe le procureur PY Couilleau, déjà connu pour avoir attaqué au cocktail Molotov les forces de l’ordre et une synagogue en 2014. Libéré de manière irresponsable. En savoir plus.
  • 2048x1536-fit_adel-kermicheAdel Kermiche, qui  tué le père Hamel à St-Etienne-du-Rouvray en août 2016,  a été décrit comme « une bombe à retardement » par plusieurs témoins. Jamais condamné, il avait été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en mars 2015 pour avoir tenté de rejoindre les terres du jihad. Après une seconde tentative en mai 2015, il avait été incarcéré, période au cours de laquelle il se serait encore davantage radicalisé, avant d’être libéré en mars 2016, contre l’avis du parquet, et assigné à résidence sous surveillance électronique.

33512491

  • Mohamed Lahouaiej Bouhlel : Tunisien de 31 ans ayant bénéficié d’un titre de séjour de 10 ans en 2009, époque où le gouvernement Sarkozy décida de porter à 80 000 le nombre de visas annuels pour les tunisiens. Condamné pour vol, puis agression d’un automobiliste avec une planche cloutée en janvier 2016 (6 mois avec sursis), il a pu rester sur le territoire à cause de la fin de l’automaticité de la « double peine » décidée par Sarkozy en 2003, permettant aux délinquants étrangers condamnés de rester en France.
  • Ramzi.A , tunisien naturalisé français, complice de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. A indiqué l’emplacement d’une kalachnikov découverte par les enquêteur. Condamné à 6 reprises pour des délits.
  • Capture d’écran 2016-07-18 à 11.28.39Larossi Abballa, 25 ans, célibataire et né à Meulan (Yvelines), était connu pour de nombreux faits de droit commun (vol, recel, violences). Surtout, il avait déjà été condamné à trois ans de prison, dont six mois avec sursis en 2013 pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes ». Mis en examen en 2011 par les juges d’instruction antiterroristes Marc Trévidic et Nathalie Poux aux côtés de sept autres personnes originaires de la banlieue parisienne, Larossi Abballa était accusé d’avoir recruté des candidats, de les avoir endoctrinés et de s’être préparé physiquement avec eux pour aller mener le djihad dans la zone tribale entre le Pakistan et l’Afghanistan. Entre le 5 décembre 2010 et le 26 février 2011, les huit hommes s’étaient retrouvés régulièrement en fin de semaine pour s’entraîner physiquement dans les parcs de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) et d’Argenteuil (Val-d’Oise).
  • Les frères El Bakraoui : En octobre 2010, Ibrahim avait été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour avoir tiré sur des policiers à la kalachnikov. Avec un complice, Ibrahim commet alors un braquage chez un agent de change. Ibrahim reste dans la voiture et fait le guet. Une fois le braquage commis, les auteurs s’en vont, à trois, dans la voiture. La police tente de les intercepter mais Ibrahim El Bakraoui fait feu à plusieurs reprises sur les agents et blesse l’un d’entre eux de trois projectiles. Ibrahim avait été reconnu coupable et condamné à une peine de 9 ans de prison. En février 2011 cette fois, c’est Khalid El Bakraoui qui s’est retrouvé devant la justice. Il a été condamné à 5 ans de prison sans sursis pour des car-jackings. Lors de son arrestation à l’époque, il détenait des kalachnikovs avec ses complices. Pourquoi les deux frères sont libres en mars 2016 pour commettre leur massacre ?
  • Samy Amimour Le Figaro du 23 novembre dernier notait à son endroit : « c’est le symbole de l’inertie judiciaire et administrative qui confine à la cécité ». Ce tueur du Bataclan a été inculpé en 2012 pour un projet de départ au  Yémen, base arrière bien connue d’Al Qaida. Son passeport et sa carte d’identité lui sont retirés. Mais il a suffit à un de ses complices de  déclarer la perte de ses papiers à sa place, et on lui a réédité des originaux. Aussi, Amimour « devait » pointer au commissariat chaque semaine, chose qu’il ne faisait plus depuis septembre dernier. Ce qui n’a pas interpellé la « vigilance » des policiers chargés de le suivre.
  • Omar Ismael Mostefai : Il fait partie des terroristes du Bataclan. Condamné 8 fois pour des délits de droit commun entre 2004 et 2010, sans jamais être incarcéré! Fiché S pour radicalisation depuis 2010, sa fiche fut renouvelée un mois avant les attentats de Paris ! C’est la Turquie qui a prévenu la France en septembre 2013, qu’il serait en Syrie probablement. La police savait qu’il avait coupé les ponts avec son entourage, qu’il priait dans les mosquées tablighi de Lucé et Chartres. Mais laissé sans surveillance…
  • Abdelhamid Abaoud: Dès 2014 , ce belgo-marocain est repéré dans un vol Cologne-Istanbul, les policiers le soupçonnent d’aller faire le djihad. En janvier 2015, il échappe au démantèlement de la cellule terroriste de Verviers, la police belge est certaine qu’il en fait partie. Il a traversé les frontières européennes depuis la Syrie, en passant par Athènes où son portable est géolocalisé, pour revenir tranquillement dans sa ville natale de Molenbeek. A cause du refus idéologique de contrôler les frontières par les gouvernements eurofédéralistes, il peut aller à Paris et en revenir après avoir tué des dizaines de parisiens, victime du sans-frontiérisme.
  • Mohammad Al Mahmod et Ahmad Al-Mohammad: Le premier a  été contrôlé en Grèce le 3 octobre 2015 sur l’ile de Léros. Autorisé à entrer en Europe comme des centaines de milliers d’hommes seuls en provenance de Syrie, d’Afghanistan, du Soudan et d’Erythrée. Alors que l’Etat Islamique se vante d’infiltrer les migrants, il est entré dans l’espace Schengen de manière formelle tout comme son comparse Ahmad Al-Mohammad, lui aussi Syrien.
  • Jawad Bendaoud: Condamné en 2008 à huit ans de prison pour avoir tué au hachoir un adolescent de 16 ans, il sort déjà en septembre 2013 pour reprendre son activité de caïd.
  • Fabien Clain Condamné en 2009 pour être le chef d’un groupe de djihadistes voulant se rendre en Irak, il est condamné à 5 ans de prison mais ressort déjà en 2012. Il s’envole aussitôt pour la Syrie où il dirige la communication francophone de l’Etat islamique.

