Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

« Des djihadistes français partout » à Mossoul selon un dentiste exfiltré

Prière de rue géante devant le Colisée à Rome : la provocation des musulmans

Cela s’est passé le 21 octobre dernier.

Les colons musulmans ont prié dehors pour protester contre la fermeture récente de cinq mosquées romaines, fermées en raison d’irrégularités administratives. Le respect des normes européennes, sanitaires ou sécuritaires, n’est pas de mise pour les islamites. Il est plus facile de se victimiser et de crier à l’islamophobie.

Comprendre les batailles d’Alep et de Mossoul avec Bassam Tahhan (23 octobre)

Pour France Bleu à Dax « les musulmans souffrent , les islamistes en ont fait des cibles »

Grand moment de promotion de l’islam sur France Bleu Gascogne , avec des affirmations surréalistes comme : « les musulmans ne sortent plus de chez eux » ou « les musulmans souffrent des islamistes » . Aucune question gênante à la mosquée de Dax mais une bienveillance surjouée:

Une femme blesse grièvement un policier avec un cutter ce jeudi à Belfort

Pour France Bleu c’est une « déséquilibrée » :

Les faits se sont déroulé ce jeudi vers 4 heures du matin, avenue Wilson à Belfort près de la gare. Un policier de 41 ans a été agressé au cutter lors d’une intervention par une femme visiblement déséquilibrée.

C’est vers 4 heures du matin ce jeudi que les policiers sont appelés par le voisinage d’un immeuble de l’avenue Wilson près de la gare, à Belfort. Une femme est en train de créer du trouble. Arrivés sur place, les cinq fonctionnaires de police voient en effet une femme à sa fenêtre en train de vociférer et de les insulter. Les policiers entrent alors dans l’immeuble. La femme vient à leur rencontre et très vite elle sort de sa poche un cutter et blesse au visage l’un des fonctionnaires au niveau de l’œil. […]

les autres policiers arrivent à l’interpeller, difficilement. La femme blesse encore un autre fonctionnaire en le griffant au visage, puis donne des coups de pied à un troisième. Elle sera finalement placée en garde à vue, dans un état délirant, avant d’être placée d’office en hôpital psychiatrique après l’avis d’un expert psychiatre. Cette femme de 34 ans est connue des services de police pour des faits similaires de violence et de rébellion. […] Lire la suite

Une jeune musulmane rouée de coups par ses cousines pour sa liaison avec un catholique

idomesticviolence611Information BFMTV/Parisien de ce 20 octobre:

Une jeune femme amoureuse d’un catholique harcelée par sa famille doit faire face à ses agresseurs présumés, ce jeudi matin, au tribunal correctionnel de Reims.

Ils ont tous deux 22 ans et ils s’aiment. Leur problème? La famille de celle que Le Parisien appelle Nawel, musulmane, n’accepte pas sa liaison avec son amoureux, catholique d’origine portugaise. […]

Ce jeudi matin, Nawel fait face à ses bourreaux présumés devant le tribunal de Reims. Deux de ses cousines, 21 et 27 ans, l’auraient attaquée le 25 janvier dernier, à l’issue d’un rendez-vous pris pour tenter d’apaiser les tensions familiales.

La plaignante dit s’être fait insulter, tirer les cheveux et frapper à coups de poings et de pieds. Les deux jeunes femmes auraient tenté de faire monter Nawel à bord de leur véhicule, selon ses dires. Les deux prévenues nient aujourd’hui l’ensemble des faits. Une certitude: l’épisode aura valu à la jeune femme 10 jours d’ITT.

Du côté des parents et de la fratrie, le tableau n’est pas meilleur. Nawel affirme que son père a proféré des menaces de mort contre elle. Ses sœurs dont elle « était si proche » ne lui répondent plus. « Ils m’ont effacée de leur vie du jour au lendemain », déplore-t-elle. Dégradation de sa boîte aux lettres et du véhicule de son compagnon, coups de fil incessants, la jeune femme a dû quitter Reims pour échapper au harcèlement de sa famille. Elle a depuis trouvé un poste d’infirmière dans une autre ville. […] Lire la suite

Lyon : brandissant un couteau, il fait l’apologie du terrorisme rue du Palais de Justice

Lu sur M Lyon du 19 octobre:

Un Lyonnais de 22 ans a été interpellé ce lundi soir rue du Palais de Justice, dans le 5e arrondissement de Lyon.

