Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Etre chrétien en Algérie, un calvaire quotidien : témoignage d’un prêtre au Figaro

Le père Paul-Élie Cheknoun, né musulman, s’est confié au Figaro du 19 mars 2018. Extraits :

Êtes-vous libre d’exercer votre ministère en Algérie?

Je suis vicaire dans une paroisse d’Alger, appelé là par l’évêque du diocèse. Mais je ne peux y résider tout le temps. Quand j’y suis, j’accueille, comme prêtre et avec discernement, les nombreux nouveaux chrétiens qui nous arrivent. Mais je ne peux exercer mon ministère en dehors de l’église. Si je sors, je dois ne porter aucun signe religieux chrétien, sinon je risquerais de me faire agresser. On voit bien que je suis du pays, mais il faut que je sois discret. Donc pas de soutane, pas de croix, car certains n’en supportent pas la vue.(…)

Comment un chrétien vit-il sa foi chrétienne au jour le jour en Algérie?

Les musulmans convertis doivent apprendre à survivre dans une société musulmane souvent hostile. Il faut réaliser qu’ils sont persécutés et souvent rejetés par leur famille et leurs amis. On les considère comme des traîtres, des apostats. Et selon le Coran, cela mérite la mort… Pour ce qui du travail et des responsabilités, tant que cela reste dans la sphère privée, il faut le garder pour soi et n’en parler à personne. Sinon, ce sont les représailles. Lorsque cela se sait et que la personne occupe une fonction un peu sensible pour l’État, elle est renvoyée.

Je connais le cas d’un directeur de collège: dès que l’on a su qu’il était chrétien, on a débarqué chez lui en pleine nuit de Noël, il a dû évacuer son logement de fonction sur-le-champ avec sa famille et a tout perdu. C’est une affaire connue. Il est aujourd’hui réfugié en Europe. Il y a beaucoup de cas similaires. Sur le plan politique, un chrétien ne peut pas être maire, il ne peut pas être élu car l’islam est religion de l’État. Les élus prêtent serment sur le Coran.

Que dit la loi algérienne à ce titre?

L’annonce explicite du Christ étant assimilée à du prosélytisme, une loi votée en 2006 pour réguler les cultes non musulmans punit de cinq ans de prison ferme et d’une amende équivalente à dix ans de salaire, tout personne convaincue de détourner quelqu’un de l’islam pour l’attirer au christianisme ou pour injures à l’islam ou envers son prophète. La simple possession de plus d’une bible vous met en danger. Il y a beaucoup d’intimidations. Cette loi a limité l’évangélisation, mais elle n’est pas parvenue à l’arrêter, même si des églises évangéliques sont fermées en ce moment. Quant aux prêtres catholiques, ils sont confrontés à beaucoup de difficultés pour obtenir des visas.

Allemagne : un Afghan tente d’attaquer Merkel au cri d’ « Allah akbar »

Lu sur Welt.de du 14 mars, traduction Fdesouche :

Un moment de choc devant le Bundestag: Mercredi, un Afghan a couru vers la chancelière, en criant quelque chose – puis un garde du corps l’a arrêté. WELT a appris des cercles de police ce que l’on sait de l’homme et comment l’incident est évalué.

Il a crié quelque chose qui ressemble à « Allahu akbar ».

C’est arrivé mercredi matin à la sortie du bâtiment du Reichstag de Berlin. Après sa réélection, Merkel était sur le point d’entrer dans sa limousine quand l’étranger courut vers elle . Après tout ce qui s’est passé dans les villes européennes ces dernières années, après tous les assassinats et les attaques au couteau, souvent accompagnés d’appels « Allahu Akbar », la scène a dû effrayer tous ceux qui étaient là ou regardaient la scène sur un écran vidéo.

