Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Contre l’islamisation de l’Europe, des milliers de catholiques polonais prient à leurs frontières

Des milliers de catholiques polonais ont formé samedi des chaînes humaines aux frontières de leur pays, récitant ensemble le chapelet et priant Dieu de « sauver la Pologne et le monde ».

Vannes: deux colons radicalisés tentent de s’infiltrer au 3ème RIMa

05/10/2017 – 10h00 Vannes (Breizh-Info.com) – L’affaire est prise au sérieux par les autorités militaires. Le 22 septembre dernier, sur l’heure de midi, deux individus de type africain se sont présentés au 3ème RIMa, à Vannes (Quartier Foch) prétextant venir faire des bandes patronymiques (il s’agit de bandes destinées à être patchées ou cousues sur les uniformes militaires).

Les militaires leur demandent alors des papiers d’identité – ce qu’ils sont incapables de produire. Ils se voient donc refuser l’entrée.

Dans la foulée, les individus sont pris en photo par les militaires qui, après recherche, s’aperçoivent qu’il s’agit en fait de deux individus fichés pour islamisme radical, circulant dans un véhicule identifié par les autorités.

Même si rien n’indique qu’une attaque ou qu’une action était prévue contre les bâtiments du 3ème RIMa, la menace est prise au sérieux, puisque dès lors, les patrouilles ont été renforcées, de jour comme de nuit, notamment au camp de Meucon, près de Vannes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

Les migrants logés dans le Formule 1 de Quimper se révoltent

Lu dans Ouest France du 4 octobre  :

Depuis le 26 juillet, un hôtel Formule 1 de Quimper (Finistère) accueille des demandeurs d’asile. Ils se plaignent de ne pas avoir de cuisine dans leur chambre d’hôtel. Mardi, il a eu un coup de sang et cassé du matériel quand le directeur de l’hôtel a demandé à la cinquantaine de demandeurs d’asile actuellement accueillis dans cet établissement, de signer un « règlement de fonctionnement » leur demandant une caution de 15 € par mois et par personne » 

62 hôtels Formule 1 ont été achetés par la Société National Immobilière , filiale de la Caisse des Dépôts, pour le logement d’urgence géré par le Samu social.

Deux mosquées radicales fermées jusqu’à la fin de l’état d’urgence à Sartrouville et Fontenay

La seule enquête de 320 pages sur le sujet. Acheter sur Amazon.

Lu dans Le Figaro et L’Orient Le Jour du 4 octobre 2017 :

Le préfet des Yvelines a pris un arrêté entraînant la fermeture d’une mosquée de Sartrouville « jusqu’à la fin de l’état d’urgence », notamment pour des « prêches radicaux », a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Qualifiant la mosquée de « foyer ancien de l’islam radical », la préfecture soutient que « certains fidèles y ont été signalés en 2013 en partance vers la Syrie et que d’autres, y exerçant un prosélytisme exacerbé, ont été mis en examen et incarcérés pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes ».

« Actuellement, la salle de prière demeure le théâtre d’un prosélytisme intense » par « la diffusion par son imam ou par des imams extérieurs, de prêches radicaux, marquant » notamment « leur hostilité aux principes républicains », poursuit le préfet, qui incrimine des « ouvrages » mis à disposition des fidèles et l’organisation de « sports de combat intitulés +guerre saine des jeunes musulmans+ ».

Selon la préfecture, le président de l’association gérant la salle de prière compte « parmi ses relations, des figures emblématiques de l’islam radical, dont le terroriste islamiste Djamel Beghal ou certains membres du groupement dissous Forsane Alizza », groupuscule islamiste dissous en 2012 par le gouvernement. (Le Figaro)

A Fontenay-aux-Roses , un arrêté préfectoral a entraîné la fermeture de la salle de prière du quartier du Paradis pour « apologie du terrorisme ».
Les autorités reprochent à ce lieu de culte d’avoir laissé se tenir en son sein, le 8 septembre et le 15 septembre dernier, des propos « constituant une provocation à la haine ou à la violence ».

