Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Mise en examen du policier soupçonné d’avoir aidé son frère djihadiste dans le Val-de-Marne

Un policier du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne) est mis en examen pour association de malfaiteurs et escroquerie en lien avec une entreprise terroriste. Il est soupçonné d’avoir aidé son frère impliqué dans une filière djihadiste et d’être partisan du groupe de l’Etat islamique (EI), selon l’AFP qui confirme une information d’Europe 1.

Le gardien de la paix, âgé de 42 ans, a été mis en examen samedi après avoir été arrêté le 27 juin alors qu’il venait de prendre son service au commissariat. Il est soupçonné d’avoir aidé son frère incarcéré depuis un an pour des liens avec des djihadistes en zone irako-syrienne et pour financement du terrorisme. 

«Le policier et son frère ont eu des échanges avant et au cours de la détention de ce dernier qui ne laissent guère de doute sur l’adhésion du fonctionnaire de police aux thèses de l’EI» dit une source proche de l’enquête. Lire la suite dans Le Parisien.

Les profils très inquiétants des imâms de la plus grande mosquée d’Avignon

La mosquée Arrhama d’Avignon rassemble plus de mille fidèles les vendredi. Ses abords viennent d’être le théâtre d’une fusillade dans la soirée de dimanche, certainement un règlement de compte. Présidée par un marocain, Mimoun Hekkouri, elle est animée par deux imâms salafistes.

– L’imâm « résident » du vendredi, Abdelhay Soumani est aussi marocain, et on peut s’interroger sur le bien fondé de son permis de résider en France, sachant qu’il faisait partie de la grande délinquance jusqu’en 2002, avant de se réformer depuis son basculement dans le salafisme : vols à main armée, extorsion et port illégal d’arme, violence volontaire avec arme et menaces d’atteintes aux personnes sous condition, agression sexuelle sur mineur par ascendant, recels de stupéfiants…il peut remercier Nicolas Sarkozy qui, abolissant la double peine, lui a permis de rester chez nous. Mais ça c’était avant ses études « religieuses » qui l’ont conduit jusqu’au Yémen durant 3 ans de 2006 à 2008, pays connu pour être un havre d’Al Qaida. Selon toute vraisemblance, l’homme fait l’objet d’une fiche S.

– Autre imâm, intermittent lui, de la mosquée Arrhama, Hicham Krimi, est une figure de la sphère salafiste, ancien imâm de la salle de prière Shatibi de la même ville, fermée depuis novembre 2016. Ce « centre Shatibi » accueillait Hani Ramadan en mars 2014, connu pour valider les thèses de la restauration du califat par le jihâd : « Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

Mais qu’attend Gérard Collomb pour fermer cette mosquée et renvoyer ses dirigeants marocains dans leur pays ? Pour plus d’informations sur les mosquées radicales encore ouvertes sur tout le territoire, lire notre étude disponible sur Amazon.

Le maire PS de Lognes a délivré un permis de construire pour une mosquée dirigée par des individus fichés

Le maire de Lognes André Yuste , membre du Parti Socialiste, a été une des voix fortes appelant à voter pour Emmanuel Macron contre le Front National. Il se félicitait dans sa lettre à ses administrés que sa ville soit riche d’une diversité culturelle et que le FN ne soit qu’à 10%, un des scores les plus bas du département. Quelques semaines plus tard, le 29 mai, sa municipalité délivre un permis de construire pour une mosquée, portée par l’ Association Fraternelle Multiculturelle de Lognes (AFML), notablement fréquentée par des salafistes. Il faut savoir que la mosquée salafiste voisine de Lagny-Sur-Marne ayant été fermée administrativement, une grosse partie des fidèles se dirige vers Lognes pour prier le vendredi.

On ne manque pas d’être surpris lorsqu’on se penche sur le profil des animateurs de l’AFML. Son président, Moussa Tamboura, est fiché S. D’ailleurs, l’école islamique qu’il a créée est fréquentée par l’ancien président de la mosquée de Lagny, frappé lui par une interdiction de sortie du territoire. L’imâm de Lognes, le jeune Yassine Bouaicha, est de nationalité tunisienne. On s’inquiète vraiment lorsqu’on sait que ce dernier a été formé par son compatriote Béchir Ben Hassen, interdit de prêcher en Tunisie même, qui s’est illustré après la tuerie de Charlie Hebdo en rappelant qu’il faut « exécuter ceux qui maudissent le prophète » (sermon du 10 janvier 2015).

