Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Marseille : Il crie « Allah Akbar » tente de frapper des policiers et promet de venger Cherif Chekatt.

Lorsqu’ils ont été envoyés pour mettre un terme à une rixe dans la rue, les policiers ne pensaient pas que leur intervention allait prendre cette tournure.

Dans la nuit de vendredi à samedi, une patrouille de police a été dépêchée sur l’avenue de Saint-Just dans le 13ème arrondissement de Marseille. Des témoins venaient de signaler à Police-Secours qu’une rixe se déroulait dans la rue.

Sur place, les policiers sont venus au secours d’un jeune homme qui gisait au sol. Il venait d’être frappé à coups de barre de fer par quatre individus. Mais lorsqu’ils se sont approchés, l’apparente victime a tenté de frapper les fonctionnaires. Tout en criant « Allah Akbar ! », il leur a promis de venger le terroriste du Marché de Noël de Strasbourg, Cherif Chekatt.

Hossam Mazhar, le suspect âgé de 26 ans, a été trouvé porteur d’un poignard artisanal taillé dans un morceau de bois, relate La Provence. Il a lancé aux policiers qu’il avait « déjà tué quelqu’un au Maroc ». À l’issue de sa garde à vue ce lundi, le suspect a été présenté en comparution immédiate. Une expertise psychiatrique a été requise et Hossam Mazhar a été placé en détention provisoire. Son procès se déroulera le 14 janvier 2019.

Strasbourg: un jeune condamné à de la prison ferme pour « apologie du terrorisme »

Lundi, un jeune de 18 ans a été condamné à deux mois de prison ferme pour « apologie du terrorisme » après avoir posté plusieurs tweets dans lesquels il se réjouissait de la fusillade de Strasbourg.

Deux islamistes allemands traversent la frontière (non contrôlée) pour faire du repérage à Roissy

Jeudi vers 19h50 des douaniers ont donné l’alerte au service de la Police aux Frontières (PAF) : deux suspects, dont un individu dangereux, « fiché S » en Allemagne pour islamisme radical, ont été aperçus à l’aéroport de Roissy.

Selon le JDD, À 18h23, un véhicule de couleur blanche, un Mercedes Sprinter rallongé, s’est stationné devant le terminal 3 de l’aéroport. Sept minutes plus tard, le passager avant est descendu. L’homme barbu, portant un blouson gris à capuche, s’est rendu dans l’aérogare en courant. Il a pris rapidement plusieurs photographies des lieux, puis il est retourné dans le véhicule.

(image d’illustration)

Le conducteur, quant à lui, est resté au volant. Il est décrit comme étant un homme âgé d’une quarantaine d’années, porteur d’un collier de barbe.

Le duo est reparti aussi vite qu’il était arrivé.

Le Centre de coopération des douanes allemand a informé son homologue hexagonal que le propriétaire du véhicule fait partie des 616 « Gefahrder » (personnes représentant une menace) répertoriés l’an dernier par les services de renseignement allemands. Selon les chiffres de l’office fédéral de la police criminel allemand, 200 de ces radicaux potentiellement en mesure de faire un attentat sont introuvables et probablement à l »étranger, sur les 616 répertoriés. 

ils font l’objet d’une « fiche Schengen »‘ , mais, les contrôles aux frontières n’existant plus en Europe, il n’est donc pas étonnant qu’ils viennent en France préparer les prochains massacres. 

Le père de Chérif Chekatt (fiché S) s’exprime : son fils adhérait aux thèses de l’EI

Sorti libre de garde à vue, Abdelkrim Chekatt, le père du terroriste de Strasbourg (Bas-Rhin), s’exprime pour la première fois. […] Le père du terroriste décrit son fils comme quelqu’un qui défendait les thèses du groupe Etat islamique.

Les mosquées « rigoristes » de Strasbourg toujours ouvertes, même les plus radicales

Mosquée Eyyûb Sultan actuellement en construction, dirigée par les islamistes du Millî Görüs tolérée par le laxisme gouvernemental.

