Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Mennel a été promue par un réseau destiné exclusivement aux artistes musulmans

« Um’Artistes » , contraction de « Umma Artistes », soit la communauté musulmane des artistes, nom du réseau l’ayant poussé dans les castings. 

« Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.»

(Coran, Al-`Imrân 110)

Seulement 8 ans de prison pour le logisticien de l’attentat de Madrid en 2004 : libre.

Estrosi et ses élus installent une nouvelle mosquée radicale dans des locaux municipaux !

Communiqué FN du 2 février 2018 :

La majorité estrosiste (jusque dans ses composantes les plus « ciottistes ») aura donc voté à l’unanimité la délibération du Conseil municipal qui – sous prétexte de s’opposer à la mosquée En-Nour – entérine l’attribution immédiate d’un local municipal de 500 m² (au 43 route de Grenoble) pour y installer une mosquée qui sera co-administrée par la représentation locale de l’UOIF, émanation notoire des Frères musulmans dans notre pays. Pire, ces locaux ne sont qu’un hébergement provisoire en attendant que soit érigée une immense mosquée de 1000m², sur le terrain municipal de 3000m² mis à disposition par Christian Estrosi dans la plaine du Var.

Dans une ville marquée dans sa chair par le terrorisme islamiste (rappelons que le djihadiste du 14 juillet avait fréquenté la mosquée UOIF de Nice Nord), il s’agit d’une décision scandaleuse, d’une forfaiture qui restera à l’actif de TOUS les élus s’étant compromis par ce vote. Nous nous chargerons de leur rappeler, et de le rappeler à tous les Niçois.

Les élus du Front National, comme aujourd’hui au Conseil municipal, s’opposeront de toutes leurs forces – et par tous les moyens, même légaux – à cette nouvelle compromission de Christian Estrosi et ses élus avec l’islamisme.


Philippe Vardon
Vice-président du Groupe Front National – Région PACA
Responsable du bassin niçois

Marie-Christine Arnautu
Conseillère municipale et métropolitaine de Nice
Député français au Parlement européen

Sur le même sujet, lire notre reportage :  Nice: La librairie de l’imâm modèle d’Estrosi diffuse des livres radicaux (enquête)

Lyon : les colons turcs manifestent devant l’hôtel de ville aux cris de « Allah Akbar »

Le détail anatomique qui accable Tariq « éthique islamique » Ramadan

Lu dans Le Parisien du 2 février 2018 :

« Lors de la confrontation, selon nos informations, le prédicateur a reconnu une relation de séduction mais a nié tout acte sexuel. Selon lui, il aurait bien rencontré la quadragénaire à Lyon dans cet hôtel après des mois de correspondance sur les réseaux sociaux. Mais leur rencontre n’aurait duré qu’une demi-heure.

La victime présumée a cependant identifié une petite cicatrice chez son agresseur présumé que le prédicateur a reconnu posséder. Tariq Ramadan n’a pas fourni d’explication sur le fait que la quadragénaire de confession musulmane ait connaissance de celle-ci. À la fin de la confrontation l’islamologue a refusé de signer le procès-verbal. » Lire l’article intégral

Travailleurs sociaux et psychologues pour les djihadistes de retour en Allemagne et Danemark

Lu dans Le Figaro du 1 er février (extrait) :

Allemagne :

En novembre 2017, les renseignements allemands affirmaient que sur les 960 djihadistes qui étaient partis en Irak et en Syrie, un tiers de ces individus étaient de retour. Si 80 d’entre eux ont été emprisonnés, entre 200 et 220 djihadistes seraient aujourd’hui rentrés chez eux. (…) Pour lutter contre la radicalisation, l’Office fédéral pour la migration et pour les réfugiés (BAMS), qui dépend du ministère de l’Intérieur, a créé le «Bureau d’information sur la radicalisation». Ce dernier travaille avec les services de renseignements, mais aussi avec les acteurs de la société civile. Il se repose notamment sur quatre associations, dont la Violence Prevention Network (VPN). Depuis juillet 2014, la VPN travaille avec des familles dont les membres sont partis faire le djihad, mais également avec des individus qui sont revenus d’Irak ou de Syrie. Des travailleurs sociaux et des psychologues sont également chargés d’accompagner les djihadistes de retour. » 