 André Yuste a choisi son camp.

Expropriation de plus de cinquante églises, monastères et cimetières syro orthodoxes de la part du gouvernement turc

Ce alors que la Turquie prend la présidence ce mois du juillet du Conseil français du culte musulman.

Ankara (Agence Fides) – Au moins cinquante églises, monastères et cimetières syro orthodoxes présents autour de Mardin, dans la région de Tur Abdin, au sud-est de la Turquie, ont été ces derniers temps expropriés de facto par le gouvernement turc, passant sous le contrôle direct du Sous-secrétariat au Trésor, qui les a confiés à la Présidence des Affaires religieuses.

Selon ce qu’indiquent des sources locales telles que l’hebdomadaire bilingue arménien et turc Agos, l’opération a été mise en œuvre au terme du processus ayant fait de Mardin une ville métropolitaine avec ce que cela comporte en terme de réorganisation administrative. Cette dernière a transformé les villages alentours en autant de quartiers de la zone métropolitaine. En 2016, un Comité du gouvernorat de Mardin chargé d’inventorier et de redistribuer des biens immobiliers appartenant à des institutions non privées avait commencé le processus de transfert d’églises, de monastères et de cimetières syro orthodoxes présents dans la région au Sous-secrétariat au Trésor, qui, à son tour, a confié le contrôle de ces propriétés à la Présidence des Affaires religieuses. Le recours présenté contre cette décision par la Fondation Mor Gabriel – qui avait obtenu en 2013, après un long contentieux juridique, la restitution du Monastère historique de Mor Gabriel remontant au IV° siècle après Jésus Christ – avait été rejeté en mai dernier par les organismes administratifs turcs. Maintenant la Fondation syro orthodoxe a soumis une pétition à la Cour civile de Mardin afin de demander de bloquer le processus d’expropriation d’églises, de monastères et de cimetières syro orthodoxes et leur transfert sous le contrôle direct d’organismes gouvernementaux turcs. Entre temps, des organisations de chrétiens syro orthodoxes immigrés en Europe – telles que la European Syriac Union – ont commencé à se mobiliser contre ce qu’ils qualifient de « séquestre illégal » réalisé dans la région qui représente une zone historique de présence des communautés chrétiennes syriaques. (GV) (Agence Fides 30/06/2017)

Kremlin-Bicêtre (94) : il crie « Allah Akbar » dans un parc et traite les policiers de « mécréants »

Info LCI du 2 juillet 2017

Les policiers de la Bac ont arrêté dimanche après-midi un homme qui criait « Allahou Akbar » dans un parc du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), près de Paris. Selon nos informations, il a été difficilement neutralisé.

L’intervention a eu lieu ce dimanche vers 14h30 au Square François Miterrand du Kremlin-Bicêtre. Les policiers de la BAC locale sont tout d’abord appelés pour un individu qui serait armé dans un parc et qui crierait « Allah Akbar ». A l’arrivée sur place, ils constatent en effet qu’un individu se trouve devant un banc, encapuché et poings fermés.

L’individu crie « Allahou Akbar », les yeux au ciel et la tête à la renverse. Il écoute également des sourates avec son téléphone portable. En apercevant les policiers, il les insulte en leur disant qu’ils sont des « mécréant »s, des « soldats » et qu’ils vont « tous mourir ».

Linz (Autriche) : Un Tunisien massacre un couple de vieillards par haine du FPÖ

– LINZ – … 30.6.2017 – In Linz ist am Freitagvormittag, 30. Juni 2017

Lu sur Krone.At (traduction Fdesouche)

Le motif du meurtre brutal d’un couple de personnes âgées commis vendredi à Linz est désormais connu : selon la police, le Tunisien de 54 ans, musulman, a massacré par haine du FPÖ. Il aurait vécu de nombreuses mauvaises expériences ces dernières années en Autriche. Il les met sur le compte du parti FPÖ et les victimes devaient « servir d’exemple ».

