Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Notre-Dame : cette jeunesse musulmane en mode « smiley »


Réactions des téléspectateurs d’Al Jazeera, la chaine qatari :

Le vote musulman en France devrait peser 10% de l’électorat en 2022

(Extrait de « Le grand remplacement réalité ou intox ? » de Jean-Paul Gourévitch, expert en migrations):

[…]
Sachant que 1 % des suffrages représente environ 310 000 voix, les voix musulmanes recueillies par le candidat Macron représentent 6,7 % de l’électorat. Bref, sans les votes musulmans François Hollande aurait été battu en 2012 par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen serait sans doute arrivée en tête au premier tour de 2017. Une simulation sur 2022 laisse entendre que le vote musulman pèsera sans doute pour 10 % des votes. Ce qui veut dire qu’un candidat qui ne bénéficierait pas de ce vote devrait environ obtenir 60 % du vote des non-musulmans pour l’emporter. Une hypothèse qui peut déjà nourrir les stratégies des états-majors politiques bien avant l’échéance.

Atlantico

Nous avions interviewé Jean-Paul Gourévitch en 2015, à l’époque les titres de séjours étaient attribués à hauteur de 190 000 par an, aujourd’hui 255 000 pour 2018:

L’ex chef du renseignement allemand : « Les migrants ne s’intègrent pas à la société allemande mais à la société arabe, salafiste ou turque en Allemagne »

Allemagne – L’ancien chef du renseignement allemand Hans-George Maassen a déclaré cette semaine à un média hongrois que la porte de l’immigration était « toujours ouverte » et a critique la politique pro-immigration de la chancelière Angela Merkel.

S’adressant à la radio M1, l’ancien président de l’Office fédéral de protection de la Constitution (BfV) a déclaré qu’en dépit du fait qu’il y ait moins de demandeurs d’asile qu’en 2015, « la porte est toujours ouverte », rapporte Die Welt.

Parlant des migrants, il dit : « Ce qui me préoccupe, c’est qu’il y a de intégration, mais pas l’intégration dans la société allemande, mais dans la société arabe, la société salafiste ou la société turque en Allemagne, de sorte que nous avons des sociétés parallèles. Et de mon point de vue, cela doit être évité à tout prix », a-t-il ajouté.

L’Allemagne a également un bilan médiocre en matière d’expulsion des demandeurs d’asile déboutés depuis 2015, et Maassen explique l’échec du gouvernement en déclarant : « Plusieurs raisons à cela, à commencer par le fait que les pays d’origine ne sont souvent pas prêts à reprendre ces personnes. »

Il a noté que de nombreux pays d’origine constatent que leurs ressortissants en Europe envoient de l’argent qu’ils obtiennent via le système de sécurité sociale allemand, ces pays sont donc peu susceptibles de vouloir les reprendre et d’être contraints de leur verser des prestations.

« En outre, il existe également des ONG, qui empêchent délibérément l’expulsion des migrants en les soutenant ou en les cachant, etc. Dans l’ensemble, il faut dire que la politique d’expulsion en Allemagne est, malheureusement, une catastrophe, mais pas seulement en Allemagne, mais aussi dans d’autres pays d’Europe occidentale », a-t-il déclaré.

Breitbart

Le préfet du 94 impose cent afghans et somaliens clandestins à Bry-sur-Marne

Ils sont arrivés ce matin depuis la Porte de la Chapelle à Paris, saturée des arrivées quotidiennes de ces clandestins que le gouvernement n’arrive à freiner. Le maire de Bry-sur-Marne (vidéo), prévenu seulement deux jours avant, s’est vu réquisitionner son gymnase municipal. L’accueil va être confié à une association subventionnée, Alteralia. Une première vague de cinquante est arrivée, majoritairement des afghans, qui, aussitôt là, ont demandé aux riverains comment se rendre à la gare RER de la ville pour regagner Paris. Le préfet a précisé au maire la nationalité de ces clandestins : Somaliens et Afghans, soit des ressortissants de pays où l’islam le plus radical est pratiqué.  Les individus, que des hommes entre 20 et 40 ans, ne semblent ni dépenaillés ni démunis vu leur habillement. Quid de leurs vaccinations ? Quid de leur identité réelle ? Que vont-ils faire durant un mois ? Beaucoup de communes sont victimes de ces centres d’hébergement improvisés tournants : Noisiel, Gournay-sur-Marne, les mois derniers. Prochaine destination, Nogent-sur-Marne.

Le gouvernement s’est engagé à augmenter les crédits dévolus au logement des clandestins renommés « migrants » par la novlangue médiatique.

