Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme

Rechercher

Résultats de la recherche pour : ‘fiché S’

La mairie LR de Compiègne finance le repas du Ramadan avec prière publique.


Le Courrier Picard du 4 juin 2018 :

L’appel à la prière résonne dans le quartier du Clos-des-roses, à Compiègne. Mouhssine Assiz, en khamis, la longue tunique, et barbe drue, annonce ainsi le coucher du soleil et la rupture du jeûne. À 21 h 50, ce samedi 2 juin, l’Iftar, ce repas du soir pris durant le mois du Ramadan, peut débuter.

« C’est comme un repas de quartier ; il n’y a pas d’acteurs religieux ; je suis moi-même un simple croyant, ingénieur, directeur d’une usine Saint-Gobain à Thourotte », précise ce trentenaire. À deux pas de lui, un bidon métallique fait office de barbecue, les tablées pour plus 200 convives sont dressées sur la place du marché, par une douzaine de jeunes gens. « Le deuxième service événementiel de Compiègne », loue Benjamin Belaïdi, à l’origine de la première édition.

Ce dîner est soutenu par la municipalité : logo de la Ville sur les affiches, matériel communal mis à disposition, présence d’animateurs des quartiers, subventions aux associations organisatrices… Compiègne en fait-elle trop au regard de la loi de 1905, aux textes sur la laïcité et de la jurisprudence du conseil d’État ? Lire la suite sur le Courrier Picard

Nous avions montré la duplicité des Républicains , fermes dans les médias nationaux, mais collaborant localement avec les associations musulmanes plus ou moins radicales :

Laurent Wauquiez parle du « bon exemple » de la mosquée salafiste de sa ville qui use d’un amplificateur pour l’appel à la prière :

La Grande mosquée de Madrid, lieu de recrutement pour le jihad de l’Etat Islamique


(Archive janvier 2015) Largement commenté dans la presse espagnole, le démantèlement d’une filière jihadiste au sein même de la grande mosquée de Madrid  inaugurée en grande pompe par le roi Juan Carlos d’Espagne et le roi Fadh d’Arabie Saoudite en 1992, fait couler de l’encre outre-pyrénées. Mais ce qui se passe dans la plus grande mosquée d’Europe n’intéresse pas les médias français.

Une brigade de l’Etat Islamique dénommée Al-Andalus et dirigée par un ancien prisonnier de Guantanamo vivant en Espagne, Lahcen Ikassrien, a été mise à jour par le juge anti terroriste Pablo Ruz. La très officielle mosquée de Madrid appartenant à la Ligue islamique mondiale, bras prosélyte de l’Arabie Saoudite, était un lieu de rendez-vous privilégié pour endoctriner les recrues dont certaines sont déjà mortes sur le terrain entre la Syrie et l’Irak. Un membre de la cellule est imâm dans la ville voisine de Yunquera de Henares où il donnait les cours de coran aux enfants de la communauté rapporte El Pais.

La caféteria était ouvertement le lieu où les islamistes s’entretenaient avec des adeptes de plus en plus nombreux, au sein de l’établissement qui accueille 2000 personnes le vendredi pour la prière. La cafétéria a été fermée par la police en décembre dernier suite à l’affaire.

Un adepte, Hicham Chentouf, parti combattre en Syrie à l’automne 2013, posait sur sa page Facebook Kalashnikov en main en juin 2014, depuis Homs. Un autre, Ismail Afalah, est parti rejoindre l’Etat Islamique après trois ans passées avec le chef opérationnel de la brigade, Omar el Harchi, qu’il fréquentait à la mosquée de la capitale espagnole.

D’autres camarades de combat de la mosquée, Abdelatif El Morabet y Bilal El Helka, sont morts au combat en 2012.

Une ferme proche de la ville d’Avila servait de camp d’entrainement pour la brigade Al Andalus.

Dans le domicile de Lahcen Ikassrien (photo), la police a trouvé de la documentation à la gloire d’Oussama Ben Laden. Pas étonnant chez celui qui fut justement emprisonné à Guantanamo pour avoir été membre d’Al Qaida. Un de ses bras droit dont le domicile a aussi été perquisitionné en décembre 2014, Mohamed Bouyakhlef, possédait une clé USB avec des vidéos de décapitation de l’Etat Islamique. (Source).

On comprend mieux pourquoi le précédent imâm de la mosquée, Moneir el Messery, s’est fait écarté pour avoir critiqué Abou Qutada, le référent d’Al Qaida à Londres, ce qui suscita beaucoup d’inimités envers cet égyptien, remplacé par un imâm saoudien qui ne parle pas un mot d’espagnol rapporte El Pais.

