Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Pays-Bas : « La période du Ramadan » entraîne une hausse de la criminalité, selon le maire d’une municipalité

Lu sur le média néerlandais DeGooi

Pieter Broertjes, maire de la municipalité de Hilversum, reconnaît dans une interview à l’Associated Press que la période du Ramadan est une nuisance pour sa ville.

Hilversum est touchée par une série d’incendies de voitures et d’actes de vandalisme. « Il ne faut pas tourner autour du pot. Ce n’est pas un hasard que les nuisances augmentent durant cette période. Je suis choqué par ces évènements. », a-t-il déclaré.

Le maire cible particulièrement des individus, parfois étrangers, venant de quartiers populaires.

L’administration de la mosquée soutient l’approche du maire.

L’étudiant algérien de 40 ans préparait sa thèse depuis 3 ans: dérive de la filière migratoire étudiante.

L’homme de 40 ans qui a attaqué au marteau un policier ce mardi vers 16h sur le parvis de Notre-Dame de Paris, est étudiant à Metz. Depuis 2014, il est science de l’information et de la communication et préparait une thèse sur le journalisme et les élections dans les pays d’Afrique du Nord au centre de recherche sur les médiations (CREM).

 L’agresseur originaire d’Algérie est né en 1977, il a été journaliste en Suède puis en Algérie croit savoir l’université de Lorraine, avant d’arriver à Metz en 2014 pour suivre une thèse sur les médias. Après la mutation à Paris du directeur de thèse à la rentrée 2015-2016, l’étudiant quadragénaire avait déménagé dans le Val d’Oise pour rejoindre son professeur début 2016, tout en restant inscrit à Metz. Un étudiant qui ne « montrait rien de suspect » selon le président de l’université de Lorraine Pierre Mutzenhardt « son directeur de thèse est le premier surpris, il est dans l’incompréhension totale »

Pierre Mutzenhardt va rencontrer le personnel du CREM de Metz ce mercredi et va prendre des mesures dans l’université. « c’est un étudiant qui ne mérite absolument pas d’être inscrit à l’université de Metz, je pense que je vais téléphoner au ministère pour voir quelle conduite tenir, ça peut choquer en interne« . (France Bleu du 6 juin)

À ce jour, on compte 289.000 étudiants étrangers. Ils représentent 12.3% de la population étudiante, soit un étudiant sur huit. Moins de 40% des étudiants étrangers décrochent une licence. Depuis une circulaire du 15 janvier 2000, ils peuvent s’établir de manière définitive sur le territoire français. 

Lire aussi : 13 000 euros/an, le coût d’un étudiant étranger en France.

Une centaine de tribunaux islamiques autorisés en Grande-Bretagne (France 2)

Les positions inquiétantes du prochain président du CFCM Ahmet Ogras

La présidence du Conseil Français du Culte Musulman est tournante. En juillet prochain, le turc Ahmet Ogras représentant de l’islam officiel turc dans le Conseil dont il est vice-président, a toutes les chances d’en prendre les rênes.

Libération lui consacre un portrait où on apprend ses liens avec le parti islamiste au pouvoir :

« Depuis la création du CFCM en 2003, Algériens et Marocains l’avaient exclusivement présidé en alternance. Mais cette succession risque bien d’échauffer les esprits. En cause, les liens d’Ahmet Ogras avec l’AKP, le Parti de la justice et du développement, au pouvoir en Turquie depuis 2002 et avec l’entourage, à Ankara, du président islamo-conservateur, Recep Tayyip Erdogan. Car Ogras, 46 ans, doit son ascension au sein de l’islam de France à sa belle-famille et les relations qu’elle entretient avec l’AKP d’Erdogan : son beau-frère Ali Hasal et sa belle-sœur travaillent tous deux au palais présidentiel au service des relations publiques.

