Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Les examens de la fac de médecine décalés pour cause de Ramadan en vertu de la circulaire Fillon

La faculté de médecine de l’université Paris Diderot a décalé de 2 jours les partiels de 700 étudiants à cause de… l’Aïd et l’annonce aux étudiants 5 jours auparavant :

Le climat sécuritaire se dégrade en Afghanistan à quatre mois des élections.

Bureau de représentation des Talibans à Doha, Qatar.

Décryptage de l’Obs-i :

Le 11 mai dernier, Mina Mengal, journaliste ancienne présentatrice du journal télévisé de la chaine pachtoune ToloTV, et conseillère au parlement, a été assassiné par balles. Son engagement pour l’insertion professionnelle des femmes est peut-être ce qui irritaient les deux tueurs à moto, dont l’identité n’a pas été établie. Au cours de ces seize derniers mois, dix-huit journalistes ont été tués en Afghanistan. Et d’autres attaques contre des organisations non gouvernementales ont eu lieu ces dernières semaines. L’ONG américaine Care a subi une attaque sanglante avec dix tués début mai. Les bureaux de Counterpart international ont été aussi visé par un commando suicide muni de vestes explosives mercredi 8 mai. Les forces de sécurité mettront six heures à venir à bout des djihadistes. Quatre civils et un policier tués, et vingt-quatre blessés. Le même jour, les bureaux du procureur de la ville étaient visés. Les talibans ont rapidement revendiqué l’attaque, confirmant que l’ONG américaine était bien la cible et mettant en cause, entre autres, l’un de ses programmes de promotion de la mixité homme-femme.

Les Talibans, qui contrôlent de larges parties du territoire, dont une zone à quatre-vingt kilomètres au sud-est de Kaboul et les environs des villes de Ghazni, Farah, Koundouz et Maymana, se sentent pousser des ailes. D’autant qu’ils participent à des négociations diplomatiques depuis 2015, avec pour base un bureau de représentation à Doha depuis 2013. Avec le soutien officieux du Pakistan, un soutient de poids. La vague d’attentat de 2018, même si la section locale de l’Etat islamique en a aussi sa part, a poussé le 28 février dernier le président d’union nationale Ashraf Ghani à offrir une « proposition de paix » aux Talibans. Cette offre inclue une proposition de se constituer en parti politique pour les islamistes, la libération de leurs prisonniers ainsi qu’une levée des sanctions internationales, soit des concessions de taille. La condition est en retour de respecter le droit des citoyens et notamment des femmes, et à reconnaître la constitution. C’est ainsi que les Talibans entrent en lice pour les élections du 20 septembre prochains, où se présente également l’islamiste pro turc Gubuldin Hekmatyar du Hezb-e Islami, le frère du commandant Massoud Ahmad Wali et d’anciens ministres et chefs de partis, 18 listes au total.

Les Talibans réintégrés dans le jeu diplomatiqueLire la suite

Voici les 7 djihadistes français dont la France demande à la justice irakienne d’annuler la peine de mort

Voici les 7 djihadistes français dont la France demande à la justice irakienne d’annuler la peine de mort pour la commuer en prison à perpétuité.
– TF1, 30 mai, JT de 20h

Une mosquée à Saint-Brieuc approuvée par la mairie UDI et le député En Marche, portant le nom d’un penseur du djihad

La permanence de Bruno Joncour, ancien maire et défenseur du projet de mosquée.

Lu sur Breizh-Info :

Lundi soir 20 mai 2019, le conseil municipal de Saint-Brieuc (22) se réunissait pour un ordre du jour chargé. En particulier, la délibération n°17 était très attendue puisqu’elle concernait la possible construction du centre culturel Averroès comprenant une partie cultuelle,  les deux formant une une mosquée, sur le territoire briochin, plus précisément au quartier Balzac (secteur du Plateau). Une délibération adoptée à l’unanimité par la majorité municipale de centre-droit LREM compatible (…) Bruno Joncour, ancien maire de la ville qui a passé le flambeau en 2017 à la suite de son élection à l’Assemblée nationale sous l’étiquette LREM, a approuvé cette délibération comme conseiller de la majorité municipale. Un conseiller municipal RN a demandé un référendum local, sèchement refusé par la majorité Lire sur Breizh-Info

Lire nos articles d’archives sur le philosophe Averroès, dont la seule référence devrait suffire à refuser cette mosquée :

Averroès dans le texte : conversion ou dhimmitude, esclavage et massacre pour les non-musulmans

Averroès, référence méconnue des djihadistes contemporains

Grand cadi d’al-Andalus, grand-père d’Averroès, exigea la déportation des chrétiens

