Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Des cargaisons d’armes en provenance de Turquie saisies par les douanes nigériannes

(source: Médi-1, le 24-05-2017)

À Lagos, une cargaison d’armes en provenance de Turquie saisie par les douanes nigérianes.

C’est un coup de filet important au Nigeria. Les douanes nigérianes ont intercepté dans le port de Lagos une cargaison d’armes en provenance de Turquie. Une découverte similaire avait déjà été faite il y a cinq mois, selon les autorités.

Les cadis (juges islamiques) de Mayotte -payés par la République- dérapent lors d’un échange interreligieux

Lu sur Mayotte Hebdo du 30 mai 2017 :

A l’initiative du lycée d’enseignement adapté Espérance, établissement privé géré par les Apprentis d’Auteuil, des cadis, un prêtre et un pasteur ont répondu aux questions des élèves sur les deux grands monothéismes mercredi dernier. Mais lors des échanges, certains cadis ont tenu des propos en contradiction avec les lois et valeurs de la République.

(…)En effet, à la question posée par une jeune élève : « Pourquoi la femme doit-elle être voilée ? », un des cadis a répondu en substance que lorsqu’une femme « est mal habillée, les garçons la sifflent et lui disent des bêtises ». Un autre représentant de la foi musulmane a ajouté qu’une tenue légère était « une forme de provocation » et que les « voyous » draguaient logiquement « les femmes qui portent des collants serrés ». (…)  Sur la question de la circoncision, le directeur est également intervenu pour contredire les propos d’un cadi qui affirmait que les médecins avaient déclaré que cette pratique « protégeait des maladies sexuelles ». 

Mais le grand tollé a eu lieu au moment de la question « bonus » posée par les adultes et qui concernait la polygamie : « Pourquoi les hommes musulmans sont-ils polygames ? » Réponse d’un des cadis : « L’islam n’a pas froid aux yeux, il sait que l’homme s’éparpille un peu. Plutôt que d’encourager l’adultère, il autorise la polygamie. »

A ce titre, et au vu des échanges, l’on est en droit de se demander comment sont formés les 19 cadis payés par le Conseil départemental et s’ils suivent le Diplôme universitaire « Valeurs de la République et religions » proposé au centre universitaire de Dembéni.

Lire la suite sur Mayotte Hebdo.

Grenoble : une patrouille de Sentinelle agressée par des « jeunes ».

Lu dans Le Dauphiné :

Une patrouille de militaires en surveillance dans le cadre de l’opération Sentinelle a été vivement prise à partie par des jeunes gens à scooter, lundi vers 19 h 30, place Grenette à Grenoble.

Le véhicule dans lequel patrouillaient les cinq soldats a été entouré par les agresseurs qui ont craché à plusieurs reprises sur les vitres avant de venir violemment percuter le pare-chocs de la voiture avec l’un des scooters dont la plaque d’immatriculation avait été dissimulée par un morceau de carton.

Les services de police sont intervenus pour tenter de retrouver les agresseurs et une enquête a été ouverte.(…)

L’ONG musulmane Baraka City perquisitionnée dans une enquête pour financement du terrorisme

Idriss Sihamedi, fondateur de BarakaCity.

Lu sur Europe1 :

Des perquisitions ont eu lieu dans le cadre d’une enquête ouverte en mars pour « financement du terrorisme » et « association de malfaiteurs terroriste ».

Les locaux de l’ONG musulmane Baraka City et de son président ont été perquisitionnés mardi matin dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de financement du terrorisme, a-t-on appris de sources concordantes.

Dans le cadre d’une enquête préliminaire. « Ce matin perquisition chez moi par la brigade financière de Paris concernant une enquête suspectant des montages à ‘des fins terroristes’, a annoncé mardi Idriss Sihamedi, fondateur de Baraka City, sur son compte Twitter. Ces perquisitions étaient menées dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 30 mars 2016 par le parquet de Paris pour « financement du terrorisme » et « association de malfaiteurs terroriste », ciblant cette association humanitaire, a indiqué une source proche du dossier.