Danemark :

« Avec environ 143 personnes parties faire le djihad depuis 2012, le Danemark est l’un des pays les plus touchés en Europe, si l’on compare ce chiffre à la population.(…)Les djihadistes qui reviennent peuvent, s’ils le souhaitent, s’inscrire à un programme de déradicalisation. L’État les aide alors dans leurs démarches pour chercher un logement ainsi qu’un emploi. «Ils ont aussi droit à une prise en charge médicale et psychologique gratuite», précise un rapport publié en juin 2017 par le Center for Security Studies (CSS) de Zurich. Pour veiller sur eux pendant cette période de transition, un mentor est désigné, il peut d’ailleurs s’agir d’un ancien djihadiste. Spécialement formés, ces «mentors» accompagnent les revenants au quotidien. «Au Danemark, les djihadistes qui reviennent sont considérés comme des victimes», estime Asiem El Difraoui. Lire l’intégralité dans Le Figaro

Morvan : deux mosquées en construction à Autun

50 djihadistes tunisiens de l’EI récemment arrivés en Italie par la mer ? (Interpol)

LCI du 31 janvier 2018:

L’information a de quoi susciter l’inquiétude. The Guardian rapporte ce mercredi qu’Interpol se préoccupe de la possible présence de 50 personnes suspectées d’être des combattants de Daech, toutes de nationalité tunisienne. Elles seraient arrivées récemment en Italie par la mer. Le vénérable quotidien britannique affirme avoir eu accès à une liste établie par Interpol, l’organisation internationale de la police criminelle, et transmise dès le 29 novembre 2017 aux autorités transalpines puis aux autres pays européens. 

« Le document montre leurs prénoms, noms et dates de naissance », précise le Guardian, selon qui quatre des suspects listés seraient déjà connus des agences de renseignement du Vieux continent. L’un d’entre eux « a peut-être déjà traversé la frontière italo-française, pour atteindre le Gard », fait d’ailleurs savoir Interpol. Selon une source de l’antiterrorisme européen citée par le journal, ces Tunisiens auraient débarqué en Sicile entre juillet et octobre 2017 à bord de bateaux de pêche ou d’embarcations abandonnées. 

Les chars allemands Leopard engagés dans le djihad turc contre les kurdes à Afrin

Hormis RFI, les médias français ne parlent pas de ce qui embarrasse au plus haut point la chancellerie allemande, suscitant l’annonce du gel des futurs exportations d’armes par le ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel.

Nombre des 350 chars Leopard modernisés livrés à la Turquie au milieu des années 2000, alors même que l’islamiste Erdogan était déjà au pouvoir (Premier ministre dès 2003), sont entrés en Syrie comme l’ont montré plusieurs vidéos des combats. Hors cette incursion agressive sur le territoire syrien est destinée à combattre les forces kurdes des YPG et FDS, occupées jusqu’alors à la lutte contre l’EI. La dimension djihadiste de cette attaque est claire : Erdogan a demandé aux responsables des mosquées de prier pour ses soldats, soldats turcs qui scandent des « takbir » , cri éructé avant chaque djihad depuis l’époque classique de l’islam. Aussi, les supplétifs des turcs sont les islamistes locaux de l’ASL qui ne cachent pas leur satisfaction de pouvoir ainsi combattre les « mécréants » kurdes non musulmans comme nous l’avons vu cette semaine. 

Raids de Boko-Haram au Cameroun : deux églises et un dispensaires incendiés

Lors d’un raid perpétré par Boko Haram dans le village de Roum, dans la région du Centre du Cameroun proche de la frontière avec le Nigéria, dans la nuit du 15 janvier dernier, deux églises ont été incendiées par les islamistes : une église de l’Union des églises évangéliques au Cameroun (UEEC) et une église catholique. Dans la même nuit, un dispensaire géré par l’UEEC non loin de Roum, a également été attaqué par Boko Haram. Quatre habitants ont été brûlés vifs dans l’incendie de leurs maisons à Roum.

Source : World Watch Monitor, 29 janvier. Traduction Christianophobie.fr