Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Montpellier : une sexagénaire islamiste sème la terreur dans un cabinet médical

Capture d’écran 2016-12-17 à 15.05.41Lu sur E-Metropolitain du 17 décembre :

Le cabinet médical du centre commercial de la place Saint-Paul, dans la cité de la Mosson-la Paillade à Montpellier a connu une vive agitation, jeudi matin, quand une femme de 68 ans a débarqué dans la salle d’attente, où se trouvaient quatre patients. Après les avoir menacés, elle s’en est pris d’abord verbalement, puis physiquement à la secrétaire médicale, âgée de 47 ans, furieuse qu’on lui refuse un rendez-vous par téléphone et ce depuis mardi.

Avant de lui tordre une main et de la frapper, ce qui a entraîné un arrêt de travail de 5 jours, la sexagénaire a tenu des propos en Arabe constituant une atteinte à la religion de la victime, notamment en lui reprochant, « d’être une mauvaise musulmane, car elle ne porte pas le voile », proférant également des menaces de mort réitérées. La secrétaire médicale a pu traduire les déclarations de la visiteuse, qui a fini par alerter la doctoresse qui était en train de soigner un malade.Lire la suite

Valence : un multirécidiviste tunisien pro daesh menace un hôpital d’un massacre : il pourra revenir en France dans 3 ans.

801899Lu dans Le Dauphiné du 15 décembre:

«Je veux me battre aux côtés de Daesh et faire un massacre […] Je veux aller à Nice et finir le travail […] Je veux faire le djihad ». Ces propos ont coûté six mois de prison ferme et l’interdiction du territoire français pendant trois ans à Fathi Akremi, jugé hier à Valence pour “apologie du terrorisme” devant le tribunal correctionnel. 

Des propos qu’il a tenus, mardi, aux urgences de l’hôpital de Valence où il avait été conduit après avoir été débarqué d’un TGV dans lequel, complètement ivre, il importunait des passagers.

Seulement voilà, ce ressortissant tunisien d’une cinquantaine d’années n’en était pas à ses premières menaces. Encore moins à son premier rendez-vous avec les juges qui, à vingt-cinq reprises par le passé, l’ont sanctionné pour des faits de vol, de violences, d’agression sexuelle, de menaces de mort…

Ses déclarations aux urgences de l’hôpital de Valence faisaient en effet écho à d’autres propos tenus par lui, le 19 juillet dernier, dans des circonstances glaçantes puisque prononcés à Nice, cinq jours seulement après le terrible attentat de la promenade des Anglais. Il fut condamné par la justice des Alpes-Maritimes. […]

« Émirats, Qatar : nos meilleurs ennemis ? » Del Valle, Chesnot, Ennasri chez Polony

Nabil Ennasri, ancien étudiant de l’IESH (école d’imâms de l’UOIF inaugurée par Youssef Al Qaradawi qui est toujours au « conseil scientifique ») soutenait l’UOIF contre les interdictions de séjour des prédicateurs extrémistes invités au congrès UOIF du Bourget en 2012 :

Nous avions parlé de lui en 2009 dans un article :

« Suite à la relaxe d’un gendarme ayant tué un cambrioleur maghrébin en délit de fuite, le 1er octobre 2009, par la Cour d’assise du Gard, (alors qu’il était encore élève de l’école d’imams de l’UOIF) Nabil Ennasri publiait un texte enflammé sur Oumma.com, premier site musulman de France intitulé « A quand les prochaines émeutes en France ? »

Son article se termine par cette phrase :

 » Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu… »

C’est aimable de prévenir les français. Encore une bonne raison d’interdire l’UOIF, pépinière de boutefeux  et de petits soldats des Frères Musulmans. 

Alep : les rebelles de Jaysh al islam gardaient l’aide humanitaire et laissaient les civils mourrir de faim

Un reportage d’Euronews dont l’objectivité est bienvenue. Le quartier général des rebelles salafistes de Jaysh al Islam (L’armée de l’islam), financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar, membres de la coalition Front Islamique avec Ahrar el Sham, était sis dans une école. Ils ont décampé de ce lieu depuis la récente libération d’Alep. Les civils se ruent dans cet endroit pour y récupérer les précieux colis de nourritures, et affirment en avoir été privé par les mal nommés « rebelles modérés » des médias occidentaux :

Toulouse: la justice ordonne la fermeture d’une école musulmane

Lu dans Le Figaro du 15 décembre :

Le tribunal correctionnel de Toulouse a ordonné aujourd’hui la fermeture d’une école musulmane pour enseignement « non conforme » et condamné son directeur à une peine de sursis, un jugement qualifié d' »inique » par son avocat.