L’assassin connaissait les victimes auxquelles il livrait des aliments bio tous les vendredis. Ce dernier vendredi, il s’est présenté pour sa livraison au domicile du couple dissimulant une ceinture, un bâton, un couteau et un bidon d’essence.
Selon l’enquête en cours, il a étranglé la femme de 85 ans, avant de massacrer l’époux à coups de bâton et de couteau. Puis il a mis le feu à la maison.
Le Tunisien s’est rendu à la police.
Selon le directeur de la police nationale de la Haute-Autriche, Andreas Pilsl, les meurtres auraient donc un mobile politique.

Le député LREM du Bas-Rhin veut intégrer l’islam aux cours de religion dans les écoles alsaciennes : vers l’extension du concordat ?

Lu dans LorActu du 23 juin 2017

Bruno Studer, élu député La République en Marche du Bas-Rhin à Strasbourg dimanche a affirmé jeudi qu’il était favorable à rouvrir le débat sur l’intégration de l’islam dans les cours d’enseignement religieux dispensés dans les établissements scolaires d’Alsace-Moselle, rapporte Rue 89 Strasbourg.. Le député pro-Macron s’est dit pour cette intégration alors qu’aujourd’hui le culte musulman n’est pas intégré à cet enseignement facultatif qui concerne les cultes catholiques, protestants et juifs. [Il s’agirait donc non d’enseigner le « fait religieux » de manière objective, mais de donner des cours d’islam par des musulmans].

D’après des chiffres cités par l’Observatoire de la laïcité, l’heure de religion est de facto peu suivie dans les écoles: « en 2010, si 63% des élèves suivaient l’enseignement religieux à l’école primaire, ils n’étaient plus que 30% au collège et 14% au lycée » pour les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Et à Strasbourg, on compte même 72,4% de « dispensés ».

En théorie, cet enseignement est obligatoire dans les trois départements concernés, à raison d’une heure par semaine dans le primaire comme dans le secondaire. Dans les faits, il est cependant facultatif, puisque les familles peuvent demander à en être dispensées. » Loractu

Quelle sera la prochaine étape ?

Dans cette logique de « non discrimination » et de relativisme entre les religions, on peut raisonnablement craindre que d’autres éléments issus du statut concordataire suivent. Comme le rappelle Wikipédia  « les ministres (prêtres, pasteurs, rabbins…) des quatre cultes reconnus sont salariés par l’État (Ministère de l’Intérieur). L’accord LangCloupet de 1993 a aligné leur rémunération sur celle de la catégorie A de la fonction publique française« . Il faudrait donc s’attendre à une rémunération des imâms. Les mosquées sont elles déjà largement financées par l’argent public en Alsace comme nous l’avons  montré dans le livre Ces maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Essonne : déjà 4 écoles musulmanes hors contrat au succès grandissant.

Dans l’Essonne, quatre écoles privés musulmanes (3 sur 4 radicales) accueillent 638 élèves depuis la rentrée 2016, contre 568 en 2015, et offrent à la communauté musulmane une alternative à l’Éducation nationale jugée incommodante pour une pratique complète de l’islam.

– À Vigneux-sur-Seine (91), l’école privée Rhazès a ouvert ses portes dès septembre 2012 à cinquante-huit enfants. L’effectif scolarisé a cru chaque année pour atteindre 105 élèves en 2013, 120 en 2014, puis 160 en 2015 ainsi que lors de la dernière rentrée le 1er septembre 2016.

Située dans un bâtiment aménagé à côté de la mosquée de La piété et de la bienfaisance (qui invite les islamistes Hani Ramadan et Hassan Iquioussen proches de l’UOIF en conférence), cette structure compte actuellement huit classes mixtes du premier degré, de la maternelle au CM2, ainsi qu’une classe de 6éme ouverte cette année après déclaration au rectorat.

Le programme scolaire suivi est bien celui de l’Education Nationale, avec en plus des cours optionnels de langues arabe et d’initiation à l’islam.  Une demande de contractualisation avec l’État est en cours.