Policier attaqué à Toulouse : encore un multirécidiviste d’origine étrangère laissé libre, la liste gonfle.

Connus pour faits de délinquance ou liens évidents avec l’islamisme radical, ils n’ont pas été expulsés et/ou déchus de la nationalité française (lorsqu’ils l’ont acquise par le droit du sol ou une naturalisation). La fin de l’automaticité de la « double peine » décidée en 2003 par Nicolas Sarkozy alors à l’Intérieur, fait que nombre de délinquants étrangers restent en France malgré une condamnation pénale. La Cour européenne des droits de l’homme  (CEDH) interdit l’expulsion des terroristes dans leurs pays d’origine car ils y risquent des mauvais traitements, notamment au Maroc, Algérie et Turquie. Ce laxisme conduit à des attentats à répétition.

Voici les profils des terroristes ayant frappé la France et la Belgique depuis le début 2015 :Lire la suite

Un islamiste agresse au couteau une policière à Toulouse « car elle représente la France »

Capture d’écran 2016-08-30 à 18.10.45Lu sur La Dépêche :

Prétextant un dépôt de plainte, un algérien s’est introduit dans le commissariat du Rempart Saint-Etienne ce mardi vers 14 heures 30, où il a tenté de s’emparer de l’arme de service d’un fonctionnaire de police, adjoint de sécurité.

Faute d’y être parvenu, il a alors sorti un couteau et frappé le policier à la gorge. L’agresseur a été maîtrisé et transféré au commissariat central.

L’individu âgé de 31 ans, d’origine algérienne a-t-on appris de source syndicale policière, présenterait des troubles psychiatriques. Il aurait attaqué l’adjointe de sécurité « parce qu’elle représente la France », a indiqué la même source.

La victime a été transportée à l’hôpital, souffrant de plusieurs blessures qui doivent être suturées. Son pronostic vital ne serait pas engagé.

Une policière présente dans le commissarait au moment des faits est, elle, en état de choc.

