Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Une mosquée radicale fermée à Sète : encore 110 salafistes, 147 tablighis et 200 UOIF à fermer.

Nous apprenons dans Le Figaro du 6 avril 2017 :

La mosquée Es-Sunna de Sète (Hérault), fermée hier par arrêté préfectoral, était « un lieu de rencontre régulier » pour des fidèles radicalisés, a décrit aujourd’hui le ministère de l’Intérieur.

« Le responsable de cette mosquée prônait une idéologie radicale appelant à la discrimination, à la haine ainsi qu’à l’animosité à l’égard des autres », ajoute le ministère dans un communiqué. « 

La mosquée, située dans le centre de Sète, « constituait également un lieu de rencontre régulier pour des fidèles connus pour leur radicalisation et leur proximité avec des personnes prônant le djihad armé sur le territoire national et cherchant à rejoindre la zone irako-syrienne », ajoute-t-il.

« Certains d’entre eux », poursuit encore le ministère, « ont ainsi été récemment mis en examen pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste ». La mosquée avait fait l’objet d’une perquisition il y a une semaine. Lire la suite dans Le Figaro

Commentaire de l’Observatoire de l’islamisation :

Un coup de menton à deux semaines des élections ? C’est notre sentiment, car le Service Central du Renseignement Intérieur (SCRT) recensait à l’été dernier 120 mosquées salafistes-wahhabittes, dont seules une dizaine ont été fermées ces 8 derniers mois. Il faut ajouter 147 mosquées de la mouvance tablighi, pourvoyeuse de nombreux djihadistes depuis 20 ans (pointage du Renseignement en 2016), et les presque 200 mosquées de l’UOIF, ainsi que celles du Milli Gorus turc. Ces trois derniers courants extrémistes (Tabligh, UOIF, Milli Gorus) sont intégrés au Conseil Français du Culte Musulman, démontrant l’irresponsabilité gouvernementale sur le sujet. Pour plus d’informations, lire la seule enquête existante : Mosquées Radicales : ce qu’on y dit, ce qu’on y lit (éditions DMM, 300 pages, 2016).

L’islamo-nationaliste turc qui tira sur Jean-Paul II veut s’en prendre à Marine Le Pen

Mehmet Ali Ağca est un ultra-nationaliste turc. Assassin d’un journaliste turc en 1979, il a tiré sur le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre de Rome, le 13 mai 1981. Il vient d’être interrogé sur la crise entre la Turquie et l’Europe :

« Si Geert Wilders n’abandonne pas son attitude hostile envers la Turquie, nous allons lui casser les jambes. Je menace directement Marine Le Pen et Geert Wilders, faites attention car nous allons vous casser les jambes. »

Saint-Herblain (44) : un islamiste tire dans un centre commercial au cri de « Allah Akbar »

Lu sur Presse-Océan du 5 avril 2017 :

L’homme de 27 ans soupçonné d’avoir fait feu, vers 9 h 15 ce mercredi, devant une des entrées de la galerie commerciale du Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain, a été vu par un médecin cet après-midi, qui a prescrit son hospitalisation en psychiatrie, a indiqué Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes.

L’homme avait tiré un coup de feu en l’air avec un fusil de chasse avant d’être rapidement interpellé par la police. Personne n’a été blessé.

Déjà connu pour des antécédents psychiatriques, l’homme a dans un premier temps importuné l’employée d’un salon de coiffure. Invité à se calmer et à quitter les lieux par un agent de sécurité du centre commercial, l’homme s’est énervé. « Il s’est montré agressif et menaçant et a crié à plusieurs reprises « Allah akbar« , raconte le procureur. Il est revenu 15 minutes plus tard avec un fusil de chasse qui, selon ses déclarations, était enterré dans un terrain derrière chez lui ».

Des investigations sont en cours sur sa personnalité et sur une éventuelle radicalisation islamiste.

En Alsace les responsables Républicains veulent intégrer l’islam au Concordat

NKM et François Baroin militent pour l’intégration de l’islam au concordat d’Alsace-Moselle

Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) l’a proposé lors d’un entretien avec Marianne:  « Je veux faire rentrer l’islam dans le concordat pour pouvoir avoir en Alsace-Moselle, une université de formation qui délivrera une certification publique. Et à terme quand on aura fait suffisamment de formations, pouvoir exiger qu’un imam qui prêche en France ait obligatoirement cette certification publique.La troisième proposition concerne l’enseignement de l’arabe. Il faut proposer un enseignement dans un cadre public » (source: Marianne).

