Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Linz (Autriche) : Un Tunisien massacre un couple de vieillards par haine du FPÖ

– LINZ – … 30.6.2017 – In Linz ist am Freitagvormittag, 30. Juni 2017

Lu sur Krone.At (traduction Fdesouche)

Le motif du meurtre brutal d’un couple de personnes âgées commis vendredi à Linz est désormais connu : selon la police, le Tunisien de 54 ans, musulman, a massacré par haine du FPÖ. Il aurait vécu de nombreuses mauvaises expériences ces dernières années en Autriche. Il les met sur le compte du parti FPÖ et les victimes devaient « servir d’exemple ».

L’assassin connaissait les victimes auxquelles il livrait des aliments bio tous les vendredis. Ce dernier vendredi, il s’est présenté pour sa livraison au domicile du couple dissimulant une ceinture, un bâton, un couteau et un bidon d’essence.
Selon l’enquête en cours, il a étranglé la femme de 85 ans, avant de massacrer l’époux à coups de bâton et de couteau. Puis il a mis le feu à la maison.
Le Tunisien s’est rendu à la police.
Selon le directeur de la police nationale de la Haute-Autriche, Andreas Pilsl, les meurtres auraient donc un mobile politique.

Le député LREM du Bas-Rhin veut intégrer l’islam aux cours de religion dans les écoles alsaciennes : vers l’extension du concordat ?

Lu dans LorActu du 23 juin 2017

Bruno Studer, élu député La République en Marche du Bas-Rhin à Strasbourg dimanche a affirmé jeudi qu’il était favorable à rouvrir le débat sur l’intégration de l’islam dans les cours d’enseignement religieux dispensés dans les établissements scolaires d’Alsace-Moselle, rapporte Rue 89 Strasbourg.. Le député pro-Macron s’est dit pour cette intégration alors qu’aujourd’hui le culte musulman n’est pas intégré à cet enseignement facultatif qui concerne les cultes catholiques, protestants et juifs. [Il s’agirait donc non d’enseigner le « fait religieux » de manière objective, mais de donner des cours d’islam par des musulmans].

D’après des chiffres cités par l’Observatoire de la laïcité, l’heure de religion est de facto peu suivie dans les écoles: « en 2010, si 63% des élèves suivaient l’enseignement religieux à l’école primaire, ils n’étaient plus que 30% au collège et 14% au lycée » pour les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. Et à Strasbourg, on compte même 72,4% de « dispensés ».

En théorie, cet enseignement est obligatoire dans les trois départements concernés, à raison d’une heure par semaine dans le primaire comme dans le secondaire. Dans les faits, il est cependant facultatif, puisque les familles peuvent demander à en être dispensées. » Loractu

Quelle sera la prochaine étape ?

Dans cette logique de « non discrimination » et de relativisme entre les religions, on peut raisonnablement craindre que d’autres éléments issus du statut concordataire suivent. Comme le rappelle Wikipédia  « les ministres (prêtres, pasteurs, rabbins…) des quatre cultes reconnus sont salariés par l’État (Ministère de l’Intérieur). L’accord LangCloupet de 1993 a aligné leur rémunération sur celle de la catégorie A de la fonction publique française« . Il faudrait donc s’attendre à une rémunération des imâms. Les mosquées sont elles déjà largement financées par l’argent public en Alsace comme nous l’avons  montré dans le livre Ces maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Essonne : déjà 4 écoles musulmanes hors contrat au succès grandissant.

Dans l’Essonne, quatre écoles privés musulmanes (3 sur 4 radicales) accueillent 638 élèves depuis la rentrée 2016, contre 568 en 2015, et offrent à la communauté musulmane une alternative à l’Éducation nationale jugée incommodante pour une pratique complète de l’islam.

– À Vigneux-sur-Seine (91), l’école privée Rhazès a ouvert ses portes dès septembre 2012 à cinquante-huit enfants. L’effectif scolarisé a cru chaque année pour atteindre 105 élèves en 2013, 120 en 2014, puis 160 en 2015 ainsi que lors de la dernière rentrée le 1er septembre 2016.

