Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Liste exhaustive des 177 mosquées salafistes avec noms et adresses

Une liste mise à jour le 6 avril 2017 par les musulmans eux-mêmes sur l’annuaire des mosquées. Sur ces 177, il faut en soustraire 20 qui ont été fermées administrativement : Voir la liste 

Pour comprendre ce qu’on y enseigne, lire l’enquête Mosquées Radicales paru aux éditions DMM fin 2016.

Mise au point : Macron veut « associer à notre projet de société » les juges islamiques de Mayotte

Tout part de cette interview diffusée sur Mayotte Première, le 22 mars dernier. Mohamadi Bacar Mcolo, présenté comme « directeur de campagne » du comité local Halo Na Macron (traduction mahoraise de « En Marche ») est interrogé sur les engagements du candidat à l’égard de ce territoire d’Outre-mer. « On lui a fait certaines propositions, qu’il a prises en compte, c’est pourquoi nous le suivons » explique-t-il (à 3 minutes dans la vidéo). « Concrètement ? » lui demande le journaliste. Mohamadi Bacar Mcolo répond : « Par exemple, les cadis [juges musulmans]. On sait très bien qu’ils ont été dépouillés de leurs pouvoirs sur le plan local. Le cadi est un pilier de la cohésion sociale à Mayotte, Emmanuel Macron est d’accord pour remettre ces pouvoirs-là. »

Cette interview a déclenché un tollé, et les journalistes ont voulu en savoir plus. LCI a recueilli les précisions de l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron :

« Il y a des réalités locales dans certains territoires que nous ne pouvons pas nier, les cadis de Mayotte en font partie. Néanmoins, l’engagement d’Emmanuel Macron, c’est que les lois de la République s’appliquent à toutes et tous, que les infractions aux lois de la République soient sanctionnées, et que la laïcité s’impose à tous », explique-t-on dans l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, qui s’est rendu le 26 mars dans ce département d’outre-mer.

« Nous ne voulons pas donner un pouvoir aux religieux mais plutôt les associer à notre projet de société, solliciter leur soutien afin d’assurer la cohésion sociale de la population mahoraise. Il s’agit d’un rôle de médiateur social, de conseil et d’accompagnement de l’action publique. Cela n’a rien à voir avec la charia ou la répudiation », a appuyé Hakim Nourdine, porte-parole d’En marche ! à Mayotte. Le rôle de médiateur des cadis est en effet reconnu par le conseil départemental de Mayotte, 19 juges de paix musulmans ayant intégré le service de médiation sociale en 2016. Source

L’Intérieur ferme la mosquée de Torcy repérée dans le livre Mosquées Radicales paru en novembre

En novembre 2016 paraissait le livre Mosquées Radicales: ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM), dans lequel 3 des mosquées épinglées ont été fermées les semaines qui ont suivi sa parution : Ecquevilly, Villiers-sur-Marne, et maintenant Torcy !

Nous lisons dans Le Figaro de ce mardi 11 avril 2017 :

« Une mosquée située à Torcy (Seine-et-Marne) a fait l’objet d’une fermeture administrative dans le cadre de l’état d’urgence pour des prêches « légitimant le djihad armé ».

« La mosquée était devenue un lieu où étaient prônés une idéologie radicale ainsi que des incitations au djihad. Certains prêches, ouvertement hostiles aux lois républicaines, incitaient à la haine envers les autres communautés religieuses, au premier rang desquelles les musulmans chiites et les juifs », a précisé le ministre de l’Intérieur Matthias Fekl. suite

L’auteur, Joachim Véliocas, se félicite de ce début d’action basé sur ses investigations. Néanmoins  le nombre de mosquées radicales nécessitant une fermeture est d’environ 110 mosquées salafistes, 147 mosquées tablighis, 200 mosquées UOIF et quelques marocaines et turques.

Le sommaire du livre-enquête rend compte de l’énormité du problème :

Acheter sur Amazon

Les islamistes philippins abattent 5 personnes sur l’île touristique de Bohol

Cinq personnes, dont un policier, ont été tuées par l’organisation islamiste armée Abou Sayyaf sur l’île touristique de Bohol, dans le sud des Philippines. Les miliciens, commandés par Abu Rami,  repérés par des témoins, ont été pris en chasse par les forces philippines. La dureté des combats a nécessité des renforts de la Marine et de l’armée de l’Air. 

Il s’agirait de la première opération sur cette île touristique de l’organisation Abou Sayyaf,  émanation des séparatistes musulmans qui ont fait plus de 100.000 morts depuis les années 1970 dans ce pays d’Asie du Sud-Est composé à très grande majorité de catholiques fervents.

Considéré comme une organisation terroriste par Washington, Abou Sayyaf a été fondé au début des années 1991 avec des financements du réseau al-Qaida sur l’île de Basilan au sud du pays. 

Fontenay-le-Fleury (78) : ils taguent la profession de foi de Daesh sur le panneau du commissariat

Lu dans Le Parisien :

Les deux hommes doivent comparaître ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Versailles.