Pour Mondafrique des cadres des Frères Musulmans ne sont pas installés en France et les Etats-Unis ne les aidèrent pas

La rédaction de Mondafrique dirigé par Nicolas Beau  (à gauche sur la photo) a publié un article à charge contre le Centre des études du Moyen-Orient, basé à Paris avec un réseau d’analystes et de contributeurs vivant au Caire, en France et aux Etats-Unis. Alors que ce site avait ces dernières années publié des articles intéressants, il affirme des énormités comme celle que les Etats-Unis n’auraient pas aidé les Frères Musulmans lors des printemps arabes. Deuxième énormité, aucun cadre des Frères Musulmans ne vivrait en France.  Aussi, de basses attaques contre le président du CEMO, Abdel Rahim Ali, spécialiste de l’islamisme et député au parlement égyptien n’honorent pas ses auteurs, d’autant qu’elles s’appuient sur les ragots des journaux de gauche comme le JDD, avec des citations déformées. Monsieur Ali a largement répondu aux élucubrations de Mondafrique ici

Une phrase de Mondafrique a retenu notre attention :

« Paris serait menacé par l’installation du fameux Tanzim al-dawli, l’organisation internationale des Frères. Depuis, manque de chance, aucun spécialiste sérieux des Frères musulmans n’a vu la plus petite implantation du siège de la confrérie s’établir dans la capitale française. D’autant qu’une telle “révélation“ aurait mérité quelques précisions : à quelle adresse se sont-ils installés, et quelles sont les personnalités de la Confrérie venues s’établir sur les bords de la Seine ? » . 

Le CEMO ne limite évidemment pas son inquiétude à l’installation des Frères Musulmans à Paris, mais dans tout l’hexagone. Aussi, les Frères, forcés à la clandestinité, n’ont pas un organigramme officiel par pays, ça serait très mal comprendre son fonctionnement. Le CEMO travaille beaucoup sur l’implantation des Frères Musulmans et de leurs soutiens en France, et après avoir vu cette vidéo, on relira avec d’autres lunettes la citation ci-dessus :

Toutes les grandes mosquées contrôlées par des cadres des Frères Musulmans en France sont analysées dans l’essai Mosquées Radicales, ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 2016). Rappelons que 170 mosquées sont contrôlées par l’UOIF, branche française de la confrérie égyptienne, et que ses cadres ont dû préter le serment d’allégeance à la confrérie (bai’ah) ainsi que l’ont révélé les repentis Mohamed Louizi et Farid Abdelkrim, pour ne citer qu’eux. 

Le supposé « complot » de l’aide américaine aux Frères Musulmans

Pour ce qui est de l’aide américaine aux Frères Musulmans sous l’administration Obama, notamment par l’ambassadrice des Etats-Unis Anne Patterson, elle est notoire et on lira avec intérêt le livre Histoire secrète des Frères Musulmans (éditions Ellipses, 2015) de Chérif Amir qui décrit par le menu cette bienveillance. Cette collusion a d’ailleurs valu à madame Patterson de quitter précipitamment son poste en 2013 sous la pression populaire des égyptiens anti-Morsi, épisode conté par Raymond Ibrahim du Gatestone Intitute.

Pour l’aide américaine aux Frères Musulmans en Tunisie il faut lire l’excellent essai du professeur Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie à l’Unesco , La Face cachée de la révolution tunisienne (Apopsix, 2012).

Parler de « complotisme » pour ces faits bien connus des spécialistes, mais aussi pour la bienveillance israélienne avec l’insurrection islamiste « anti Bachar », alors qu’Israel a par exemple soigné les combattants djihadistes sur son sol, laisse pantois. Même le très prudent magazine Le Point s’en fit l’écho

« un rapport des observateurs de l’ONU dans le Golan, adressé en mars 2015 au Conseil de sécurité, révélait cette fois sérieusement l’existence d’« échanges » entre Israël et la rébellion syrienne entre novembre 2014 et mars 2015. D’après le document, des « individus armés » ont « traversé la ligne de cessez-le-feu » à plusieurs reprises, et se sont « approchés de la barrière technique (israélienne, NDLR) en ayant parfois des échanges avec les forces de défense israéliennes ». Les agents onusiens ont également indiqué être noté des transferts de blessés et des allers et venues de camions, dont certains ont été chargés de sacs avant de repartir vers la Syrie. Ils seraient ainsi au moins 2 000 Syriens à avoir été soignés au cours des trois dernières années dans les hôpitaux israéliens. » Source

Il fut un temps où le directeur de la rédaction de Mondafrique, Nicolas Beau, pointait les connivences entre Doha et Tel Aviv , ou la visite secrète de Qaradawi en Israel en 2010. Notamment dans son excellent livre Le vilain petit Qatar (Fayard, 2013). Abdel Rahim Ali rafraichit la mémoire de Nicolas Beau ici. 