L’hébergement seul des demandeurs d’asile (et des déboutés!) se ventile ainsi :

  • 6000 places (ADOMA) dans 80 centres = 32 millions d’euros/an.
  • 18 500 places (HUDA-départements) réparties dans 150 centres  = 108 millions d’euros/an.
  • 5351 places construites par l’Office français de l’immigration et intégration (programme PRAHDA) =28 millions d’euros/an.
  • 10 700 places en Centres d’accueil et d’orientations. 105 millions d’euros/an.
  • 2207 places en Centres provisoires d’hébergement pour 35 millions d’euros. (3000 nouvelles places en 2018)

Soit un total de 308 millions d’euros pour les frais d’hébergement seuls, auxquels il faut ajouter les revenus mensuels des 94300 personnes ayant déposé une demande d’asile en 2017, appelée Allocation Demandeurs d’Asile (ADA) :

– Au 31 juillet 2017, 80 043 ménages bénéficiaient de cette aide financière (ADA), 318 millions d’euros budgétisés pour 2018.

-Il faut ajouter les frais de fonctionnement de la Cour nationale du droit d’asile, 28 millions d’euros.

-Il faut ajouter les cours de langue française et d’ »intégration » : Entre le 1er juillet 2016 et le 30 juin 2017, 101 448 contrats d’intégration républicaine (CIR) ont été conclus (avec une formation linguistique prescrite dans 55,6 % des cas) pour un coût de 56,4 millions d’euros.

Soit un total de = 710 millions d’euros.

Auxquels il faut ajouter les frais médicaux, avec cinquante mille visites médicales par an et des dizaines de médecins affectés aux demandeurs d’asile. L’Aide Médicale d’Etat pour les clandestins élèvera à 910 millions d’euros en 2018 contre 815 en 2017.

Le rapport du Sénat nous apprend également que sur les nombreux hôtels achetés par la Société Nationale Immobilière (SNI) , pour un total de 10000 places, la moitié est affectée aux demandeurs d’asile, et l’autre moitié aux sans-abris.

Vitry : droite et gauche pour la mosquée de 3000 places avec minaret

Lu dans Le Parisien du 12 avril 2019 :

Une délibération votée mercredi acte un « protocole d’accord » entre la ville et l’association cultuelle et culturelle des musulmans de Vitry. 

« Il y avait une inégalité à combler, estime le maire PCF de Vitry Jean-Claude Kennedy. C’est ce que nous allons faire ». Ce mercredi soir, le conseil municipal a adopté une délibération portant sur un protocole d’accord entre la ville et l’association cultuelle et culturelle des musulmans de Vitry pour la construction d’une mosquée ces prochaines années. Aucun calendrier précis n’a été établi pour l’instant.

Ce lieu de culte est « attendu depuis 15 ans » comme cela a été dit au conseil. Elle se trouvera dans le quartier des Ardoines, à l’angle de la rue Jean-Pierre-Timbaud et de l’avenue Léon-Geffroy, « sur un terrain qui nous appartient partiellement », a précisé Michel Leprêtre, adjoint au maire (PCF). Situé en face du stade Gabriel-Péri, il abrite aujourd’hui des jardins familiaux.

Deux baux emphytéotiques de longue durée seront signés à terme : un cultuel, l’autre culturel. Le même notaire a été choisi par les deux parties « pour optimiser l’avancée de ce projet », a indiqué l’élu. Sa capacité d’accueil sera de 3 000 personnes, soit dix fois plus que celle qui existe aujourd’hui dans le quartier Balzac.

« On ne va pas chipoter sur la hauteur du minaret »

Au sujet de cette question « tellement sensible », l’élu (LR) Emmanuel Njoh a demandé « d’élargir la base de discussion à d’autres associations » (musulmanes) et « d’associer tous les groupes du conseil municipal à un débat ouvert ». Pour le groupe Rassemblement national, le seul à avoir voté contre cette délibération, François Paradol a dressé une liste d’« impératifs » tels que « l’encadrement strict des prêches » ou le « refus d’une grande mosquée cathédrale pour marquer le territoire ».Lire la suite dans Le Parisien

Marseille : inauguration d’une mosquée pro salafiste par le maire LR Jean-Claude Gaudin

Lu sur Detismed.fr du 10 avril 2019 :

Après quatre années de travaux, La mosquée « Iqra » des Cèdres, édifice religieux
musulman français situé dans le Vallon de Malpassé à Marseille (13e), ouvre ses portes aux fidèles.

C’est l’association « Mosquée des Cèdres », créée en 1984 qui est à l’origine de cette construction. Elle est composée de deux salles de prières, trois salles de cours et une de conférence ainsi que d’un jardinet intérieur. L’architecture du bâtiment est de style contemporain dont l’architecte est Fawzi Chaoui-Boudghène. Ce projet s’inscrit dans une requalification complète du quartier. En effet, depuis octobre 2018, tout le secteur des Cèdres est en cours de réaménagement. Voirie, logements, les chantiers se multiplient aux Cèdres Sud et parachèvent le Projet de Renouvellement Urbain de Malpassé. La Mosquée sera inaugurée par le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, le jeudi 11 avril à 17 heures.
Mosquée des Cèdres au 31, boulevard Bouge – Marseille (13e)