Deux hommes de 40 et 55 ans, doivent comparaître lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Versailles (Yvelines). La justice leur reproche d’avoir, en juillet dernier, volé le drapeau tricolore du commissariat de Fontenay-le-Fleury et écrit la profession de foi en arabe de Daech sur le grand panneau police de l’entrée.
Les deux hommes ont été placés en garde à vue vendredi. Le plus âgé a intégralement reconnu les faits. Le second a tenté de les minimiser, avant d’insulter les enquêteurs et de lancer un «allahou akbar». Selon les forces de l’ordre, l’un de ces deux hommes est radicalisé et un peu à la dérive, ce qui fait de lui un homme inquiétant. Ils ont été déférés samedi avant d’être écroués dans l’attente de comparaître devant le tribunal.

Nice: La librairie de l’imâm modèle d’Estrosi diffuse des livres radicaux (enquête)

Capture d’écran 2015-08-19 à 18.57.03

Capture d’écran de la page Facebook de l’imâm Abdelkader Sadouni, thuriféraire des Frères Musulmans.

L’imâm Abdelkader Sadouni de Nice, avait été dénoncé comme islamiste par Marion Maréchal-Le-Pen lors de la campagne des élections régionales, puis défendu par Christian Estrosi sur LCI (extrait vidéo), qui qualifie son association de « totalement modérée », ce qui provoqua une polémique en aout 2015. Celui qui est imâm de la mosquée Attaqwa dans le quartier des Moulins se félicite d’avoir « l’oreille attentive de la mairie » dans Nice Matin. Ce qui n’est pas étonnant car la plupart des grandes mairies UMP-LR collaborent localement avec les Frères Musulmans comme nous l’avons démontré dans l’ouvrage Ces Maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis, 2015).

Nous nous sommes rendus dans la librairie Le Message, tenue par Abdelkader Sadouni le samedi 10 septembre 2016. Nous avons logiquement trouvé la littérature classique de la confrérie des Frères Musulmans, dont ceux-ci achetés sur place :Lire la suite

Attentat de Stockholm : l’islamiste ouzbek est un demandeur d’asile débouté

L’auteur présumé de l’attentat de vendredi à Stockholm est un demandeur d’asile débouté, a indiqué la police ce dimanche. Samedi, elle avait indiqué que l’homme de 39 ans est un Ouzbek présent en Suède depuis quelques années, et connu des services de renseignement suédois. Lire la suite dans Le Temps

Attentat dans deux églises égyptiennes : 36 morts

Lu dans Le Figaro du 9 avril 2017 (concernant la première église touchée):

Au moins 21 personnes ont été tuées et 59 blessées dimanche dans un attentat à la bombe contre une église copte de la ville de Tanta, à 120 km au nord du Caire, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

L’explosion a eu lieu durant la messe, dans l’église Mar Girgis de Tanta, selon un responsable du ministère de l’Intérieur, et le bilan des victimes s’élève « à 21 morts et 59 blessés », selon un communiqué du ministère de la Santé. Le bilan précédent faisait état de 15 morts.

L’explosion a eu lieu peu avant 10H00, alors que la communauté chrétienne célébrait la messe des Rameaux avant d’entrer dans la semaine sainte.

Quatre mois plus tôt, une attaque avait fait une trentaine de morts dans une église copte du Caire. Il intervient également avant une visite du pape François prévue les 28 et 29 avril en Egypte, alors que la branche locale du groupe jihadiste Etat islamique a appelé à viser des chrétiens.

La mosquée de Montfermeil menacée de fermeture imminente

Par Rémi Brancato, France Bleu Paris RégionVendredi 7 avril 2017 à 20:36

Depuis une décision du 29 mars, l’interdiction d’accueil du public est effectif pour la mosquée de Montfermeil, en Seine-Saint-Denis. Les anciens gérants n’avaient pas respecté le code de l’urbanisme. Les nouveaux responsables demandent une nouvelle autorisation pour accueillir les fidèles.Lire la suite sur France Bleu

Finance islamique: Dauphine renforce ses formations

Kader Merbouh (à gauche) avec ses étudiants de la promotion 2013, à Paris.

Lu dans Le Figaro du 8 avril 2017 :

L’université parisienne lance un nouveau certificat, à Marseille, pour répondre aux besoins de ce marché en pleine expansion.

C’est sur le campus marseillais de Kedge Business School que Dauphine conforte sa position dans le secteur de la finance islamique. L’université parisienne, qui ouvre une formation autour de la gestion de capitaux islamiques et l’assurance «Takaful» (*), s’offre une place de choix dans le bassin méditerranéen, tournée vers le monde arabo-musulman. «Dans certains pays, depuis quelques années, des gens se sont exclus du système bancaire, pour des raisons religieuses. Aujourd’hui, ces pays construisent un cadre réglementaire et juridique pour développer la finance islamique», explique Kader Merbouh, professeur à Dauphine et responsable de ce certificat.

La finance islamique repose sur des préceptes issus de la Charia (loi coranique) interdisant les investissements dans les secteurs illi­cites, la spéculation, l’usure et l’intérêt

En 2015, une loi a ainsi été promulguée au Maroc. «Les entreprises françaises ne peuvent ignorer ces réalités culturelles et financières», ajoute-t-il. À partir de ce mois-ci, une vingtaine d’étudiants de Kedge et des professionnels du secteur bancaire et financier seront donc formés à la finance islamique. Lire la suite dans Le Figaro