Joachim Véliocas, directeur de l’Observatoire de l’islamisation, et analyste au CEMO, adresse son soutien au docteur et député Abdel Rahim Ali et le félicite pour son engagement contre la confrérie des Frères Musulmans sur le sol européen. Il lui laisse le soin de justifier la présence de Nicolas Beau dans certains numéros de la revue du CEMO, n’étant pas au courant de la nature de leur collaboration passée. 

Attentat de Lyon: l’auteur est un élève ingénieur algérien s’appelant Hichem

Le Figaro nous apprend « qu’un deuxième suspect a également été interpellé, a annoncé le maire de Lyon Gérard Collomb sur BFMTV. Selon nos informations, obtenues de source policière, il a été interpellé par la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) et la sous-direction antiterroriste (SDAT). Il s’agirait d’un mineur scolarisé au lycée Ampère de Lyon, lui aussi serait de nationalité algérienne. » Une source proche de l’enquête a en effet indiqué à BFMTV que le suspect se trouvait en situation irrégulière en France, confirmant une information du Parisien.

Irak : Trois Français condamnés à mort pour avoir rejoint les rangs de l’Etat islamique

Trois Français, Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou, ont été condamnés à mort pour appartenance à l’organisation Etat islamique (EI), a déclaré, dimanche 26 mai, un magistrat de la cour de Bagdad qui les a jugés. Les trois hommes ont été arrêtés en Syrie par une alliance arabo-kurde anti-EI avant d’être transférés avec neuf autres Français en Irak en février. Selon la loi irakienne, ils ont trente jours pour faire appel. […] Léonard Lopez, Parisien de 32 ans converti à l’islam.[…] Salim Machou, 41 ans, a appartenu à la brigade Tariq Ibn Ziyad, une unité de l’EI menée par un ancien légionnaire français, Abdelilah Himich, selon le CAT. […] 

Neuf autres Français doivent encore être jugés en Irak. Il s’agit de Fodil Tahar Aouidat, Mustapha Merzoughi, Yassine Sakkam, Karam El-Harchaoui, Vianney Ouraghi, Brahim Nejara, Bilel Kabaoui, Mohammed Berriri et Mourad Delhomme. (…)  Lire la suite dans Le Monde

Ventes d’armes à l’Arabie Saoudite : Macron ment sur l’ampleur révèle une journaliste

254 détenus condamnés pour terrorisme islamique devraient sortir de prison d’ici fin 2022, selon la ministre de la Justice

Lu dans Le Monde du 22 mai 2019 (extrait) :

Selon la garde des sceaux, la menace terroriste est « présente et toujours active ». L’une des missions essentielles du Parquet national antiterroriste (PNAT) qui va entrer en fonction le 1er juillet sera d’organiser en relation avec les services de renseignement le suivi des sortants de prison. Sur les 510 personnes actuellement détenues pour terrorisme islamiste, 254 devraient sortir d’ici la fin de 2022, détaille Nicole Belloubet. Lire la suite.

Allemagne : Un homme grièvement blessé après avoir été tabassé par un migrant somalien aux cris de « Allah Akbar »

Lu sur (…) BILD / Wize (traduction Fdesouche) :

Une attaque brutale a eu lieu dans la nuit du 16 mai à Offenbourg, à l’ouest du Bade-Wurtemberg. Un demandeur d’asile de 25 ans a tabassé un retraité, lui a donné des coups de pied et lui a cassé la figure, en criant « Allah Akbar ».

Detlef J., 75 ans, a perdu sa femme l’année dernière, selon le journal « Bild ». Lui-même souffre d’un cancer. Il rentrait chez lui lorsqu’il a été attaqué pour une raison inconnue par l’agresseur présumé Ali M. (25 ans).

Le Somalien de 25 ans est arrivé en Allemagne en 2015. Selon « Bild », il a obtenu le « statut de réfugié » en 2017. (…)

Un témoin a observé comment le Somalien a marché à plusieurs reprises sur l’homme allongé au sol – selon le témoin, l’assaillant criait « Allah Akbar ». Le témoin a alerté la police, qui a été en mesure d’arrêter le suspect près du lieu du crime.

Le contexte de l’incident n’est toujours pas clair. Le suspect refuse de témoigner.

Le retraité grièvement blessé a été transféré dans une clinique spéciale par hélicoptère au cours de la journée de jeudi.