L’état d’urgence, instauré à la suite des attentats du 13 novembre 2015 et prolongé à six reprises, doit prendre fin au 1er novembre.
Dans le cadre de l’état d’urgence, 17 autres lieux de culte musulmans ont fait l’objet de fermetures administratives, et neuf seulement sont restées fermées fin septembre.

La loi antiterroriste interdit la fermeture définitive des mosquées radicales !

Nous avons lu attentivement la loi sur la sécurité intérieure disponible ici.

Elle est inquiétante à plusieurs égards : les mosquées diffusant une idéologie de haine ne pourront pas fermer plus de six mois. De quoi faire un nettoyage de la bibliothèque et de remanier le bureau associatif : 

« Chapitre VII « Fermeture de lieux de culte « Art. L. 227-1. – Aux seules fins de prévenir la commission d’actes de terrorisme, le représentant de l’État dans le département ou, à Paris, le préfet de police peut prononcer la fermeture des lieux de culte dans lesquels les propos qui sont tenus, les écrits, idées ou théories qui sont diffusés ou les activités qui se déroulent provoquent à la violence, à la haine et à la discrimination et provoquent à la commission d’actes de terrorisme ou font l’apologie de tels actes. « Cette fermeture, dont la durée doit être proportionnée aux circonstances qui l’ont motivée et qui ne peut excéder six mois, est prononcée par arrêté motivé et précédée d’une procédure contradictoire dans les conditions prévues au chapitre II du titre II du livre Ier du code des relations entre le public et l’administration. »

Donc les 147 mosquées tablighi et 120 mosquées salafistes (recensement SCRT) pourront rester ouvertes, de même que les 200 mosquées de l’UOIF, alors que nous avons prouvé dans notre enquête Mosquées Radicales (éditions DMM) qu’elles diffusent des livres appelant au djihad armé offensif, préconisent les peines physiques (hudud), et qu’elles invitent des prédicateurs extrémistes.

Autre point inquiétant, les contrôles et palpations contre des personnes suspectes ne peuvent se réaliser qu’avec leur consentement :Lire la suite

La Cour européenne des droits de l’homme « a rayé le délit de séjour irrégulier »

Lu dans Le Figaro :

« Cet impardonnable manquement est l’occasion de répéter que la gestion des étrangers sans papiers relève en France de la plus grande hypocrisie. Depuis 2012, sur injonction de la Cour européenne des droits de l’homme, le délit de séjour irrégulier a été rayé de notre arsenal judiciaire.

La mission a donc été confiée à l’administration, impuissante face aux mille excuses – jugées recevables – brandies par les intéressés et leurs défenseurs. À cela s’ajoute la très mauvaise volonté des pays d’origine. En 2016, seuls six Maliens ont été acceptés par Bamako. Au total, sur 150.000 procédures d’éloignement examinées l’an dernier – hors Schengen -, seules 4 000 ont abouti. »

Lu sur Europe 1:

« Selon le code de l’entrée et du séjour des étrangers, qui a été maintes fois modifié, un clandestin peut, c’est vrai, être expulsé du territoire sur décision du préfet, et si certaines conditions sont remplies. Par exemple, la Cour européenne des Droits de l’homme a imposé, des 1998, la notion d’étranger protégés, notion qui s’est élargie dans le temps. Les parents d’enfants née en france, les malades ou ceux qui résident depuis 10 ans sur le territoire sont inexpulsables, sauf menace impérieuse à la sûreté de l’État. Il est possible que le terroriste de Marseille, présent depuis 2005 sur le territoire, ait été dans ce cas.

Ensuite, il faut que l’identité de l’étranger soit connue, et que son pays d’origine accepte de le recevoir. On sait qu’en l’occurrence, il a au fil du temps donné plusieurs identités. Dans ce cas, les autorités doivent vérifier. Or depuis 2013, les infractions à la législation sur les étrangers ne sont plus un délit. Impossible d’emprisonner quelqu’un pour ce seul motif ou de le mettre en garde à vue. Restent les centres de rétention administratifs, où l’on peut garder quelqu’un jusqu’à 45 jours. »

L’imâm salafiste de la Grande Mosquée de Bruxelles va être expulsé

Lu sur Dernière Heure du 3 octobre 2017:

Le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Théo Francken a indiqué mardi matin avoir décidé de « retirer la carte de séjour de l’imam », d’origine égyptienne Abdelhadi Sewif, de la Grande Mosquée de Bruxelles.