Note de l’Obs-i : Cette mosquée relaie sur ses réseaux sociaux (Facebook et Twitter) les initiatives de Les Musulmans , une plateforme réunissant frères musulmans et salafistes, le site salafiste  Al-Kanz ou la chaine du Qatar AJ+.  Exemple parmi d’autres, la page Facebook invite à assister à une prédication du salafiste Eric Younous, qui est passé par un institut islamique en Arabie Saoudite, fiché S pour cette raison  :

Remise de peine au profit d’un terroriste d’AQMI : libéré deux ans avant ses 8 ans de prison

Lu sur LCI du 11 avril 2019

« Il a été l’une des premières et célèbres figures françaises d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). D’après nos informations, l’ex-djihadiste a été récemment libéré, après avoir passé six ans sous les verrous 

A 64 ans, il fait figure d’ »ancien » dans le paysage islamiste français. Six ans après son interpellation au Mali par les militaires de l’opération Serval, Gilles Le Guen a retrouvé l’air libre. Il est discrètement sorti de la maison d’arrêt de Condé-sur-Sarthe, le 25 février dernier. Bénéficiant de remises de peine, l’ancien djihadiste aura purgé un peu plus de six ans sous les verrous. En mai 2015, le Tribunal correctionnel de Paris l’avait condamné à une peine de huit ans de prison ferme pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Présenté par les surveillants et des responsables de l’administration pénitentiaire comme un détenu « calme et sans problèmes », Gilles Le Guen est désormais soumis un contrôle judiciaire. Aujourd’hui domicilié dans la Manche, l’ancien capitaine de première classe doit « pointer » une fois par jour au commissariat. Contacté par TF1, son avocat n’a pas souhaité faire de commentaires. 

La mosquée de Massy inaugurée par le maire et l’aval du préfet malgré son orientation frériste

Tous les principaux représentants des Frères Musulmans en France sont venus prêcher dans cette mosquée :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

« L’UOIF est une fusée à deux étages. Le premier étage est démocratique, le second mettra en orbite une société islamique. » ( Ahmed Jaballah cité par Mohamed Sifaoui in La France Malade de l’islamisme, éditions du Cherche Midi, 2002)

Quant à Nacer Qadiri Hassani venu en 2013, il a été formé à l’école d’imâms des Frères Musulmans, l’IESH, dont le premier directeur, le Cheikh Zakaria, est aussi venu à Massy !

Les préfets et les maires sont les meilleurs alliés des islamistes, comme l’actualité récente nous l’a montré à Reims le mois dernier. Les médias afin de ne pas affoler l’opinion, taisent délibérément l’identité des gestionnaires de ces grandes mosquées…qui pourtant ne cachent pas du tout leurs préférences doctrinales.

Observatoire de l’islamisation, 8 avril 2019.

Qatar Papers : les financements des mosquées des Frères Musulmans en Europe

Un responsable de la mosquée Millî Görüş de Strasbourg soutient le sultanat de Brunei qui valide la lapidation

Mosquée Eyyup Sultan actuellement en construction. Première pierre posée avec le maire Roland Ries et le Préfet du Bas-Rhin.

Rappel : le Mill Gorus (CIMG) est le plus grand mouvement islamiste turc. 600 mosquées en Europe, en train de construire une mosquée géante à Strasbourg dénommée Eyyub Sultan, dotée d’un collège et école primaire tolérés par l’Education Nationale. Un de ses responsables soutient aujourd’hui (3 avril 2019)  le Sultanat de Brunei décrié ces derniers jours pour sa mise en application de la totalité de la charia, la loi islamique. Parmi les mesures qui vont être appliquées, la lapidation pour l’homosexualité et l’adultère ou encore l’amputation d’une main ou d’un pied en cas de vol. Le viol sera également passible de la peine de mort, tout comme les insultes au prophète, qui s’appliquera aux musulmans comme aux non-musulmans. L’Etat avait annoncé dès 2013 l’introduction progressive de la loi islamique, mais avait repoussé sa mise en œuvre à 2019. C’est désormais chose faite. 

Voici ce que publie David Bizet, pseudonyme Pasa, référent du CCIF en Alsace et conférencier pour le Milli Gorus :

L’homme est membre du Conseil des Imâms et Cadres Religieux d’Alsace (CICRA) ainsi quil l’affiche sur le réseau social des anciens élèves de Paris-Sorbonne. Chose confirmée par les réunions du Conseil à laquelle il assiste :

Zoom sur David Bizet « Davut Pasa », présent à la commission des imâms d’Alsace, présence mentionnée par Eyup Sahin qui est le président régional du Milli Gorus en Alsace gérant la mosquée Eyyub Sultan.  

« Davut Pasa »Bizet a vraisemblablement une responsabilité dans l’encadrement des jeunes du mouvement.

Aussi, Le Parisien nous informe que « Davut Pasa » dissuade ses coreligionnaires de scolariser leurs enfants à l’école publique :

Bizet sur une plaignante contre Tariq Ramadan. On comprend son soutien à Brunei…

« Davut Pasa » vient de supprimer son tweet. En voici la copie d’écran.