En brandissant un couteau, il a menacé une personne par téléphone et a ensuite pris la fuite en tenant des propos faisant l’apologie des actes de terrorisme. Interpellé par un équipage de la police municipale, il sera présenté à un officier de police judiciaire jeudi prochain.

Accusé de « racisme », un enseignant frappé devant ses élèves: « Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah »

220px-Argenteuil-Carte_de_Cassini1Lu dans Le Parisien du 17 octobre (extrait) : 

« Le professeur venait de remettre à sa place une de ses élèves qui disait des gros mots et qui sortait du rang. Les deux agresseurs sont sortis de leur voiture et lui ont crié : « Tu lui parles pas comme ça, raciste ! » L’enseignant a alors rétorqué : « Mais je suis leur maître. » Tout en s’approchant du quinquagénaire, l’un des assaillants a alors répondu : « Et moi, je suis une racaille. »

L’enseignant a tenté de les repousser avec son bras et un parapluie. Mais ses assaillants l’ont finalement fait tomber au sol en effectuant une balayette par-derrière et lui ont donné un coup de poing. Selon une source syndicale, l’un d’eux aurait lancé : « Il n’y a qu’un seul maître, c’est Allah. » […]

Les agresseurs, à peine majeurs selon les témoignages, sont toujours en fuite. […] Lire la suite

Saint-Denis : un « déficient mental » agresse un soldat Sentinelle informe Le Parisien…

une-figaro-magazine« Ce mardi vers 16 h 45, à Saint-Denis, à côté du RER D, dans la rue de la Charronnerie, un homme a tenté de dérober l’arme d’un militaire qui patrouillait dans le cadre du dispositif Sentinelle.

L’individu s’est rué sur le soldat et a cherché à s’emparer de son fusil d’assaut. « Il est parvenu à toucher l’arme et le militaire », précise une source militaire. Mais il n’est pas parvenu à arracher l’arme, un FAMAS, solidement sanglé et tenue des deux mains par le militaire.
Après sa tentative avortée, l’agresseur est resté à proximité. Tout en essayant de calmer cet homme très agité, les militaires ont appelé la police qui a interpellé le suspect. […]
En revanche, il est apparu qu’il n’était pas en possession de toutes ses facultés mentales. Et pour cause, il s’agit d’une personne vulnérable, sous curatelle. Il a été placé en garde à vue au commissariat local. Les militaires ont porté plainte, « comme nous le faisons systématiquement lors de ce type d’incident », explique le colonel Benoit Brulon, porte-parole du Gouverneur militaire de Paris. […] Le Parisien

Deux policiers blessés par des musulmans à Albi (La dépêche)

cite_episcopale_650230(2)Lu dans La Dépêche du 14 octobre

« Deux policiers en tenue du commissariat d’Albi ont été blessés lors d’une interpellation, dans la soirée de mercredi, quartier de Rayssac à Albi.

à 21 h 20, le commissariat d’Albi reçoit un appel dénonçant de jeunes perturbateurs dans le hall du bâtiment L7, rue du Maréchal-Juin. Selon un premier rapport, six hommes, en tenue et en civil, se rendent sur place. Ils constatent que le hall est effectivement occupé par quatre jeunes, dont deux connus de leurs services (…)

[…] «Ici vous êtes sur une terre d’Allah. C’est pas des mécréants qui vont nous dicter leur loi… Je vais te tuer, toi et ta famille» Ces propos, cités dans le rapport des policiers, auraient précédé une confrontation physique avec l’un des jeunes, auteur d’un coup de poing dans la figure d’un policier, avant d’être maîtrisé et plaqué au sol. Un deuxième jeune, interpellé dans la foulée, aurait cravaté le policier pour tenter de lui faire lâcher prise. (…)Un rôle minime qui pourrait expliquer l’absence de blessure. Pendant leur garde à vue les deux jeunes n’ont reconnu ni la version des policiers, ni, en dehors d’insultes, les propos à caractère religieux dont ils les accusent. à ce point de l’enquête, hier le parquet n’a pas demandé leur comparution. Ils ont été laissés libres vers 18 h. […]Lire la suite