Voici une liste de mosquées strasbourgeoises dont l’orientation se rattache à un courant orthodoxe dur de l’islam sunnite :

      • La mosquée de l’association An Nour, rue des Petites-fermes, centre départemental des tablighis de l’association Foi et Pratique siégeant au CFCM.
      • Mosquée dite de « La Gare » de l’Association Islamique de l’Est de la France. Membre de l’UOIF, la branche française informelle des Frères Musulmans. Un de ses prédicateurs réguliers est l’égyptien Ahmed Sami, ancien professeur à la Mosquée du Prophète à Médine (Arabie Saoudite), dont on ne sait si la situation a été régularisée en France.
      • Institut Al Fourqane, dirigé par Ahmed Sami cité plus haut. Sa page Facebook montre des liens avec le Milli Gorus local et des personnalités de l’UOIF. A noter que « Al Fourqane » est le nom de la vingt-cinquième sourate coranique très dure envers les « mecréants » et les « égarés » (chrétiens), ainsi le verset 13 : « Et quand on les y aura jetés, dans un étroit réduit, les mains liées derrière le cou, ils souhaiteront alors leur destruction complète ». Verset 19 : « quiconque des vôtres est injuste, Nous lui ferons goûter un grand châtiment ». Verset 52 : « N’obéis donc pas aux infidèles; et avec ceci (le Coran), lutte contre eux vigoureusement ». Le simple fait d’intituler ainsi un institut musulman, de plus dirigé par un étranger, devrait conduire le préfet à le fermer. Mais malgré de nombreuses alertes, l’institut est ouvert.
      • Mosquée Al Imane de l’Association des Musulmans de Strasbourg. Dirigée par le tunisien Mohsen Ayachi, ancien de l’UOIF.
      • Mosquée du quartier du Port du Rhin, gérée par l’association« Future génération Ihssane » dont un des fondateurs, Abobacar a été formé à l’institut de l’UOIF. Dirigée aujourd’hui par Kamal Barkat, ancien d’une mosquée de Chelles. Lors de son passage à Chelles dans l’Association Islamique Culturelle et Cultuelle Aboubaker Essaddik, il fut signalé par les dirigeants comme étant radicalisé. Ses frères sont connus comme étant des salafistes. Pourquoi donc la préfecture l’autorise à diriger dorénavant une mosquée à Strasbourg ? D’autant que, comme on le voit sur la publication suivante, la mosquée diffuse les livres de Al Qaradawi qui prescrit le meurtre des apostats et des homosexuels (cf: Le Licite et l’illicite en islam) et le traité de charia « Boulough al Maram » d’Ibn Hajar dont un chapitre est dédié au jihâd offensif (lire son contenu ici) :

    • Mosquée Al Wahda de l’ association Al Andalous à Schiltgheim. Son recteur est Messaoud Boumaza qui a une fonction de direction à l’Institut de formation d’imâms de l’UOIF (IESH basé dans la Nièvre).
    • Mosquée de Hautepierre  Ar-Rahma, membre de l’UOIF.
    • Mosquée Eyyûb Sultan du quartier de la Meinau. Actuellement en chantier. Dirigée par le Milli Gorus turc. Première pierre posée en octobre 2017 par le maire de Strasbourg et le préfet. Lire notre dossier complet sur cette organisation radicale :  La France, nouvel eldorado du Millî Görüs (Vision Nationale)

La Grande Mosquée de Strasbourg invite le ministre des Affaires islamiques d’Arabie Saoudite

Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, ministre des Affaires islamiques de l'Arabie Saoudite. Proche parent du Grand mufti.

Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, ministre des Affaires islamiques de l’Arabie Saoudite. Proche parent du Grand mufti qui ordonne de détruire les églises.

(Archive du 26 novembre 2015)

Alors que tous les dignitaires religieux officiels de l’Arabie Saoudite contemporains comme Ibn Baz, Fâwzan, Uteymine, Jazairi, prescrivent outre le jihâd offensif, la peine de mort à l’encontre des apostats, homosexuels, innovateurs, hérétiques, c’est ce wahhabisme officiel qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg gérée par des marocains.  Le Grand mufti d’Arabie Saoudite, également membre de la famille al Sheikh descendant en ligne directe de al-Wahhab (1703-1792),  a déclaré en 2013 qu’il convient de « détruire toutes les églises » de la Péninsule Arabique, s’appuyant sur les propos de Mahomet sur son lit de mort réclamant de chasser les chrétiens de la région.

C’est son cousin, ministre des Affaires islamiques, Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, avec qui il travaille de concert, qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg.

La Croix rapportait dans un article du 29 septembre 2013 :

« S’exprimant devant une délégation venue du Koweït, le cheikh Abdul Aziz ibn Abdullah al Sheikh, grand mufti d’Arabie saoudite, a déclaré qu’il « est nécessaire de détruire toutes les églises de la région », rapporte l’agence Fides. Selon lui, l’élimination des églises serait en accord avec la règle séculaire selon laquelle l’islam est la seule religion praticable dans la péninsule arabique.