En Espagne comme en France, les mosquées sont des lieux de recrutement pour le djihad, ce qui gène les journalistes français, qui ont refusé de parler de ce démantèlement spectaculaire dans la plus grande mosquée d’Espagne…et d’Europe.

Lire aussi l’article de El Mundo.

Joachim Véliocas- Observatoire de l’islamisation, 4 janvier 2015.

Seulement 20 islamistes étrangers expulsés en 2017 : Collomb est satisfait (Ouest France)


Lire l’interview du ministre de l’Intérieur sur Ouest-France 

La soeur de Mennel Ibtissem abonnée à la mosquée UOIF de Besançon

Le compte Twitter de la soeur de Mennel, « ma principale source d’inspiration » selon la chanteuse, est abonné au Centre culturel islamique de Franche-Comté (CCIFC), affiliée à l’UOIF, connue sous le nom de mosquée de Fontaine Ecu. Les prédicateurs fréristes de l’UOIF assurent les conférences dans cette mosquée, à l’instar de Hassan Iquioussen, pro califat (ses prêches ultras sont retranscrits ici) dont les conférences sont justement relayées compulsivement sur les comptes sociaux de Mennel. On retrouve aussi Larabi Cherbi , « professeur de charia » à l’école d’imâms de l’UOIF, l’IESH. « Diplômé en shari’a de l’université de Médine », Cherbi est, indique la mosquée, membre du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche et de l’Union Internationale des Savants Musulmans, deux institutions présidées par Youssef Al-Qaradawi qui prescrit de tuer les apostats, tuer les homosexuels et qui voit la Shoa comme un « châtiment divin » (biographie). Est également venu en conférence dans cette mosquée Moncel Zenati, autre pilier de l’UOIF. Pour Zenati, la charia est supérieure qualitativement aux lois humaines (droit positif) « La Charia correspond à la Loi Divine. La Charia correspond à l’ensemble des Lois, toutes les Lois, concernant tous les domaines. […] Le droit positif reflète l’imperfection de l’être humain et sa faiblesse » (Conférence « Qu’est-ce que la charia ? » du 12 avril 2014 à Paris). Il s’opposa vigoureusement  au « Forum mondial pour une réforme islamique » lancé par les musulmans réformistes Ghalib Bencheikh et le converti Félix Marquardt.

Le président du Centre Culturel Islamique de Franche-Comté, Khalid Jarmouni, a fomenté des manifestations contre l’interdiction du voile à l’école et a fait pression pour l’obtention de menus sans porc dans les cantines. Par ailleurs, il a réussi à créer des liens avec une petite association de femmes qui a le projet d’ouvrir la première école confessionnelle musulmane de Besançon, avec le soutien de l’UOIF.Lire la suite

Le Préfet des Bouches-du-Rhône annonce la fermeture de la mosquée Sunna à Marseille.

Deux mois après notre article listant les douze mosquées salafistes dirigées par des étrangers présentes à Marseille, le préfet des Bouches-du-Rhône prend la sage décision de fermer la mosquée phare du salafisme en PACA, AS-Sunna, dirigée par un islamiste algérien ancien du FIS, El Hali Doudi, scandaleusement accueilli en France il y a vingt-ans :

Le préfet Olivier de Mazières. précise : « En dépit d’une condamnation des attentats survenus en France », les prêches tenus au sein de cette mosquée et parfois diffusés sur internet « légitiment le djihad armé et la mise à mort des auteurs d’adultère et des apostats« .

Reste à savoir si l’Intérieur osera expulser El Hadi Doudi, né en Algérie, ancien du FIS, et son acolyte Adel.M, né en 1975 en Algérie, fiché comme « appartenant à la mouvance djihadiste ». Car si on les laisse diffuser leur salafisme chez nous, rien ne sert de fermer leur mosquée.

Colombes : un supermarché islamique au tribunal

Lu sur Le Figaro du 3 décembre (extrait) :

« Vin et jambon seront au menu du tribunal de Nanterre en ce lundi. La justice doit en effet trancher un litige opposant l’office de logement social de Colombes (Hauts-de-Seine), Colombes Habitat Public, au magasin d’alimentation Good Price, installé au pied des tours de la cité des Grèves, dans l’ouest de la ville. L’office, présidé par la maire Les Républicains de Colombes, Nicole Gouéta, reproche au commerce et à son gérant de ne pas respecter le contrat de location stipulant que le local doit être occupé par un «commerce général d’alimentation». Or Good Price est de facto une épicerie halal où le porc et le vin sont proscrits. Et l’office HLM attaque pour non-respect d’une clause du contrat dans l’intention affichée de ne pas permettre une «communautarisation» des commerces de la ville. Lire la suite dans Le Figaro.