– A Corbeil-Essonnes (91), après avoir acquis une propriété de 2 200 m² située 22 rue de Robinson, l’association France-Plurielle -AFP- a créé le groupe scolaire Excellence, qui a ouvert ses portes à 96 élèves répartis dans cinq classes du premier et second degré lors de la rentrée scolaire 2015. En 2016 cet établissement a ouvert deux classes supplémentaires (CM1 et 4éme) afin de permettre l’évolution des élèves en classe supérieure. Ainsi, 160 enfants ont pu être accueillis dans sept classes mixtes lors de la rentrée 2016. Quatre heures de cours de langue arabe et deux heures « d’éveil à la spiritualité islamique » s’ajoutent au cursus de l’Education Nationale. La volonté d’une contractualisation avec l’état se concrétisera peut-être.

-Toujours à Corbeil-Essonnes (91), l’association La lumière du savoir, émanation d’une autre association nommée Agir pour un meilleur avenir -APMA-, d’obédience tabligh, a ouvert officiellement un établissement scolaire privé du premier degré situé sur le terrain de la mosquée As Salam en septembre 2013.  Son président, Mehdi Chaabane, est un tunisien. Un succès pour la première rentrée de 2015 avec 141 élèves avaient se répartissant dans sept classes – trois en maternelle et les quatre autres en primaire. A la rentrée 2016, les effectifs ont continué de croître pour atteindre 160 élèves, lesquels bénéficient de huit classes – quatre en maternelle et quatre en primaire, dont une classe regroupant CM1 et CM2.

Le projet pédagogique affiché est de suivre « une nouvelle pédagogie bilingue », chaque classe étant dotée de deux enseignants, arabophone et francophone. Un enseignement « morale islamique » ainsi que huit heures hebdomadaires de langue arabe sont dispensés.  Le profil sociologique des enfants  scolarisés est composé surtout de musulmans d’obédiences salafiste et tabligh des communes avoisinantes, méfiants à l’endroit de l’Education nationale. 

– A Massy (91), l’association Educ’Etic porte un nouvel établissement scolaire depuis 2012, présidé par Gaël Sobi, membre actif du mouvement Tabligh et animant aussi la mosquée du quartier de Villaine. Abritée dans les locaux de l’association Institut langues et culture -ILC-, laquelle enseigne la langue arabe aux enfants et adultes ainsi que l’apprentissage du Coran, cette structure scolaire située rue René-Cassin accueillait 158 enfants à la rentrée 2016, de la maternelle au collège, avec la mixité uniquement pour les maternelles aux cours préparatoire. 

Ce qui frappe dans l’ensemble de ces établissements est la jeunesse des directions incarnées par des trentenaires. Une dynamique d’islamisation par l’école est bel et bien lancée en Essonne.

20 ans de prison dont 10 à enrôler des islamistes : témoignage d’un repenti.

Arte Radio du 15 juin 2017

Glaçant. Terrifiant. Un « radicalisateur » raconte 10 années de prison à fabriquer des djihadistes.
Dans les années 90, Mohamed se radicalise en prison au contact de musulmans salafistes. Devenu imam autoproclamé, il exhorte à son tour des détenus à partir faire le djihad. A 40 ans, après 20 ans à l’ombre, celui que les surveillants surnommaient « Oussama Ben Laden » a aujourd’hui décroché et est sur la voie de la réinsertion. Il raconte le processus d’embrigadement derrière les barreaux, favorisé par la violence et le racisme à l’oeuvre dans la détention. 
En partenariat avec Libération

Un Afghan ayant tenté de rejoindre l’Etat Islamique assigné à résidence à Saint-Omer

Information exclusive de l’Obs-i :

Selon nos renseignements, un homme de nationalité afghane, fréquentant la mosquée de Saint-Omer, Jahan N, est assigné à résidence dans cette ville depuis mars dernier pour avoir tenté de rejoindre l’Etat Islamique en zone syro-irakienne en octobre 2016. Il entretient des rapports avec un autre afghan de 29 ans fréquentant la même mosquée. 

Plusieurs remarques : 

  • Comment se fait-il que cet individu ne soit pas renvoyé en Afghanistan étant donné sa dangerosité ?
  • Une assignation à résidence permet des libertés de mouvement conduisant au pire, comme cet agriculteur du Lot-et-Garonne poignardé par un fiché S assigné à résidence. Parfois, ils ne pointent pas à la gendarmerie
  • Combien de morts faudra-t-il pour que les islamistes étrangers soient expulsés de France par les autorités françaises ?

Observatoire de l’islamisation- 29 juin 2017.