Ce que NKM ne dit pas, est que le concordat permettrait aux musulmans d’enseigner l’islam dans les écoles publiques, de rémunérer leurs professeurs, et de faire payer l’entretien de leurs mosquées avec l’argent public. 

La députée du Haut-Rhin Arlette Grosskost (LR) elle suggère d’examiner les vertus du régime du concordat existant en Alsace – régime en vertu duquel la région finance et organise les cultes catholique et protestant –, et d’y intégrer l’islam. « Faisons l’expérience de l’intégration de l’islam dans le régime concordataire ! L’islam est la deuxième religion de France. Il faut arrêter de se fermer les yeux, on ne reviendra pas en arrière. Il faut permettre aux gens d’exercer leur religion dans des conditions dignes » (source Le Monde)

François Baroin en janvier 2015 sur BFMTV proposait d’utiliser la terre concordataire alsacienne pour « y loger une fondation islamique pour accueillir les fonds étrangers sous surveillance de l’état pour aider les représentants des musulmans sur tout le territoire à obtenir des financements« . Lors de la même interview avec Jean-Jacques Bourdin, ce proche de François Fillon ne manquait pas d’imagination pour accélérer l’islamisation : «  On peut proposer des baux emphytéotiques (ndlr: loyers gratuits sur terrains communaux), on peut proposer des accompagnements de financement par des associations culturelles, il y a des moyens qui ne sont pas des contournements mais qui sont des moyens d’accommodement intelligents pour permettre à une religion de pratiquer son culte«  (regarder l’interview)

Le président de la fédération de Moselle des Républicains, le sénateur François Grosdidier, est lui le plus offensif sur le sujet. En 2006, il dépose une proposition de loi  « visant à intégrer le culte musulman dans le droit concordataire d’Alsace et de Moselle » (Lire sur le site de l’Assemblée Nationale). Il avait pris les devant en finançant la grande mosquée (membre des islamistes de l’UOIF) de sa ville de Woippy à hauteur de 3 millions d’euros, par les caisses de sa commune. Nous avions consacré un chapitre entier de notre livre Ces maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2010) à son sujet.

Comment les ONG organisent l’immigration des filières de clandestins impunément

Article d’Alexandre del Valle pour Atlantico du 31 mars(extrait)

Chaque jour en Sicile (ou ailleurs dans les îles grecques ou dans les Balkans ou encore à Ceuta et Melilla au Maroc espagnol) débarquent des milliers de clandestins que les Italiens appellent « les récupérés » parce qu’ils sont quotidiennement secourus et « récupérés » grâce aux efforts assidus des navires de sauvetage (illégaux) exploités par des organisations humanitaires idéologiquement engagées dans le refus des frontières et l’immigrationnisme de principe (Moas, Jugend Rettet, Stichting Bootvluchting, Médecins Sans Frontières, Save the Children, Proactiva Open Arms, Sea-Watch.org, Sea-Eye, bateau Life). 

Sans surprise, parmi ces « récupérateurs » qui « prêtent » leurs bateaux (extrêmement bien équipés et coûteux), on retrouve les sponsors habituels des « No borders » comme les multiples institutions et ONG « humanitaires » qui gravitent autour du « milliardaire philanthrope » George Soros (Open Society).

Comme l’ont montré nombre de reportages, documents, rapports nationaux et européens tout à fait officiels, on sait que la seule galaxie d’ONG « anti-frontières » liée à la fondation Open Society (cofinancée par d’autres bienfaiteurs) a accordé, pour la seule année 2015, 500 millions de dollars pour promouvoir « l’arrivée des migrants » en Europe. Sur une période de dix ans, on estime les investissements destinés purement et simplement à contrer les politiques européennes d’immigration entre 2 et 5 milliards de dollars. Mais Soros n’est pas le seul contributeur. Human Rights Watch (HRW) a, par exemple, financé des structures de « récupérateurs » à hauteur de 100 millions de dollars sur une période équivalente. HRW est mentionnée explicitement sur les sites d’ONG pro-migrants clandestins qui affrètent les bateaux, notamment W2eu et WatchTheMed. Lire la suitesur Atlantico

Kirghizistan: pépinière de djihadistes méconnue

Deux proches de Larossi Abballa interpellés à Mantes-la-Jolie lundi

Lu sur France-bleu du 4 avril :

Deux personnes ont été mises en garde à vue dans l’affaire de l’assassinat de Magnanville (Yvelynes). Un proche et la sœur du djihadiste Larossi Abballa ont été interpellés par la sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire qui a mené une opération lundi matin à Mantes- la-Jolie.Lire la suite

Aquila a fui l’Algérie et l’islam. Elle prend la plume pour dénoncer le totalitarisme islamique

Son autobiographie peut s’acheter ici.