Arrivé en France à l’âge de 3 ans, Ogras, fils d’ouvrier, a grandi dans le quartier populaire des Rottes à Vendôme (Loir-et-Cher). Ingénieur de formation, il a participé au milieu des années 2000 à la fondation de l’Union des démocrates turcs européens (UDTE), liée à l’AKP et parrainée par Erdogan. A ce titre, Ahmet Ogras était à la manœuvre lors de la grande manifestation franco-turque, en janvier 2012, contre la loi pénalisant la négation du génocide arménien. »Lire la suite

Dans son ouvrage Les vrais ennemis de l’Occident (L’artilleur, 2016) Alexandre del Valle dressait le portrait d’Ogras:

Lors d’un débat sur France 24 le 29 août 2016, il dérapa à de nombreuses reprises :

  • « La France se ridiculise » au sujet des burkinis interdits par des communes sur les plages.
  • Questionné par la journaliste sur l’opportunité de la présence de l’UOIF au sein de la Fondation pour l’islam de France, il répond que « ce n’est pas un problème », avec un large sourire.
  • Il est d’accord sur le financement étranger des mosquées, le fussent-elles par le Qatar. Il justifie sa position avec l’existence de l’Institut orthodoxe de Paris financé par la Russie. On appréciera le parallèle entre des pays qui financent le djihadisme international et la Russie.

Il défendit  becs et ongles Erdogan en 2014, alors que déjà 90 journalistes croupissaient dans les prisons turques :

Allemagne : un réfugié kurde de Rojava poignardé à mort par deux sympathisants de l’État islamique

Une information du média anglais ANF  traduction Fdesouche:

L’homme poignardé à mort dans la ville allemande d’Oldenbourg mercredi s’est avéré être un réfugié de Rojava (Kurdistan syrien) appelé Abdulhenan Yakup. Selon des témoins oculaires, Yakup a été tué par deux sympathisants de l’Etat islamique pour ne pas avoir fait le ramadan.

Vers 18h00 le 31 mai, Abdulhenan Yakup, âgé de 33 ans, originaire de la ville d’Efrîn à Rojava, a agressé verbalement par deux sympathisants de l’EI sur un marché de la ville d’Oldenbourg en Allemagne. Les deux sympathisants de l’EI qui auraient séjourné en Syrie ont insulté Yakub après l’avoir vu avec une glace à la main en disant: « Pourquoi ne jeûnes-tu pas pendant le ramadan? »

Yakup n’a pas fait attention aux deux hommes, leur a tourné le dos et a commencé à s’éloigner quand il a été poignardé dans le dos, dans le ventre et d’autres parties de son corps. Le réfugié kurde a perdu la vie sur les lieux malgré les efforts des unités médicales pour le réanimer.

Dresde : des migrants saccagent leur centre d’hébergement en raison du ramadan

Manifestation à Dresde en aout 2015.

Lu sur Tag24.de (traduction Fdesouche):

Dimanche soir, échauffourées entre migrants et personnel de sécurité : tout a commencé vers 21h05 lorsqu’une alarme incendie s’est déclenchée au 4ème étage du centre. Le personnel de sécurité a alors constaté que, malgré une interdiction, des appareils ménagers étaient utilisés dans les chambres.

Rappelant cette interdiction aux résidents, les agents de sécurité ont aussitôt été agressés à coup de caisses à bière et extincteurs pour « violation du ramadan ». S’étant retirés, les agents ont alerté la police, laquelle est intervenue en force avec 14 véhicules et 28 agents.

Avant l’arrivée de la police, les migrants avaient complètement perdu la tête au point de saccager leur chambre jusqu’à ce que celle-ci soit inhabitable : ils ont arraché les fenêtres avec leur encadrement, cassé les portes, arraché les prises électrique et brisé les fenêtres. Les dégâts s’élèvent à environ 3’000 Euros.

Impliqués dans cette rébellion : 7 Marocains et 2 Tunisiens. L’auteur principal âgé de 43 ans a été mis en détention : les autres répartis dans de nouveaux centres.

Plaintes sont déposées pour coups et blessures, coups et blessures aggravés (6 agents de sécurité blessés) et pour dégradation de bien public.

