Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

« L’Ecole française des femmes (immigrées) » donne un aperçu de la proportion de musulmanes dans l’immigration

Lire sur le site des Hauts-de-Seine et voir la photo en grand.

La liste Renaissance LREM: des candidats pro islamisation (preuves)

Petit point sur la liste Renaissance de la République En Marche LREM : refus d’expulser les clandestins étrangers délinquants (Pascal Canfin), vote de subventions publiques (610 000 euros!) pour une grande mosquée radicale (Fabienne Keller), rencontre avec le président islamiste turc Erdogan et pour le droit de vote des étrangers (Rafik-Elmrini) , pour la Turquie en Europe (Bernard Guetta) : des candidats qui font le jeu de l’islamisation.

L’inquiétante rencontre entre prédicateurs islamistes à St Denis tolérée par Castaner

Lu sur Atlantico du 14 mai (extrait) 

Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux

Ramadan en Algérie : des étudiantes et un étudiant diabétique lynchés pour avoir mangé à l’Université d’Alger

Des étudiants et des étudiantes non-jeûneurs surpris en train de manger dans l’enceinte du campus de Bouzareah, ce samedi 11 mai, ont été lynchés par des étudiants et des extra-universitaires en furie.

Selon les témoignages de plusieurs étudiants, les agresseurs ont violemment pris à partie les étudiantes qu’ils avaient surprises en train de manger en cachette dans un coin du campus universitaire de Bouzareah (Alger-2).

Les étudiants pointent le laisser-aller des agents de sécurité de l’enceinte universitaire, qui n’ont même pas daigné intervenir afin d’arrêter l’agresseur. Pire, « les agents de sécurité ont défendu l’agresseur », témoigne l’une des étudiantes victimes du lynchage. […]

Observ’Algérie

Burkina Faso : attaque islamiste contre une église catholique, six morts dont le prêtre

Six personnes, dont un prêtre, ont été tués ce dimanche matin lors d’une attaque contre une église catholique à Dablo, commune de la province du Sanmatenga, dans le nord du Burkina Faso, a appris l’AFP de sources locales et sécuritaires.

«Vers 09h00, au cours de la messe, des individus armés ont fait irruption dans l’église catholique. Ils ont commencé à tirer alors que les fidèles essayaient de s’enfuir», a déclaré à l’AFP le maire de Dablo, Ousmane Zongo. Les assaillants «ont pu immobiliser certains fidèles. Ils ont tué cinq (personnes). Le prêtre qui célébrait la messe a également été tué, portant à six le nombre de morts». Selon une source sécuritaire, l’attaque a été menée par un «groupe d’hommes armés estimé entre vingt et trente».

«Ils ont incendié l’église, puis des boutiques et un maquis (petit restaurant ou bar) avant de se rendre au centre de santé où ils ont fouillé le local et incendié le véhicule de l’infirmier chef de poste», a ajouté Ousmane Zongo. «Dans la ville règne un climat de panique. Les gens sont terrés chez eux, aucune activité n’est fonctionnelle. Les boutiques et magasins sont fermés. C’est pratiquement une ville morte».

«L’alerte a été donnée vers 10h00 et des renforts ont été déployés à partir de Barsalogho», une commune située à 45 km au sud de Dablo, a confirmé à l’AFP une source sécuritaire. Les éléments des forces de défense et de sécurité procèdent à des ratissages.

Un « Grand remplacement » dans les urnes souhaité par le parti musulman aux Européennes


Les clandestins mineurs pourront faire venir leur famille selon la Loi Asile et Immigration

Décryptage de la loi « asile-immigration » du gouvernement Philippe par Jean-Paul Gourévitch sur Radio courtoisie en mai 2019. A leur majorité, les « mineurs isolés » clandestins pourront faire jouir du regroupement familial leur famille restée au pays. Un des points méconnus de cette loi.

Supplément économie spécial halal dans Le Parisien pour débuter le ramadan

Le Parisien du 6 mai 2019 donne dans le remplacement éditorial pour s’adapter au remplacement de population dans la région parisienne. Plusieurs articles sur l’économie du halal dans ce dossier :

Extraits de ces deux articles : « En France, nous ne pouvons pas nous baigner, notre foi nous l’empêche. Ici, nous savons surtout que nous ne serons pas jugées, même en burkini », souligne Alya, touriste de 37 ans. (…) Les tarifs des établissements « halal friendly » sont plus élevés que ceux d’un hôtel classique de même standing. (…) L’aspiration à vivre des vacances halal est nouvelle. Elle a véritablement pris de l’épaisseur ces trois dernières années. Avec une demande extrêmement forte chez la classe moyenne musulmane française. »

Royaume-Uni : un rapport secret révèle qu’un réseau de 48 écoles coraniques forment des imams extrémistes dans tout le pays

Lu dans le Daily Mail du 4 mai 2019, traduction  par Fdesouche.com :

De jeunes imams sont formés dans un réseau d’écoles islamiques à travers la Grande-Bretagne qui ont été accusées de promouvoir l’extrémisme et la misogynie, selon un rapport secret du gouvernement.