Le grand mufti d’Arabie saoudite est l’un des plus hauts responsables religieux de ce royaume musulman sunnite. Appartenant au courant rigoriste hanbalite, il est également le chef du Conseil suprême des oulémas (c’est-à-dire des savants musulmans) et du Comité permanent pour la recherche islamique et la fatwa«  source

RTL le 25 octobre 2012 précisa la pensée de Al Sheikh :

« Le mufti d’Arabie saoudite a appelé jeudi à se conformer à la charia (loi coranique), critiquant vivement les partisans d’un Etat civil, prôné face à la montée islamiste dans la foulée du Printemps arabe, à l’occasion du pèlerinage musulman de La Mecque.

« La charia doit être pour la nation islamique la source de législation (…). Elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps« , a lancé cheikh Abdul Aziz Al-Sheikh dans un prêche devant les 2,5 millions de pèlerins réunis sur le Mont Arafat, près de La Mecque, moment fort du hajj.

Il a dénoncé « ceux qui prônent un Etat civil, une minorité qui cherche à asséner un coup à la religion (musulmane) sous des prétextes fallacieux et des slogans erronés ». « Au nom de la liberté, ils prétendent que la religion n’est pas valable, s’opposent à la peine de mort et aux autres peines car elles sont contraires aux droits de l’Homme (…) et prétendent que la nation islamique, si elle applique la charia, se coupe des nations évoluées ». « Ces prétentions désespérées font partie des campagnes menées par les ennemis de l’islam pour transformer la nation islamique, l’éloigner de sa religion et effacer son identité« , a-t-il encore affirmé. »

Rappelons  que c’est Manuel Valls qui inaugura la mosquée en 2012.

Rappelons aussi que la Grande Mosquée de Strasbourg a été financée par des subventions publiques généreuses votées par les élus UMP et PS:

  • 510 000 euros du Conseil général du Bas-Rhin (UMP-LR)
  • 420 000 euros votés par le Conseil régional d’Alsace (UMP-LR) dans un premier temps.
  • 179 951 euros votés dans un deuxième temps par le même conseil régional au printemps 2009 par la majorité UMP.
  • 610 000 euros votés par l’ancien maire UMP de Strasbourg Fabienne Keller.

    détail donné par la grande Mosquée de Strasbourg

    Détail donné par la Grande Mosquée de Strasbourg

Nous avions consacré un chapitre entier sur « La grand mosquée de Strasbourg, ou l’islamisme subventionné » dans notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Voici le scan de l’invitation reçue par les cadres de l’islam en Alsace :

Le préfet et le maire de Strasbourg à la pose de la première pierre de la mosquée radicale du Milli Gorus

Archive du 15 octobre 2017

Lu sur Rue 89 :

« Le chantier de la mosquée Eyyûb Sultan de la Meinau va être lancé en grandes pompes dimanche. Plus de 1 000 personnes dont 300 personnalités officielles sont attendues pour la cérémonie de pose de la première pierre de la mosquée néo-ottomane. Parmi elles : Roland Ries, le maire de Strasbourg et Jean-Luc Marx, préfet du Bas-Rhin, mais aussi les ambassadeurs de Turquie et d’Arabie Saoudite en France, ou encore un membre de la présidence de Bosnie Herzégovine et le ministre de la Justice turc. Lire la suite 

Lire notre dossier complet sur cette organisation ultra-radicale :  La France, nouvel eldorado du Millî Görüs (Vision Nationale)

Paris, Strasbourg, Magnanville, Nice, Toulouse : des multirécidivistes fichés d’origine étrangère tolérés par l’idéologie droit-de-l’hommiste

Connus pour faits de délinquance ou liens évidents avec l’islamisme radical, ils n’ont pas été expulsés et/ou déchu de la nationalité française (lorsqu’ils l’ont acquise par le droit du sol ou une naturalisation). La fin de l’automaticité de la « double peine » décidée en 2003 par Nicolas Sarkozy alors à l’Intérieur, fait que nombre de délinquants étrangers restent en France malgré une condamnation pénale. La Cour européenne des droits de l’homme  (CEDH) interdit l’expulsion des terroristes dans leurs pays d’origine car ils y risquent des mauvais traitements, notamment au Maroc, Algérie et Turquie. Ce laxisme conduit à des attentats à répétition. D’autant que le magma islamiste grossi d’années en années:  En septembre 2018 on comptait 20.459 personnes sont inscrites au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste  (contre 17393 en 2017) dont 3.391 (16,5%) sont de nationalité étrangère et 619 ont une double nationalité ( source: Ministère de l’intérieur). 