Située dans un bâtiment aménagé à côté de la mosquée de La piété et de la bienfaisance (qui invite les islamistes Hani Ramadan et Hassan Iquioussen proches de l’UOIF en conférence), cette structure compte actuellement huit classes mixtes du premier degré, de la maternelle au CM2, ainsi qu’une classe de 6éme ouverte cette année après déclaration au rectorat.

Le programme scolaire suivi est bien celui de l’Education Nationale, avec en plus des cours optionnels de langues arabe et d’initiation à l’islam.  Une demande de contractualisation avec l’État est en cours.

– A Corbeil-Essonnes (91), après avoir acquis une propriété de 2 200 m² située 22 rue de Robinson, l’association France-Plurielle -AFP- a créé le groupe scolaire Excellence, qui a ouvert ses portes à 96 élèves répartis dans cinq classes du premier et second degré lors de la rentrée scolaire 2015. En 2016 cet établissement a ouvert deux classes supplémentaires (CM1 et 4éme) afin de permettre l’évolution des élèves en classe supérieure. Ainsi, 160 enfants ont pu être accueillis dans sept classes mixtes lors de la rentrée 2016. Quatre heures de cours de langue arabe et deux heures « d’éveil à la spiritualité islamique » s’ajoutent au cursus de l’Education Nationale. La volonté d’une contractualisation avec l’état se concrétisera peut-être.

-Toujours à Corbeil-Essonnes (91), l’association La lumière du savoir, émanation d’une autre association nommée Agir pour un meilleur avenir -APMA-, d’obédience tabligh, a ouvert officiellement un établissement scolaire privé du premier degré situé sur le terrain de la mosquée As Salam en septembre 2013.  Son président, Mehdi Chaabane, est un tunisien. Un succès pour la première rentrée de 2015 avec 141 élèves avaient se répartissant dans sept classes – trois en maternelle et les quatre autres en primaire. A la rentrée 2016, les effectifs ont continué de croître pour atteindre 160 élèves, lesquels bénéficient de huit classes – quatre en maternelle et quatre en primaire, dont une classe regroupant CM1 et CM2.

Le projet pédagogique affiché est de suivre « une nouvelle pédagogie bilingue », chaque classe étant dotée de deux enseignants, arabophone et francophone. Un enseignement « morale islamique » ainsi que huit heures hebdomadaires de langue arabe sont dispensés.  Le profil sociologique des enfants  scolarisés est composé surtout de musulmans d’obédiences salafiste et tabligh des communes avoisinantes, méfiants à l’endroit de l’Education nationale. 

– A Massy (91), l’association Educ’Etic porte un nouvel établissement scolaire depuis 2012, présidé par Gaël Sobi, membre actif du mouvement Tabligh et animant aussi la mosquée du quartier de Villaine. Abritée dans les locaux de l’association Institut langues et culture -ILC-, laquelle enseigne la langue arabe aux enfants et adultes ainsi que l’apprentissage du Coran, cette structure scolaire située rue René-Cassin accueillait 158 enfants à la rentrée 2016, de la maternelle au collège, avec la mixité uniquement pour les maternelles aux cours préparatoire. 

Ce qui frappe dans l’ensemble de ces établissements est la jeunesse des directions incarnées par des trentenaires. Une dynamique d’islamisation par l’école est bel et bien lancée en Essonne.

20 ans de prison dont 10 à enrôler des islamistes : témoignage d’un repenti.

Arte Radio du 15 juin 2017

Glaçant. Terrifiant. Un « radicalisateur » raconte 10 années de prison à fabriquer des djihadistes.
Dans les années 90, Mohamed se radicalise en prison au contact de musulmans salafistes. Devenu imam autoproclamé, il exhorte à son tour des détenus à partir faire le djihad. A 40 ans, après 20 ans à l’ombre, celui que les surveillants surnommaient « Oussama Ben Laden » a aujourd’hui décroché et est sur la voie de la réinsertion. Il raconte le processus d’embrigadement derrière les barreaux, favorisé par la violence et le racisme à l’oeuvre dans la détention. 
En partenariat avec Libération

Un Afghan ayant tenté de rejoindre l’Etat Islamique assigné à résidence à Saint-Omer

Information exclusive de l’Obs-i :

Selon nos renseignements, un homme de nationalité afghane, fréquentant la mosquée de Saint-Omer, Jahan N, est assigné à résidence dans cette ville depuis mars dernier pour avoir tenté de rejoindre l’Etat Islamique en zone syro-irakienne en octobre 2016. Il entretient des rapports avec un autre afghan de 29 ans fréquentant la même mosquée. 