Le rapport affirme que les imams qui émergent de ces dizaines de madrasa disséminées à travers la Grande-Bretagne ont des opinions aussi extrêmes que celles des prédicateurs radicaux qui quittent les pays islamiques pour s’installer au Royaume-Uni.

Le Mail on Sunday a identifié 48 établissements coraniques qui suivent un programme strict appelé Dars-E-Nizami.

Ce programme épouse le coran au pied de la lettre et est utilisé par le mouvement islamique extrémiste Deobandisme, dont les écoles de formation ont produit les talibans au Pakistan et en Afghanistan.

Au moins quatre établissements ont déjà été critiqués par l’Ofsted. Les inspecteurs ont constaté que les élèves apprennent que la musique et la danse viennent du diable et que les femmes n’ont pas le droit de refuser des rapports sexuels à leurs maris.

L’interdiction de la musique est similaire à celle imposée par l’État islamique, qui a infligé des flagellations publiques à ceux qui ont enfreint cette règle.

Hier soir, une source familière avec le rapport a déclaré : « La formation dispensée au Royaume-Uni par ces écoles islamiques a pour résultat le développement d’opinions extrémistes parce que ces institutions sont très conservatrices et ne parviennent souvent pas à relever le défi auquel sont confrontés les musulmans de la Grande-Bretagne moderne. Cela signifie que les imams formés en Grande-Bretagne ne seront pas mieux équipés que les imams nés à l’étranger pour apporter un soutien satisfaisant aux musulmans britanniques ».

Les madrasas opèrent dans de nombreuses villes, dont Londres, Manchester, Glasgow et Leicester, mais le rapport cite le Darul Uloom High School de Birmingham comme un exemple de « madrasa extrémiste ».

Il y a quatre ans, il a fait l’objet d’une enquête de l’Ofsted après que des tracts affirmant que la musique et la danse étaient des « actes du diable » ont été trouvés dans ses locaux. L’école, qui compte environ 175 élèves, a également fait l’objet d’une enquête de Channel 4 en 2011 qui a révélé que des élèves avaient appris à haïr les juifs, les chrétiens et les hindous.

(…)

5 Milliards d’euros par an pour les clandestins dits « migrants » : le détail des coûts

Gymnase réquisitionné pour loger des hommes clandestins en région parisienne.

Extrait d’une tribune du journaliste Yves Mamou (auteur de Le grand abandon, les élites françaises face à l’islamisme), parue dans Valeurs Actuelles fin avril :

« Les dépenses liées au processus migratoire peuvent se décliner ainsi (pour 2018) :

– Hébergement et allocations : l’exercice du droit d’asile représente 1,35 milliard d’euros en autorisations d’engagement et 1,21 milliard d’euros en crédits de paiement dans le projet de loi de finances pour 2019. Soit une hausse par rapport à 2018 de 36 % en autorisations d’engagement et de 18 % en crédits de paiement.

– A ces principaux postes (allocations et hébergement), il faut ajouter les frais de fonctionnement des 3500 agents des administrations chargées de gérer l’asile : OFPRA, CNDE, OFII et guichets de préfecture. 250 à 300 millions d’euros environ.

– Aide médicale d’Etat (AME) : les clandestins ne sont pas seulement rémunérés et hébergés, ils sont également soignés quand ils apportent la preuve qu’ils résident depuis plus de trois mois en France. L’Aide médicale d’Etat (AME), financée sur le budget de l’Etat, avoisine aujourd’hui le milliard d’euros pour une distribution de soins qui touche 300 000 personnes environ

– Prise en charge des mineurs non accompagnés : depuis 2015, des bandes de « gamins » de 12 à 25 ans, venus généralement du Maroc et d’autres pays d’Afrique du Nord, se multiplient sur le territoire national. Ces bandes subsistent de rapines et sèment la terreur au sein des populations locales. Quarante mille d’entre eux sont pris en charge par les collectivités locales au titre de l’Aide sociale à l’enfance contre 25 000 en 2017 et 13 000 en 2016. Sachant que le coût annuel d’une prise en charge, prévue dans le cadre de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), atteindrait 50 000 euros par an, la facture devrait frôler les 2 milliards d’euros à la fin de l’année. L’aide de l’Etat aux départements n’est que de 17% de la dépense (340 millions) selon les dernières propositions de Jacqueline Gouraud, ministre des Territoires. A ces 340 millions, s’ajoutent 240 millions d’euros de frais d’ « évaluation » payés par l’Etat avant placement dans les services sociaux des collectivités.

La morale de cette affaire est qu’en 2018, l’Etat a su budgéter environ cinq milliards d’euros pour financer l’immigration, mais cherche désespérément une somme équivalente pour financer les retraites que ces mêmes immigrés sont censés contribuer à payer. Et quand ce même Etat affirme vouloir financer la perte d’autonomie des personnes âgées, c’est encore vers les retraités qu’il se tourne.  Il faudrait que l’Etat comprenne qu’il ne peut mener une couteuse  politique migratoire qui semble n’avoir d’autre but que de faire baisser les salaires des autochtones, tout en exigeant toujours plus de taxes de ces mêmes autochtones et toujours plus de réduction des avantages acquis. La révolte des gilets jaunes est née d’une contradiction similaire. »