Des transferts de dons à l’étranger en question. L’enquête est confiée à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) et l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière, a précisé cette source. Les investigations portent sur des transferts de dons à l’étranger. Aucun membre de l’association n’a été entendu à ce jour. L’enquête « est une étape qui soit prouvera notre innocence soit nous lancera dans une lutte pour la justice », a encore écrit Idriss Sihamedi sur Twitter.

Des positions parfois floues. L’ONG, fondée il y a six ans par des musulmans au profil salafiste et dont le compte Facebook est suivi par plus de 750.000 personnes, organise des campagnes de dons, en particulier lors du Ramadan et via les réseaux sociaux, qui drainent plusieurs millions d’euros pour financer des projets humanitaires. L’ONG suscite l’adhésion chez beaucoup de jeunes croyants mais aussi la suspicion pour ses positions parfois floues. En janvier 2016, son fondateur Idriss Sihamedi avait déclenché une polémique en refusant de condamner sans ambiguïté les attentats commis sur le sol français par le groupe Etat islamique (EI) sur le plateau de Canal+.

Deux hommes proches de la mosquée de Lagny interpellés (Le Point)

Lu dans Le Point du 30 mai :

Selon nos informations, deux hommes, présentés comme proches de la mouvance islamiste, ont été interpellés, ce mardi 30 mai au petit matin, dans le département de Seine-et-Marne par les policiers antiterroristes de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) avant d’être placés en garde à vue dans les locaux de ce service à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Les deux suspects, Nabil A., 31 ans, et Julien G., étaient surveillés depuis de nombreuses semaines par les services de renseignements. Le premier faisait l’objet d’une assignation à résidence et d’un gel de ses avoirs depuis le mois de janvier 2016, après être apparu dans l’entourage de Mohammed Hammoumi, l’ancien imam de la mosquée de Lagny-sur-Marne, en fuite à l’étranger depuis le mois de décembre 2014.

Ce lieu de culte avait été fermé après les attentats du 13 novembre 2015. Plusieurs de ses fidèles sont soupçonnés d’avoir rejoint les zones de combat en Syrie pour y mener le djihad armé. Nabil A. est présenté, par plusieurs sources, comme un « lieutenant » de Mohammed Hammoumi. La mosquée a cependant réouvert avec un barnum. 

Le deuxième suspect arrêté ce mardi matin aurait également fréquenté la mosquée de Lagny-sur-Marne. Les auditions des deux interpellés peuvent durer quatre jours.

Un proviseur d’un lycée de Reims « prend les dispositions nécessaires » pour le respect du Ramadan

Carcassonne: interpellation d’un gérant de kebab soupçonné de financer le dijhad

Lu dans La Dépêche du 30 mai 2017:

Hier après-midi, vers 16 heures, le centre-ville de Carcassonne a été le théâtre d’une descente de police spectaculaire. Rue piétonne bloquée, quatre voitures banalisées garées juste en face de Monoprix. Des policiers encagoulés et armés jusqu’aux dents sont descendus des véhicules.

Ils ont fait irruption au snack Kebab rue Clemenceau. Des hommes qui appartenaient à la SDAT (sous-direction antiterroriste) ont interpellé le gérant du snack. Puis après avoir procédé à une perquisition du domicile avec le suspect, les policiers sont revenus fouiller le snack pendant plus d’une heure.

Cette interpellation est le fruit d’une longue enquête puisque les fonctionnaires étaient déjà à Carcassonne depuis près d’un mois. Et c’est hier qu’ils ont décidé de passer à l’action. Il semblerait que le gérant, un homme d’environ 50 ans, soit soupçonné d’être impliqué dans un circuit de financement lié au jihad.

Six interpellations lors d’une opération anti-terroriste à Bordeaux et en région parisienne

Sud Ouest du 30 mai :

Fermée pour djihadisme, la mosquée de Lagny-Sur-Marne réouvre illégalement avec un barnum

Le Parisien du 28 mai 2017

Deux tentes ont été installées, sans autorisation, sur le parking de l’ancienne direction départementale de l’équipement et de l’agriculture. Lire dans Le Parisien.