Syrie : Informations biaisiées autour de La Ghouta

Présentation de Bassam Tahhan sur Wikipédia (extrait) : En 1994, il devient titulaire de la chaire supérieure d’arabe créée pour la première fois en France. En vingt ans d’enseignement au lycée Louis-Le-Grand, le nombre d’élèves de CPGE du Maghreb et du Machrek a quadruplé.(…) Il a par ailleurs enseigné à l’École de Guerre (Collège interarmées de Défense) pendant deux ans (2004-2005) en tant que  directeur du séminaire de la géopolitique de l’Islam dans le monde. (…) Bassam Tahhan fut le premier maître de conférences d’arabe à l’École polytechnique, en 1986.

Panique dans le Ouibus après l’appel à tuer des mécréants (Le Parisien)

Le Parisien du 15 mars 2018 :

« Gros moment de panique ce mercredi soir dans un car qui roulait pour Londres. Sous la pression des voyageurs, le conducteur a dû stopper son Ouibus à Saint-Mandé où les policiers ont interpellé l’un des passagers pour apologie du terrorisme.

Vers 22 h 30, le car démarre de la gare de Paris-Bercy. Assez vite, l’un des passagers se met à réciter des prières entrecoupées de « Allahu Akbar ». Seulement voilà plusieurs voyageurs parlent arabe. Ils comprennent que l’individu, un Marocain de 41 ans sans domicile fixe, appelle à tuer des mécréants. Inquiétant d’autant que le trajet est encore long.

Plusieurs passagers vont donc voir discrètement le chauffeur pour lui demander de faire quelque chose. Il arrête son car rue de Paris à Saint-Mandé. L’homme est interpellé sans problème. Sur lui, des papiers administratifs venant d’Espagne, d’Angleterre de Suisse et d’Allemagne.

Il a été placé en garde à vue. Le voyage a repris normalement. »

La grande mosquée de Caen est terminée : des salles de classes pour les enfants

Lire la suite

Une quinzaine de mosquées sous influence du salafiste Doudi dans les Bouches-du-Rhône

La seule enquête sur le sujet disponible ici

Lu dans La Provence du 13 mars 2018 (extrait) :

« Le 8 mars dernier, une commission de magistrats réunie à Marseille s’est déclarée favorable à l’expulsion du très influent imam salafiste algérien El Hadi Doudi, après les multiples appels à la haine de ce dernier dans la mosquée As-Sounna, quartier de la Belle-de-Mai, dont il est président. Une décision extrêmement rare à l’encontre de ce sexagénaire, motivée par « des actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre les chrétiens, les Juifs, les chiites, et les personnes adultères ». Ce père de sept enfants appelait aussi fréquemment ses fidèles « à la destruction des mécréants«  et à « prononcer la formule Allah akbar dans les lieux publics pour effrayer les mécréants ». L’impact des prêches haineux de celui qui est arrivé sur le sol français en 1981 et qui vit officiellement du RSA dépasse très largement Marseille intra-muros et son site internet sur lequel il était très suivi.

Dans le dossier qui a servi de « base » aux autorités pour étayer leur décision, une note blanche du renseignement intérieur dresse son cheminement, ses accointances, et son influence sur de nombreuses mosquées. Plus d’une quinzaine se trouvent dans les Bouches-du-Rhône, et Vitrolles figure sur cette liste, avec plusieurs lignes sur les activités de la mosquée salafiste Al-Albani, au Liourat et sa proximité avec Doudi. Le lieu de culte situé dans une arrière-cour a été géré de 2014 à fin 2016 par l’imam autoproclamé Thierry Soeun alias Tair Abou Sany, un de ses jeunes disciples. Cet ancien rappeur du groupe Azyatik reproduisait au Liourat le même schéma que son mentor : prêches « borderline », volonté d’expansion immobilière (stoppé in extremis par la municipalité par un acte de préemption, ce qui n’a pas empêché l’ouverture d’une boutique salafiste au Liourat), et utilisation douteuse des fonds de l’association Al-Albani. Ce qui avait en partie provoqué sa démission fin 2016, tout comme la perquisition à 5h30 du matin survenue le 10 décembre 2015, avec saisie de plusieurs documents.