Présentation: Née au cœur de l’Islam, l’Algérie, elle y (sur)vécut trois décennies avant de pouvoir s’en évader, comme on s’évade de prison. Trois décennies dont une noire (ou rouge) : celle de la guerre civile au nom d’Allah, pendant laquelle le sang des Algériens et des étrangers (les moines de Tibhirine entre autres) y coule à flot. Le terrorisme islamique a par la terreur mis à genou tout un pays. Contre vents et marées, en temps de paix comme en temps de guerre et au risque de sa vie, elle résiste et refuse de se soumettre à l’Islam. Aquila ne s’est jamais sentie musulmane, elle a rejeté très tôt la religion de sa naissance. Elle force son destin en quittant l’Algérie à 30 ans pour une terre non-musulmane : la France. Elle coupe les ponts avec sa famille qui voulait la forcer, même en France, à un mariage avec un musulman, lui interdisant de se marier avec un non-musulman. Devenue femme libre et indépendante en France, elle découvre que la France et l’Occident sont à leur tour des terres déjà conquises en partie par l’Islam, via l’immigration musulmane légale et illégale encouragée et subventionnée par la lâcheté des politiques et la naïveté des peuples qui les élisent.

Alors que des hordes de musulmans et terroristes déguisés en réfugiés déferlent par milliers sur les rivages sud de l’Europe dans la sidération générale d’une société désarmée, elle quitte avec sa famille chrétienne la France pour un îlot de paix du Pacifique pour se soustraire à l’islamisation de l’Occident et à la vallée du carnage qui s’annonce. C’est au fil de ce périple, tant géographique que spirituel, qu’Aquila nous dévoile le véritable visage de l’Islam. Elle nous alerte des dangers de l’islamisation du monde libre et de ce qui nous attend si nous continuons d’ignorer la déclaration de guerre ouverte de l’islam contre l’Occident. Un regard implacable et critique de l’intérieur, un témoignage précieux, une torche qui éclaire les ténèbres et montre la voie vers la lumière.

L’auteur : Aquila est une kabyle née en Algérie où elle a vécu 30 ans, avant de pouvoir enfin partir en France pour s’y réfugier. Fuyant un mariage forcé, une culture où la femme est systématiquement rabaissée, et un climat de terreur permanente, elle a refait sa vie en France. C’est son premier livre, dix ans après son départ de la terre natale.

Les musulmans maintiennent la pression devant la mairie de Clichy

Lu dans Le Parisien du 2 avril 2017:

a protestation continue. Ce dimanche midi, entre 600 et 800 personnes, selon la préfecture, se sont réunies devant la mairie de Clichy pour un « rassemblement citoyen ». Ils dénoncent la fermeture, il y a une dizaine de jours, de la salle de prière de la rue d’Estienne d’Orves. La ville et les associations de musulmans étaient liées par un bail précaire arrivé à échéance en juin dernier. Et le maire (LR) Rémi Muzeau a décidé de transformer le lieu en médiathèque.

Sur une estrade, devant le parvis de la mairie, fermé à la population et encadré par un important dispositif policier, fidèles et élus locaux se relaient au micro pour demander « un lieu de culte digne ». « On s’est rassemblés pour faire valoir nos droits », lâche Hamid Kazed, le président de l’Union des associations des musulmans de Clichy.

« On aimerait ne pas avoir à bloquer la rue mais on ne nous entend pas sinon » Lire la suite dans Le Parisien

Sixième mosquée à Roubaix: décryptage de Véliocas sur Boulevard Voltaire

Maquette de la sixième mosquée de Roubaix en chantier, Eyup Sultan, pour 6 millions d’euros.

Se procurer le livre Mosquées Radicales sur Amazon