Voici les profils des terroristes (uniquement les fichés) ayant frappé la France et la Belgique depuis le début 2015 :Lire la suite

Strasbourg : notre Direct actualisé. 3 morts.

  • Infos du 13 décembre: : Une douzaine de policiers vient de faire une perquisition au domicile parisien de l’une des sœurs de Chérif Chekatt, le terroriste présumé des attaques de Strasbourg.Vers 14h, ils ont investi le logement de cette sœur de l’assaillant et de son beau-frère, qui serait médecin, boulevard Raspail à Paris. Une autre de ses sœurs qui était venue en visite, était présente au moment de la perquisition, selon une source proche de l’enquête, tandis que Chérif Chekatt ne s’y trouvait pas.
  • Infos du 12 décembre:
  • 16 h : deux frères de Cherif Chekatt en garde à vue, dont un également fiché S. Deux autres membres de la famille en garde à vue. 
  • Infos du 11 décembre
  • 23H : deuxième opération de police place Broglie, crainte d’un deuxième tireur. 
  • à 22h 30 le tireur est toujours retranché rue d’Epinal à Neudorf, armé. Des échanges de coup de feu ont eu lieu avec la police. 

L’auteur, Cherif Chekatt, est né à Strasbourg, il a 29 ans. Titulaire de la nationalité algérienne et française. Fiché S depuis 2016 par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour des motifs de radicalisation, surtout connu des services de police pour des faits de droit commun, notamment de multiples braquages, agressions et tentative d’homicide en France et en Allemagne. Il a déjà fait l’objet de 27 condamnations. Le maire de Strasbourg, Roland Ries, l’a lui-même défini comme un criminel au «passé judiciaire lourd». «Il a purgé ses peines», a précisé Christophe Castaner.. Les gendarmes avaient ce matin perquisitionné son domicile dans le cadre d’une affaire de braquage, ils y ont trouvé une grenade. Ce qui peut expliquer un passage à l’acte précipité.

Plusieurs coups de feu ont été tirés dans le centre-ville de Strasbourg, vers la Grand Rue, à proximité des marchés de Noël, mardi 11 décembre dans la soirée, a appris France Bleu Alsace auprès du président d’Eurométropole de Strasbourg. Il y a quatre morts et 9 blessés, dont deux en urgence absolue, a indiqué une source proche du dossier à franceinfo.

Une arme automatique et une arme blanche ont été utilisées dans la fusillade de Strasbourg, selon les informations recueillies par franceinfo. « L’auteur des faits est identifié et activement recherché », précise la préfecture. Il est fiché S, selon les informations de franceinfo. Il est également connu pour des faits « de droit commun », a indiqué Christophe Castaner sur franceinfo. Le ministre de l’Intérieur doit se rendre sur place. La section antiterroriste du parquet de Paris se saisit de l’enquête.

Plus largement,  20.459 personnes sont inscrites au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste dont 3.391 (16,5%) sont de nationalité étrangère et 619 ont une double nationalité au 28/09/2018 (Ministère de l’intérieur). 

 

Castaner parle islam de France…au milieu des livres djihadistes de l’IMA

Le « congrès des musulmans de France » piloté par les associations islamistes (Milli Gorus, Tabligh, UOIF, RMF) s’est tenu dimanche dernier à l’Institut du monde arabe, à Paris ; un congrès conclu par le ministre de l’Intérieur chargé des Cultes Christophe Castaner dont le gouvernement est en pleine réflexion pour faire évoluer la loi de 1905 relative à la laïcité. Retour sur les temps forts de ce rassemblement durant lequel quelques contours de la réforme du CFCM ont été dessinés.

C’est autour du projet gouvernemental de modification de cette loi que s’est principalement concentré le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner lors de son discours de clôture du congrès. Nous avions analysé l’avant projet. 

Devant les 300 responsables islamistes réunis à l’IMA, Christophe Castaner a réaffirmé les priorités du gouvernement à l’égard de l’islam de France. Ce dernier a «vocation, comme tous les autres cultes, à être solidement ancré dans la République, dans ses valeurs et dans ses lois, à être en un mot pleinement français.» a-t-il dit devant les responsables islamistes radicaux (liste complète des organisations radicales en bas de la déclaration finale) !

Rappelons que l’Institut du Monde Arabe regorge des traités classiques de droit musulman codifiant le djihad offensif armé. Notre documentaire tourné sur place le prouve :