Lire aussi dans Le Point du 30 mai : Deux islamistes proches de la mosquée de Lagny interpellés 

Le Parisien du 26 avril (éditions 77) révèle la « note blanche » des renseignements sur la radicalité de l’imâm de Lagny, dont la mosquée a été fermée par confirmation du tribunal administratif de Melun vendredi dernier.

Les policiers ont enregistré le président et imâm de la mosquée dont le prêche du 21 octobre 2016. La note sur laquelle s’appuit la préfecture pour fermer le lieu apprend que l’islamiste  « a notamment déclaré que les ennemis de l’islam étaient les Occidentaux et qu’il fallait éduquer les jeunes musulmans pour leur enseigner l’islam pour mieux combattre les mécréants; que la France menait au nom de la liberté une guerre contre les musulmans et qu’ils vont combattre grâce aux jeunes et à Allah » Selon l’ordonnance du tribunal, il es indiqué qu’ »à plusieurs reprises, au mois de novembre 2016, il a fait référence aux djihadistes et a sollicité l’aide d’Allah en leur faveur afin de ‘détruire les ennemis de l’Islam, des ennemis de l’intérieur, ici en France et ailleurs’ « .

Parmi les autres arguments de la note des renseignements, la venue à deux reprises du prédicateur Elias Imzalène, « qui a fourni des éléments de language comparant la situation existante en France à l’apartheid et demandant aux fidèles d’arrêter d’être ‘Français légalistes, Français républicains et Français patriotes‘.(…) Il est aussi indiqué que « l’imâm, professeur de mathématique utilisant ses fonctions à des fins prosélytes en essayant d’entrainer les élèves dans des formes de radicalisme religieux. »

Manchester : le père et le frère de l’islamiste ont des responsabilités à la mosquée

Lu dans Le Figaro du 25 mai 2017 :

« Élevé dans une famille musulmane pieuse, il était connu des services de sécurité, selon plusieurs journaux, le Financial Times affirmant qu’il s’était radicalisé au cours de ces dernières années. Au Times, un ami d’école révèle que Salman Abedi «était allé il y a trois semaines en Libye et en était revenu il y a quelques jours», ce que confirme Downing Street. Le Mirror va plus loin en affirmant que le suspect était un ami de Raphael Hostey, alias Abou Qaqa al-Britani, recruteur présumé de l’État islamique jusqu’à sa mort en Syrie, en 2016, au cours d’une frappe de drone. Le Telegraph évoque quant à lui le fait qu’il était un habitué d’une mosquée de Manchester accusée par le passé de lever des fonds pour le djihad.(…) 

Alors que son frère Ismail était tuteur à l’école coranique de la mosquée locale de Didsbury et que son père y faisait l’appel à la prière, l’imam qui y officiait a déclaré au Guardian que Salman Abedi avait affiché un «visage de haine» alors qu’il prononçait un sermon contre le terrorisme.

Invitée sur la BBC, la secrétaire au Home Office a affirmé que Salman Abedi n’avait «probablement pas agi seul», soulignant que l’attentat qui a visé le concert d’Ariana Grande était «plus sophistiqué que d’autres».Lire la suite sur Le Figaro

Europe 1 nous apprend que :

« Le frère de l’auteur présumé de l’attentat de Manchester a admis après son arrestation avoir été au courant de la préparation de l’attaque et être lui aussi membre de l’organisation État islamique (EI), a indiqué mercredi une unité des services de sécurité libyens.

Arrêté la veille au domicile familial, Hachem A., « a indiqué qu’il appartenait à l’EI avec son frère Salman A. (…) et a reconnu qu’il était présent en Grande-Bretagne durant la période de préparation de l’attentat », affirme sur sa page Facebook la Force de dissuasion, qui fait office de police loyale au gouvernement d’union nationale (GNA).

Le père arrêté mercredi en Libye. Mercredi, c’est le père de l’auteur présumé qui a été arrêté à Tripoli, la capitale libyenne. « Le père Ramadan A. vient d’être arrêté lui aussi », au lendemain de l’arrestation de Hachem, frère de l’auteur présumé de l’attentat, a indiqué Ahmed Ben Salem, un porte-parole de la Force de dissuasion. (…) » source