Le procureur de la République est sur place. L’enquête a été confiée à la PJ, la police judiciaire. Des enquêteurs parisiens sont également attendus sur place.

Le parquet tiendra une conférence de presse à 17 heures au tribunal.

Plus d’informations à venir sur ladepeche.fr

Un arabe menace d’égorger un prêtre à Foix en criant « Allah Akbar »: laissé libre !

le-pere-jacques-hamel-victime-de-la-barbarie_804097Lu sur Valeurs Actuelles du 29 août :

Jeudi dernier, à Foix, un homme a crié à plusieurs reprises dans la rue « Allah Akbar » tout en menaçant « d’égorger un prêtre », rapporte La Dépêche. Interpellé par la police, il a été remis en liberté dans l’attente de son procès.

L’homme promet qu’il s’agissait d’une « plaisanterie« , qu’il n’a pas mesuré la portée de ses propos. Mais dans le contexte de crispation et de menace terroriste dans lequel se trouve la France, il est difficile de ne pas prendre au sérieux les paroles prononcées par le trentenaire. Jeudi dernier, rapporte La Dépêche, il a menacé à plusieurs reprises « d’égorger un prêtre », en criant « Allah Akbar ». Une passante, paniquée, a prévenu la police.

Interpellé et placé en garde à vue, le « grand gaillard » n’avait pas d’arme et n’était pas fiché S. Présenté au parquet de Foix, il a été remis en liberté dans l’attente de son procès. Il comparaitra pour apologie d’acte terroriste et consommation de produits stupéfiants, car il était sous leur emprise au moment de son arrestation.

Chevènement, l’homme qui céda face aux islamistes sur la liberté religieuse en 1999, et dans sa ville.

6db38c3342e1e66c8ebc2746ab24f

Jean-Pierre Chevènement préside la « Fondation de l’islam de France »

Lu sur Wikipédia (information vérifiée) :

« Jean-Pierre Chevènement entama en 1999 une consultation large rassemblant toutes les fédérations musulmanes, les grandes mosquées et certaines personnalités et leur soumit un texte qui ne pouvait « faire l’objet d’une négociation », mais qui a cependant été amendé : le texte initial ajoutait que cette convention « consacre notamment le droit de toute personne à changer de religion ou de conviction ». Assimilée à un acte d’apostasie, cette précision sur le droit à changer de religion ou de conviction était pour Jean-Pierre Chevènement cruciale. Elle soulevait la question de la liberté religieuse. Si un musulman est libre de changer de religion, sa décision supplante celle du groupe. Après de longues discussions, Chevènement obtint dans un premier temps un engagement sur ce point, mais celui-ci fut finalement retiré à la demande des autorités musulmanes, notamment de l’UOIF. Le pacte fut signé le 28 janvier 2000. Les islamistes gagnèrent leur bras de fer diplomatique avec la république. 

Aussi, l’ancien maire de Belfort explique sur son blog comment il a mis à disposition un terrain municipal pour une mosquée , et accordé un permis de construire aux islamistes de l’UOIF :

« Sur le terrain – et je prends l’exemple de Belfort – il est difficile d’imposer aux musulmans une seule mosquée dès lors que leur communauté est divisée. Une mosquée centrale a été autorisée par la Ville sur des terrains communaux. Sa construction s’achève. Mais la municipalité a dû accorder un permis de construire à une association proche de l’UOIF pour la construction d’une mosquée périphérique dans le principal quartier populaire de Belfort. On peut se demander à la lumière de l’expérience s’il ne faut pas favoriser la construction de plusieurs petites mosquées plutôt que celle, pourtant emblématique et valorisante, d’une grande mosquée centrale. C’est à la communauté des fidèles musulmans de surmonter ses divisions.  » Source: blog de Jean-Pierre Chevènement

Pour en savoir plus sur l’UOIF cliquer ici

Les militants du Planning familial militent pour le burkini sur la plage de Douardenez

une-majorite-de-femmes-mais-aussi-des-hommes-sont-venues_3064545

Lu dans Le Télégramme du 29 août :

Afin de protester contre les arrêtés anti-burkini, une trentaine de personnes se sont réunies, hier, sur la plage des Dames, pour se mettre à l’eau tout habillées. Une opération baptisée « douarnkini » et lancée par le Planning familial.