« On a eu des signaux très clairs que c’est un homme salafiste, très radicalisé, très conservateur et dangereux pour notre société et notre sécurité nationale », a précisé M. Francken, interrogé mardi matin par la chaîne de radio privée Bel-RTL. Pour le secrétaire d’Etat N-VA, « la Belgique doit prendre ses responsabilités dans son combat contre le salafisme ». A ses yeux, il y a bien un problème « avec l’islam radical et le salafisme », et « non avec l’islam ».

M. Francken n’exclut pas que cette décision soit source de tensions diplomatiques Lire la suite 

Note : la Grande Mosquée de Bruxelles contrôlée par la Ligue islamique saoudienne, gère et finance 90 autres mosquées belges.

Un islamiste en djellaba menace au couteau des touristes dans le RER B

Information M6 du 3 octobre 2017:

Dans la nuit de dimanche à lundi, deux touristes, un Américain et une Ukrainienne, ont été menacés par un homme, vêtu d’une djellaba, sur la ligne B du RER qui mène à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

Selon nos informations, l’homme tenait des propos menaçants : “les Américains, faudrait tous les tuer” aurait-il dit notamment.

Arrivé à l’aéroport, l’homme a suivi la touriste Ukrainienne, qui aurait aperçu un couteau. Paniquée, elle s’est dirigée vers la douane. Une patrouille de la gendarmerie des transports aériens a alors interpellé l’individu menaçant.

L’homme de 33 ans, originaire de Seine-Saint-Denis, converti à l’islam, a été interpellé. Sur lui, les enquêteurs ont trouvé un deuxième couteau. Placé en garde à vue, il a été envoyé à l’antenne psychiatrique de la préfecture de police.

Selon nos informations, il ne faisait pas l’objet d’une fiche S.

5 individus arrêtés en lien avec les bonbonnes de gaz du 16ème


« Tous font partie de la mouvance islamo-radicale » selon LCI à 9h00

Lu dans Le Figaro et Le Point :

« Plusieurs bonbonnes de gaz ont été retrouvées dans la nuit de vendredi à samedi sur le palier d’un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, non loin de la Porte d’Auteuil, selon nos informations confirmées par une source proche du dossier. Elles étaient «ouvertes, aspergées d’essence, et reliées à un dispositif de mise à feu commandé par un téléphone portable». Ce dernier était en parfait état de marche. Cinq personnes ont été interpellées lundi sur Bretigny-sur-Orge, Arpajon (Essonne) et Villejuif (Val-de-Marne), en lien avec cette affaire et placées en garde à vue. Leur lien avec la mouvance islamiste radicale était examiné. Parmi les suspects, selon le site de l’hebdomadaire Le Point, un homme fiché par les services de renseignement pour ses liens avec la mouvance islamiste radicale. (Le Point) À ce stade des investigations, les enquêteurs croient savoir que les terroristes visaient à l’origine «un associatif militant contre l’islamisme radical». Les assaillants se seraient trompés, prenant pour cible un homonyme exerçant une profession libérale. (Le Figaro).

Mali : les églises catholiques cibles des islamistes

Extrait d’un article d’Aleteia du 2 octobre 2017 :

« Ces dernières semaines, ces derniers mois, nos églises, nos chapelles, ont été victimes de plusieurs attaques par de présumés jihadistes. (…) Nous sommes inquiets », a déclaré à l’AFP le secrétaire de la conférence épiscopale du Mali, Edmond Dembélé. La semaine dernière, dans le village de Dobara (à 800 kilomètres au nord de Bamako), des hommes armés « ont forcé la porte de l’église et y ont retiré crucifix, images et statue de la Vierge Marie, nappes d’autel », avant de tout brûler devant l’église. Les semaines précédentes, a précisé Edmond Dembélé, d’autres églises et chapelles ont subi le même sort sous les yeux des fidèles. Et, dans la localité de Bodwal, des chrétiens ont été chassés de leur lieu de culte par des hommes armés avec ce message : « Nous allons vous tuer si nous vous voyons prier encore dans l’église ».Lire la suite