Dans un premier volet du dossier, le tribunal correctionnel a condamné Abdelfattah Rahhaoui, directeur de l’école hors-contrat Al-Badr, à 4 mois de prison avec sursis et à une interdiction de diriger un établissement d’éducation, pour enseignement « non conforme », selon le jugement lu à l’audience. Le tribunal a aussi ordonné la fermeture de l’établissement, situé dans le quartier populaire de Bellefontaine à Toulouse. L’association Al-Badr en tant que personne morale a écopé de 5.000 euros d’amende et d’une « interdiction définitive d’exercer ».

Dans un second volet, relatif à des violences sur mineurs et à l’ouverture « illégale » d’un établissement secondaire en récidive, M. Rahhaoui a été condamné à 2 mois de prison avec sursis et à 3.000 euros d’amende. Lire la suite

Alep : les brigades de l’ASL Sultan Mourad et Fastaqim, armées par les Etats-Unis, sont islamistes.

Les médias français et les « spécialistes » (comme Ulysse Gosset de BFMTV) tentent de distinguer parmi les rebelles présents à Alep Est les djihadistes de Fatah al Cham (Al Qaida) , des « gentils » rebelles démocrates luttant contre le tyran Bachar Al Assad : outre  les salafistes d’ Ahrar al Sham armés par l’Arabie Saoudite et le Qatar, ils présentent la brigade turkmène Sultan Mourad armée par la Turquie et les Etats-Unis comme étant fréquentable, et regrettent sa défaite. « Alep succombe » comme le dit la journaliste de France 24 mercredi 14 décembre. Dans  vidéo ci dessus, du compte Youtube officiel de Sultan Mourad, du nom du sultan Ottoman Mourad II (1404-1451) qui attaqua Thessalonique et la Serbie, donne une idée de la radicalité islamiste de ses chefs.

Sultan Mourad est allié avec un autre groupe islamiste de l’ASL présenté comme « modéré » également, Fastaqim Kama Amrit, armé par les américains, clairement islamiste selon tous les analystes sérieux. Ses commandants prêchent dans les mosquées. Ses soldats à la barbe fournie ont un emploi névrotique du Allah Akbar. Sur cette vidéos, ses soldats font un salut nazi :

La brigade Fastaqim (fiche) exhibait en décembre 2014 deux cadavres de soldats loyalistes chrétiens , en zoomant sur leur chapelets :

La mairie PS de Sarcelles donne 150k€ pour la mosquée et le terrain pour l’euro symbolique

Le Parisien du 12 septembre 2016 présentait le projet ambitieux de grande mosquée de Sarcelles piloté par deux associations, celle des musulmans d’inspiration sunnite en France (Amis) et Dar-At-Tawid, notoirement salafiste, regroupées pour la cause de l’édifice dans la Fédération des Musulmans de Sarcelles :

« La municipalité a déjà donné 150 000 €, a souligné Mamadou Gassama, le président de l’Amis. C’est un geste considérable. » Cette subvention concerne la partie culturelle du centre, qui doit accueillir bibliothèque et salles de cours. Difficile de savoir combien coûtera réellement la construction. « On est en train d’évaluer tout ça », indique Sabar Ladj, en ajoutant que la collecte de fonds n’en est qu’à ses débuts. » Lire l’article

Capture d’écran 2016-12-14 à 11.00.28

Un autre article du Parisien du 14 décembre 2016 rappelle que le terrain « a été cédé pour un euro symbolique à la fédération des musulmans de Sarcelles »

L’association Dar At Tawid, intégrée à la fédération des musulmans de Sarcelles, a vu sa salle de prière fermée administrativement en janvier 2016. Son trésorier, Issam.N, est également le trésorier de l’association salafiste « Al-Islah-La Réforme ». Un des imâms occasionnels de Dar At Tawid est le syrien Abou Layth Al Armany, dirigeant l’institut salafiste Sounnah, qui assume parfaitement son orientation salafiste. Lire la suite

La Fondation pour l’islam va être financée par la SNCF (276K€), ADP (276k€) et l’état (1400K€) !