Les promeneurs du dimanche avaient les yeux écarquillés hier midi, sur la plage des Dames. Au bord de l’eau, une trentaine de personnes, couvertes de la tête au pied, voile sur la tête pour certains, longues robes pour d’autres. Les premiers entament les premières brasses, tout habillés. Un autre arrive, puis un suivant, sous les applaudissements des baigneurs endimanchés.Lire la suite

Younes et Fatah attaquent un couple de français pour avoir commandé une pizza au jambon

halal-ou-haramLu sur La Voix du Nord du 28 août 2016 (extraits):

« Le tribunal correctionnel de Douai a condamné Youness Boussaid et Fatah Bouzid à de l’emprisonnement ferme. Les prévenus, tous deux âgés de 27 ans et domiciliés dans le ressort de l’instance judiciaire de Douai, ont été reconnus coupables de violences en réunion commises près d’une discothèque, à Cambrai.

Cambrai, dimanche 18 octobre 2015. Une jeune fille et un jeune homme sortent de la discothèque Le Mix Bar où ils viennent de passer la soirée. Alors qu’ils commandent une pizza auprès d’un commerçant installé à proximité, ils sont abordés par des individus qui leur proposent de la cocaïne, avant de leur reprocher d’avoir choisi une pizza au jambon, car, en consommant ce type de nourriture, ils risquent « d’aller en enfer ». 

es agresseurs veulent humilier la fille, caressent ses cheveux blonds, introduisent de force son propre doigt dans son nez, la font chuter. Elle perd connaissance. Son compagnon tente de la protéger, mais les coups pleuvent. Lire la suite 

Le ministre Rossignol soutient des femmes voilées expulsées d’un restaurant: accointances salafistes

Aix : 1 couple agresse 2 enfants (apologie du terrorisme, menaces, exhibition sexuelle…)

video-aix-en-provenceAbdelhak Attout et Sonia Missaoui comparaissent pour un dossier de violences, menaces, apologie du terrorisme et exhibition sexuelle. […] Les deux adolescents alertés par le chiot qui jappait se sont trouvés confrontés à l’ire démesurée des prévenus. 

Le garçon allait recevoir un coup de poing au visage, un coup de pied à l’entrejambe. […] « Vous les avez poursuivis jusque dans un magasin, ils ont été menacés, de même que la vendeuse qui leur avait permis de s’y réfugier. Ce type de violences est insupportable ! », gronde la présidente, devant les arguments du prévenu : « J’étais énervé, j’avais des problèmes. Elle m’a fait un doigt d’honneur, j’ai été traité de sale arabe ! » Ce fut, en somme, lui la victime. Il allait ensuite exhiber ses parties génitales, hurlant « Je t’attends, quand tu sors je te tue ! » […]

Attout se rapetisse. Sa compagne murmure s’être emportée […] Elle menace la commerçante, mimera un égorgement à l’adresse d’un policier, en garde à vue : « J’en suis désolée, c’est pas moi tout ça mais j’avais dormi avec les cafards », bredouille Sonia Missaoui. « Vous croyez que c’est le moment ? Quelques jours après Nice ! Mais vous réfléchissez, un peu ? Et tout ça se passe devant votre enfant de 3 ans ! » […]

« Toi la blonde, on va te crever avec Daech » : Maître Calmet rappelle les violences proférées contre la commerçante qui a permis aux mineurs de se réfugier dans son magasin. Le procureur Avon qualifie ce « comportement sauvage, quasi-animal, où le réveil des bas instincts n’honore pas le genre humain  » […]. « Tout m’inquiète : l’apologie du terrorisme, l’exhibition, en présence d’un jeune enfant à qui on ne donne pas l’exemple. » Il requiert 18 mois dont 6 avec sursis et mise à l’épreuve (SME) pour Abdelhak Attout, déjà condamné pour outrages et violences ; 12 mois dont 6 SME pour Sonia Missaoui, avec mandat de dépôt. Les deux SME comportant obligation de soins et interdiction de paraître au magasin.Lire la suite