Khuram Butt s’affichait dans un documentaire de Channel 4 avec des djihadistes en 2015

Channel 4 documentary – the Jihadis next door – that features one of the London Bridge attackers ( l3rd left in background in same colour pale robes/head scarf
http://documentary-movie.com/the-jihadis-next-door/

Incroyable loupé des services britanniques. Khuram Shazad Butt a fait une apparition dans un documentaire tourné à l’été 2015 , intitulé The Jihadist Next Door (« Les jihadistes du voisinage ») de Channel 4, vu par des millions de britanniques.  Il priait avec un groupe de salafistes dans le Regent’s Park, un jardin public au centre de Londres, en y déployant le drapeau noir brandit lors du Djihâd depuis l’islam impérial médiéval. Tourné entre janvier 2014 et début 2016, ce documentaire se centrait sur ce groupe qui mettait en ligne des prêches sur YouTube, ouvertement influencés dans leurs discours par le cheikh salafiste Omar Bakri Muhammed, aujourd’hui emprisonné pour ses liens avec l’Etat Islamique. Né au Pakistan, Khuram Butt aurait pu être renvoyé vers son pays pour des liens évidents avec la mouvance djihadiste, mais le laxisme des anglais, aveuglés par le « droit à la différence » et la sacralité de la liberté religieuse, fusse-t-elle salafiste, lui a permis de rester.

Le gourou du groupe de Khuram Butt, Abu Haleema, expliquait aux journalistes qui l’interrogeaient sur sa position quant à l’Etat Islamique :  » Pour information, je ne soutiens pas l’Etat Islamique…sinon je me ferais coincer« . Son passeport fut confisqué car il tenta de rejoindre la Syrie.  Haleema commentait :  » Qu’on nous laisse partir et il n’y aura plus d’extrémistes dans ce pays ».

« L’ alternative, soutient-il, est d’appliquer la Sharia au Royaume-Uni« . Haleema suggère des lapidations à mort pour adultère, qui pourraient être effectuée sur Ealing Green dans l’ouest de Londres. Il proposa aussi face caméra de tuer les homosexuels en les jetant du haut des tours londoniennes. 

Il reconnait, toujours dans ce même documentaire, avoir été en lien sur les réseaux sociaux avec un jeune étudiant de Melbourne qui planifiait de décapiter des policiers australiens. Haleema, lors des attentats de Charlie Hebdo disait de la police parisienne «  Les poulets sont rentrés au bercail, ils l’ont bien cherchés, cela arrive en temps de guerre »

Le plus proche camarade de Khuram Butt, Mohammed Shamsuddin, porte-parole du mouvement, soutenait lui ouvertement l’Etat Islamique ! Dans le documentaire de Channel 4, il commente une vidéo d’exécution de l’EI qu’ils visionnent ensemble en qualifiant la méthode de « dissuasive » et s’exclame « Whoww , le gars mousse à la bouche! ». Khuram Butt regardait la vidéo à ses côtés en approuvant.

Le petit groupe sera évacué du parc par la police suite à l’inquiétude des passants, non sans remous. Mais ils demeureront tous libres de leurs mouvements après une heure de garde à vue, soit moins que les gardés à vue de la Manif Pour Tous en France. 

L’activité d’Haleema sur les réseaux sociaux indique qu’il serait en Syrie.

Dans une manifestation devant un tribunal en août 2015, Shamsuddin déclare devant la caméra: «Un jour, l’islam dominera et le drapeau noir de l’Islam sera un jour sur Downing Street».

Le laxisme anglais des 30 dernières années, pays d’accueil de tout l’islamisme indo-pakistanais déoband et du salafisme en général, a mené à la situation actuelle. 

(Sources de ces informations : Daily Mail)

La nouvelle mosquée de Marseille (15ème) a ouvert en totale illégalité.

La nouvelle mosquée de la rue Le Chatelier gérée par l’association Al Insaf, accueille déjà environ 200 fidèles, sans aucun respect des obligations légales de déclaration et d’autorisation. 

L’association est locataire depuis deux ans, par bail emphytéotique, d’un immeuble de 1600m2 sur 4 niveaux,  dont les murs appartiennent à la SCI NEPI.  D’importants travaux ont été entrepris avant l’ouverture, mais sans permis de construire valable pour transformer les locaux en autre chose que des bureaux.  Le dernier permis de construire déposé en 2004 fut refusé par les services de l’urbanisme de la ville de Marseille. Les logements aménagés ainsi que la salle de prière du sous-sol outrepassent le premier permis de construire. D’autre part, l’établissement n’est pas habilité à recevoir du public, ce qu’il fait depuis plusieurs semaines.

Abderrahim Tisrgati, président de l’association,  a déjà annoncé vouloir transformer l’immeuble en une grande école primaire privée pouvant accueillir jusqu’à six salles de classe, avec sa mosquée attenante.