Des conversations des plus glaçantes au lendemain des attentats de Paris

Cette fameuse note blanche fait également état d’une conversation glaçante entre un responsable d’Al-Albani et un fidèle vitrollais dénommé Othman, natif de Tunisie, le 14 novembre 2015. Soit le lendemain des attentats de Paris. « Dieu les a tué ! », « On leur a brisé le dos, mon frère« , échangent-ils alors. L’influence a minima spirituelle de l’imam Doudi sur le lieu de culte vitrollais ne date pas d’hier. Selon un fidèle du Liourat, « il y prêchait déjà il y a dix ans, de manière moins musclée », avant de partir sous d’autres cieux. Toujours selon les éléments de cette note blanche, rien n’indique que l’impact de Doudi ait disparu en même temps que la démission du zélé Tair Soeun. Un autre proche de ce ponte du courant salafi y aurait prêché occasionnellement. Lire la suite dans La Provence

Cinq arrestations à Grenoble ce mardi 13 mars par l’antiterrorisme

AFP 13 mars 2018 :

« Quatre hommes et une femme ont été interpellés aujourd’hui à Grenoble lors d’un coup de filet visant un réseau de soutien financier à une filière djihadiste irako-syrienne, a-t-on appris de sources proche du dossier et judiciaire.

Les cinq suspects ont été placés en garde à vue par des policiers de la sous-direction antiterroriste, a indiqué la source proche, confirmant une information du Parisien. L’opération, menée sur commission rogatoire d’un juge d’instruction parisien, vise à préciser leurs liens, notamment financiers, avec « deux hommes partis en zone irako-syrienne », a précisé la source judiciaire »

Un actif islamique lancé à la bourse de Londres en présence du maire Sadiq Khan

Lu sur Saphirnews du 10 mars 2018 (extrait) :

« La Banque islamique de développement (BID) a organisé, lundi 5 mars, en partenariat avec le gouvernement britannique, un sommet réunissant les principaux acteurs de la finance islamique à la Bourse de Londres. Le président de la BID Bandar Hajjar a insisté sur le besoin pour Londres d’être au cœur de la « révolution de la finance islamique » au regard de son classement mondial en matière de services financiers.

Lors de ce sommet auquel a participé le maire de Londres Sadiq Khan ou encore le secrétaire d’État aux Communautés et du Gouvernement local Sajid Javid, Bandar Hajjar a mis l’accent sur le développement régulier et ininterrompu du marché financier islamique, en particulier sur le territoire britannique. Il a également exposé le modèle de prospérité au cœur des transactions financières islamiques. » Lire la suite 

Les sorties à la mer pas bien vues à la mosquée de Raismes

Lu dans La Voix du Nord (extrait)

L’association AJIR, vieille de vingt-quatre ans, n’est plus abritée dans les locaux de la mosquée de la rue Sabatier depuis cet été. Sa présidente dénonce une cabale, le responsable de la mosquée dit qu’elle a fait l’unanimité contre elle.(…)

On m’a refusé des ateliers de soins esthétiques. Je voulais organiser un séjour à la mer, on m’a dit que cela ne se faisait pas. Pourtant, les jeunes filles qui venaient à l’association, le samedi, soufflaient. Elles respiraient. J’abordais la religion autrement avec elles. Le Coran, l’école, la mosquée, c’est bien, Lire la suite

Thonon : un islamiste radicalisé menace de mort et diffuse la photo d’un policier de la BAC sur Facebook

« Le prévenu est certes un primo délinquant. Casier judiciaire vierge. Sauf que Mickail Sabri Miled semble avoir un fort penchant pour l’islam radical. (…) Il comparaissait pour avoir menacé  un représentant de la force publique, en l’occurrence un policier de la brigade anticriminalité (Bac). Lire la suite sur Le Dauphiné