661-magic-article-actu-510-5f7-9fe5d6d26c5c6f4c0f1d74255e-quel-visage-pour-la-fondation-pour-l-islam-de-france|5105f79fe5d6d26c5c6f4c0f1d74255eLe premier média musulman de France, Saphirnews, se réjouit de la création de la Fondation pour l’islam et précise ses dotations :

« Côté financier, pour supporter le fonctionnement (environ 500 000 € par an) et les projets, la fondation est dotée cette année d’une subvention de l’Etat (1,4 millions d’euros). Pour financer la recherche en islamologie, un crédit de 1 million d’euros par an fourni par la fondation Aga Khan, du nom du chef spirituel des ismaéliens, vient compléter le fonds. 

S’agissant du fonds de garantie, il s’élève à 1,6 million d’euros, constitués du reliquat de la précédente fondation (948 000 € donnés par Dassault) et des dotations de la SNCF et d’ADP (chacune 276 000 €) et du bailleur social SNI (110 000 €). Un fonds qui restera intact » Lire l’article intégral

Jean-Pierre Chevènement a précisé sa fonction : financer des thèses (favorables à l’islam), financer la « formation » des imâms avec des diplômes universitaires (créés pour les imâms et d’un niveau dérisoire, axés sur la laïcité), créer des bibliothèques musulmanes…Il va sans dire que la « recherche en islamologie » financée sera présidée par une intention apologétique, surveillée de près par le conseil d’administration musulman de la fondation.

Attentat du Caire dimanche dernier : quatre frères musulmans arrêtés

Capture d’écran 2016-01-27 à 15.13.04 2

Livre indispensable pour comprendre les Frères Musulmans qui contrôlent 200 mosquées en France via l’UOIF. Amazon

Lu dans Le Figaro du 13 décembre:

Deux jours après l’attentat kamikaze qui a tué 25 Coptes dans une église du Caire, l’enquête privilégie la piste islamiste. Il n’y a pas eu de revendication, mais le ministère de l’Intérieur égyptien accuse clairement les dirigeants des Frères Musulmans établis au Qatar d’en être à l’origine, avec pour objectif de «créer un conflit religieux à grande échelle». 

Quatre suspects proches des Frères musulmans ont été arrêtés lundi, a déclaré le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. «L’auteur de l’attentat est Mahmoud Chafiq Mohamed Mostafa, il a 22 ans et il s’est fait exploser à l’aide d’une ceinture explosive», a-t-il affirmé lundi, lors des funérailles des victimes en présence de proches accablés par la douleur. Un prélèvement ADN sur les parties du corps du kamikaze, qui s’est fait exploser dans la partie de l’église réservée aux femmes et aux enfants, a permis de l’identifier.

«Trois hommes et une femme ont été arrêtés et deux autres personnes étaient toujours recherchées», a précisé le président égyptien. Le premier, Mohamed Abdel Hameed Abdel Ghani, est soupçonné d’avoir caché les explosifs et d’avoir logé et préparé le kamikaze. Les trois autres personnes arrêtées sont Mohsen Mostafa el-Sayed Qassem, Mohamed Hamdi Abdel Hamid Abdel Ghani et Ola Hussein Mohamed Ali, la femme. Ces quatre suspects seront présentés à la sûreté de l’État égyptien.

Les autorités continuent de rechercher d’autres suspects, selon le communiqué du ministère de l’Intérieur. Parmi eux, Mohab Mostafa el-Sayed Qassem, surnommé «Le Docteur», qui dirigeait le groupe. Il s’était rendu en 2015 au Qatar pour rejoindre les dirigeants des Frères musulmans qui avaient fui l’Egypte. Ces derniers lui auraient offert un soutien logistique et financier afin de mener des attaques terroristes en Egypte. A son retour en Egypte, il se serait rendu dans le nord du Sinaï pour s’entraîner au maniement des armes et à la fabrication d’explosifs. Un fois au Caire, les Frères musulmans lui auraient, depuis le Qatar, donné des instructions pour préparer un attentat contre la communauté copte égyptienne. Il aurait ensuite entraîné, dans le quartier al-Zeitoun du Caire, des personnes pour mener l’attentat. Un groupe nommé le Conseil révolutionnaire égyptien, une branche présumée des Frères musulmans, avait publié une déclaration le 5 décembre «jurant de cibler les chefs de l’église orthodoxe en raison de son soutien à l’Etat». Lire la suite dans Le Figaro

Joachim Véliocas invité de Radio courtoisie pour présenter « Mosquées Radicales »

Mosquées-RadicalesLe livre est disponible ici sur Amazon. Présentation et clip ici.