La faiblesse des pouvoirs publics envers les avancées sans gênes de l’islam lui permettra peut-être cette nouvelle étape.

Observatoire de l’islamisation- 2 juin 2017.

Soyaux (16) : la police contacte les religieux musulmans pour mettre fin aux attaques des « jeunes »

Photo : La Charente Libre.

Lu dans Sud-Ouest du 30 mai 2017  :

Les tensions ne retombent pas à Soyaux. Mardi vers 17 heures, les policiers étaient alertés par trois postiers, retranchés dans leur agence du Champ-de-Manœuvre, encerclée, selon leurs déclarations, par une cinquantaine de jeunes gens. (…) 

Que s’est-il passé ? Lors d’un point presse, plus tôt dans l’après-midi de mardi, le préfet de la Charente, Pierre N’Gahane, expliquait que depuis samedi des tensions agitaient le quartier. Samedi, un jeune homme faisait un rodéo en quad. La population avait demandé l’intervention de la police. Cela s’était « relativement » bien passé. Dimanche après-midi, des jeunes jouaient avec des bouches à incendie, pour pouvoir s’arroser durant cette journée caniculaire. Là encore, les habitants avaient alerté la police. Les pompiers avaient eu du mal à refermer les bouches. Un véhicule de patrouille avait été caillassé.

Lundi soir, vers 19 heures, un jeune homme roulait à motocross, dont il n’était pas le propriétaire, sans casque, à vive allure et en sens interdit. La police a tenté de l’interpeller, le motocycliste aurait alors délibérément foncé sur le véhicule des fonctionnaires. Une soixantaine de jeunes  selon la police auraient alors encerclé la voiture des policiers, la caillassant. 

Après que le calme soit revenu aux alentours de 20 h 30, les policiers étaient de nouveau appelés pour un feu de poubelles. A leur retour, les fonctionnaires constataient de nombreuses dégradations dont des tags nommant des policiers ou invoquant Daesh et Hitler.

Ils faisaient alors usage de bombes lacrymogène et de balles de défense, non létales, pour disperser les dizaines de personnes présentes. Ils n’ont procédé à aucune interpellation. Lire l’article intégral

La dispersion de ce regroupement de personnes a pris fin lorsque a débuté l’appel à la prière dans la mosquée du quartier, implanté à proximité immédiate de la Place Jean-Jacques Rousseau, selon les témoignages policiers.

La police a  été appelée par la préfecture à se mettre en relation avec le président du Conseil Régional du Culte Musulman de Poitou-Charentes, Monsieur Abdelkader Bouazza,  président de la mosquée d’Angoulême, afin qu’un « message d’apaisement » soit transmis à la communauté musulmane du quartier de Soyaux.

Philippines : confusion autour d’une attaque à Manille

Il s’agissait d’un cambriolage, l’EI a revendiqué mais rien n’indique une relation entre l »organisation islamique et le malfrat.

Le Figaro du 2 juin : 

« le chef de la police a affirmé à des journalistes qu’il s’agissait probablement d’un cambriolage manqué. Il a précisé qu’avant de se suicider, l’homme avait chargé un sac à dos de jetons d’une valeur de 2,3 millions de dollars, mais s’est ensuite dirigé vers la partie hôtelière du complexe en abandonnant ce sac. Le porte-parole du président philippin Rodrigo Duterte, vient de confirmer la version des forces de l’ordre. »

 « selon la police, le tireur n’aurait atteint personne avec ses tirs, les 36 victimes seraient mortes de suffocation. 53 personnes ont été blessées, dont 18 hospitalisées, dans des bousculades ou ont été intoxiquées par la fumée de l’incendie. Un garde s’est également blessé avec son arme dans la panique, selon M. Dela Rosa. »

AFP 22H17 :

« Personne n’a été touché et il n’y a pas eu de prise d’otages dans l’hôtel-casino de Manille où des coups de feu ont été tirés, a annoncé vendredi le chef de la police nationale. « Il n’y a eu aucun blessé… il n’y a pas d’otages », a dit le chef de la police Ronald dela Rosa à la radio DZMM, ajoutant qu’il n’y avait pas encore d’indications selon lesquelles il s’agissait d’une attaque terroriste. »

La guerre qui oppose  en ce moment les islamistes des provinces du sud des Philippines est sous médiatisée en France, en savoir plus ici.