Le FN demande la fermeture de la mosquée tablighi de Souillac (Lot)

Lu dans La Dépêche du 22 octobre 2017 :

« Lors d’un point presse qu’il tenait hier à Cahors, Emmanuel Crenne, conseiller régional Front national, a comme il le déclarait en préambule «voulu alerter les Lotois sur les risques de sécurité posés par la radicalisation islamiste dans le département», faisant notamment allusion à l’intervention du Raid à la fin du mois d’août dernier. «Officiellement, selon les autorités, affirme le leader du FN, nous n’aurions qu’une vingtaine d’individus fichés S. En réalité, selon nos sources proches des services de renseignement, nous serions à plus de 100, 140 précisément.» Une proportion qui ramenée à l’échelle du département du Lot, serait plus que conséquente d’après Emmanuel Crenne qui ajoute : «Il y a dans ce département le développement d’un climat délétère», déclare le représentant du parti frontiste, n’hésitant pas à amalgamer des incidents qui apparemment n’ont pas de liens entre eux comme les «rodéos en deux roues sur le boulevard ou les véhicules incendiés».

Revenant au risque islamiste, Emmanuel Crenne vise la mosquée de Souillac : «Je demande la fermeture de la mosquée de Souillac où prospère le mouvement Tabligh, une mouvance qui ressemble au salafisme.» L’élu régional FN devrait rencontrer le préfet à la fin du mois : «Je vais lui demander un renforcement des moyens de sécurité dans le département.»

Vannes: deux colons radicalisés tentent de s’infiltrer au 3ème RIMa

05/10/2017 – 10h00 Vannes (Breizh-Info.com) – L’affaire est prise au sérieux par les autorités militaires. Le 22 septembre dernier, sur l’heure de midi, deux individus de type africain se sont présentés au 3ème RIMa, à Vannes (Quartier Foch) prétextant venir faire des bandes patronymiques (il s’agit de bandes destinées à être patchées ou cousues sur les uniformes militaires).

Les militaires leur demandent alors des papiers d’identité – ce qu’ils sont incapables de produire. Ils se voient donc refuser l’entrée.

Dans la foulée, les individus sont pris en photo par les militaires qui, après recherche, s’aperçoivent qu’il s’agit en fait de deux individus fichés pour islamisme radical, circulant dans un véhicule identifié par les autorités.

Même si rien n’indique qu’une attaque ou qu’une action était prévue contre les bâtiments du 3ème RIMa, la menace est prise au sérieux, puisque dès lors, les patrouilles ont été renforcées, de jour comme de nuit, notamment au camp de Meucon, près de Vannes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

5 individus arrêtés en lien avec les bonbonnes de gaz du 16ème


« Tous font partie de la mouvance islamo-radicale » selon LCI à 9h00

Lu dans Le Figaro et Le Point :

« Plusieurs bonbonnes de gaz ont été retrouvées dans la nuit de vendredi à samedi sur le palier d’un immeuble du XVIe arrondissement de Paris, non loin de la Porte d’Auteuil, selon nos informations confirmées par une source proche du dossier. Elles étaient «ouvertes, aspergées d’essence, et reliées à un dispositif de mise à feu commandé par un téléphone portable». Ce dernier était en parfait état de marche. Cinq personnes ont été interpellées lundi sur Bretigny-sur-Orge, Arpajon (Essonne) et Villejuif (Val-de-Marne), en lien avec cette affaire et placées en garde à vue. Leur lien avec la mouvance islamiste radicale était examiné. Parmi les suspects, selon le site de l’hebdomadaire Le Point, un homme fiché par les services de renseignement pour ses liens avec la mouvance islamiste radicale. (Le Point) À ce stade des investigations, les enquêteurs croient savoir que les terroristes visaient à l’origine «un associatif militant contre l’islamisme radical». Les assaillants se seraient trompés, prenant pour cible un homonyme exerçant une profession libérale. (Le Figaro).

Marseille : l’islamiste était un clandestin tunisien multirécidiviste toléré sur notre sol

L’ASSAILLANT ÉTAIT UN TUNISIEN EN SITUATION IRRÉGULIÈRE

L’’homme qui leur a ôté la vie serait un Tunisien en situation irrégulière d’’une trentaine d’’années, connu pour des délits mineurs. Il avait été, pas plus tard que la semaine dernière, arrêté en flagrant délit de vol à Lyon. Sans aucun papier d’’identité sur lui, les enquêteurs ont dû procéder à l’’examen de ses empreintes digitales, lesquelles auraient « matché » dans leurs fichiers avec pas moins de huit identités. Reste qu’’aucune de celles-ci ne faisait l’’objet d’’une fiche au Renseignement intérieur. (La Provence)

Sur le même sujet lire :  Macron veut accélérer l’immigration algérienne et accueillir les clandestins baptisés « migrants »