Plusieurs remarques : 

  • Comment se fait-il que cet individu ne soit pas renvoyé en Afghanistan étant donné sa dangerosité ?
  • Une assignation à résidence permet des libertés de mouvement conduisant au pire, comme cet agriculteur du Lot-et-Garonne poignardé par un fiché S assigné à résidence. Parfois, ils ne pointent pas à la gendarmerie
  • Combien de morts faudra-t-il pour que les islamistes étrangers soient expulsés de France par les autorités françaises ?

Observatoire de l’islamisation- 29 juin 2017.

Il y a 10 ans, le Hamas prenait le pouvoir à Gaza : bilan catastrophique

Danièle Obono, député France insoumise, copine avec les soutiens du Hamas

Le 21 mai, Danièle Obono a participé à un débat organisé par les Indigènes de la République au « QG Décolonial de Paroles d’honneur » aux côtés de 2 autres candidats mélenchonistes. 

La même Houria Bouteldja (fondatrice du Parti des Indigènes de la République, PIR) qui organise des manifestations en soutien au groupe islamo-terroriste Hamas spécialiste en attentats contre les bus de civils en Israel:

« Soutien au Hamas et à la résistance armée », avec Houria Bouteldja en première ligne.

En 2015, Obono aux côtés des Indigènes, elle a signé l’appel contre l’islamophobie et le racisme d’état
En 2012, Obono signe une tribune ultra-communautariste du PIR
En 2011, elle signe avec le PIR un « appel à un printemps des quartiers populaires », « puisant notre énergie et notre inspiration dans la révolte des quartiers en 2005 » .
En 2009, elle a publié un entretien avec Sadri Khiari : « Le P.I.R. est AVENIR »

L’historien Tidiane N’Diaye fait une mise au point sur l’islam qui autorise l’esclavage

Extrait d’un article Facebook de Tidiane N’Diaye dont nous avions parlé des travaux historiques traitant de l’esclavage arabe-musulmans des africains :

« En ce jour de fin de Ramadan, je m’interroge. Moi qui suis né et baptisé « musulman », alors que tous mes ancêtres Damels du Cayor et Teignes du Baol, Lignée maternelle par ma mère (La Linguère Aissatou Lamane N’Dande Mademba Yacine Fall), et prince du Saloum et du Djoloff, de Ndiadiane à MBar N’Diaye (Lignée paternelle) Par mon père (Mody N’Diaye Dionwar), étaient animistes africains. Dois-je pardonner aux peuples arabo-musulmans, d’avoir razzié, castré et mis en esclavage nos peuples nègres pendant plus de 13 siècles sans interruption ?. Ils ont islamisé les peuples africains, en se faisant passer pour des piliers de la foi, les modèles des croyants. Ils allaient souvent de contrée en contrée, le Coran d’une main, le couteau à eunuque de l’autre, menant hypocritement une pseudo-« vie de prière », ne prononçant pas une parole, sans invoquer Allah et les hadiths de son Prophète. Dois-je encore leur pardonner, de continuer à les martyriser en plein 21ème siècle au Maghreb, retirer leurs passeports à nos sœurs et filles au Moyen-Orient, en les soumettant à des conditions d’esclavage moderne, tout cela parce qu’elles sont noires ? Lire la suite

BFMTV évoque enfin l’agriculteur poignardé au cri d’Allah Akbar par un Fiché S pour radicalisation assigné à résidence

Les faits grandissimes qui se sont produits le 18 juin (voir notre article) ne sont médiatisés à la télévision qu’aujourd’hui le 26/06/17 à 14h :
Jean-Jacques Bourdin revient aujourd’hui sur ce drame, dénonçant son occultation par les grands médias. Il donne la parole à Lionel Falcoz, Maire Les Républicains de Laroque-Timbaut.

L’Aid el Fitr fêté au sein des équipements municipaux aujourd’hui.