Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

al-minya-church

Trois églises (de plus) attaquées au cocktail Molotov en Égypte

Samedi dernier, des partisans de Mohamed Morsi, le Président égyptien déposé, ont attaqué au cocktail Molotov les églises coptes orthodoxes d’Al-Azraa et d’Anba Ebram de la ville d’Al-Minya (en Moyenne Égypte). Ils ont aussi tenté d’investir l’église copte orthodoxe d’El-Eslah mais en ont été empêchés par les forces de l’ordre. Il faut souligner que la mobilisation et l’union des musulmans et des chrétiens des quartiers où se situent les deux premières églises, ont permis également de repousser les assaillants et de limiter les dégâts.

Source : Assyrian International News Service via Christianophobie.fr

2500 filles britanniques victimes d’un gang de violeurs islamistes implanté nationalement

Selon  le directeur du Conseil Islamique de Oxford, Taj Hargey, interrogé par le Daily Mail du 15 mai dernier, ces crimes sont promus par des imams qui encouragent les fidèles à croire que les femmes blanches méritent d’être « punies ». Il écrit que « les musulmans en Grande-Bretagne ont été nourris au goutte à goutte pendant des années avec une doctrine qui dénigre toutes les femmes, et traite les blanches avec un mépris particulier. Dans l’orthodoxie erronée qui prévaut dans de nombreuses mosquées, dont plusieures à Oxford, on enseigne aux hommes que les femmes sont des citoyennes de seconde classe, qui doivent être traitées comme des biens meubles ou leur propriété sur lesquelles ils ont autorité absolue « .

Lire la suite

Christianophobie en Égypte : sous-médiatisation ou désinformation ?

Depuis 2002, les Coptes manifestent dans l’indifférence des médias au Trocadéro pour dénoncer les discriminations et persécutions qu’ils subissent. En 2009 nous étions le seul média présent :

Editorial paru dans le numéro de juillet 2013 de L’Observatoire de la Christianophobie.

Les persécutions anti-chrétiennes en Egypte ne datent pas de la révolution de 2011. Depuis 2002, une manifestation annuelle des Coptes français se tient place du Trocadero, réunissant des centaines de personnes, mais sans aucune couverture médiatique. En février 2009 l’Observatoire de l’islamisation avait réalisé un reportage vidéo, les intervenants y dénoncaient les discriminations, vexations quotidiennes et islamisation du droit. Nous ne pûmes interroger les participants, même à Paris ils avaient peur de témoigner !

Les discriminations à l’emploi sont la norme: un Copte ne peut prétendre à un poste de responsabilité à l’Université, dans la fonction publique, et sait qu’il sera toujours perdant dans les tribunaux face à un musulman. La charia était déjà une des sources du droit sous Moubarak, même si elle n’était pas la principale comme aujourd’hui.

Dès le début de la révolution, des cas graves de persécutions anti-Coptes ont été censurés par les médias tenant absolument à leur scénario de révolution intrinsèquement démocratique.
En février 2011, les prisons furent vidées par les révolutionnaires. Craignant pour leur sécurité, des monastères commencent à se protéger en élevant des murs d’enceinte. Mal leur en pris, l’armée attaqua les moines du monastère de Saint-Boula (IVème siècle) ! Des vidéos de l’armée attaquant un autre monastère, St Bishoy , Veme siècle, 110 kilms du Caire, furent largement commentées par les organes de presse internationaux : Asianews, AINA, Continental News, Al Masry Al Youm. En France ? Rien, pas une ligne malgré les images accablantes de moines claudiquant après avoir reçu une balle de l’armée !

Témoignage recueilli par l’agence AINA: « Lorsque nous avons essayé de discuter, l’armée a tiré à balles réelles, blessant le Père Feltaows à la jambe et le Père Barnabé dans l’abdomen », explique le moine Ava Bishoy. « Six travailleurs dans le monastère copte ont également été blessés, dont certains avec des blessures graves à la poitrine. »
La réalité ne cadrait pas vraiment avec le scénario de révolution de la liberté et l’islamisme « modéré » des révolutionnaires. Ne pas en parler a permis de préserver au mieux le scénario.

Autre exemple de censure, le 16 octobre 2011 lors d’un cours d’arabe donné dans un collège de Mallawi (province de Minia). S’apercevant que le jeune Ayman Nabil Labil portait, comme c’est fréquent chez les Coptes, une croix tatouée sur son poignet, le professeur lui ordonna de la dissimuler. Le jeune copte s’y refusa et montra, en outre, le crucifix qu’il portait sur une chaîne autour de son cou mais dissimulée sous ses vêtements. Furieux, le professeur frappa le jeune homme et incita les jeunes collégiens musulmans à se joindre à lui dans ce qui allait devenir un véritable lynchage. Le jeune copte mourru. Avez-vous entendu parler de ça dans les médias français ?

Le 10 février 2012 rapporta l’agence Apic, des milliers de musulmans fanatisés, guidés par des leaders salafistes, attaquèrent à plusieurs reprises les chrétiens coptes du village de Kobry-el-Sharbat (el-Ameriya), près d’Alexandrie. Des maisons et des magasins coptes ont été pillés avant d’être incendiés, cette information ne fut pas évoquée en France. Six villages chrétiens ont été attaqués depuis le début de la révolution, une grosse dizaine d’églises et trois monastères.
Les médias, s’ils devaient traiter normalement les persécutions chrétiennes, en Égypte ou ailleurs (Nigeria, Soudan, Philippines…) savent qu’ils devraient leur consacrer chaque jour une couverture, et que cela susciterait mécaniquement une montée de « l’islamophobie » chez les téléspectateurs. Soit ce qu’ils cherchent à éviter dans un contexte de montée des « populismes » en Europe…

L’épisode le plus douloureux fut le massacre par la police en octobre 2011 des Coptes rassemblés place Maspero afin de demander justement l’aide de la police lorsque leurs églises , monastères, biens et personnes, sont attaqués. Les véhicules blindés légers roulèrent sur les manifestants : 29 coptes décédés, plus de 300 blessés. Et des médias qui évoquèrent la violence des Coptes et des « tensions interreligieuses » au lieu de parler de massacre anti-Chrétien.

Lors de la campagne présidentielle, il n’y avait guère qu’Alain Juppé pour croire à une modération des Frères Musulmlans, il faut dire que les médias lui facilitèrent la tâche en censurant les propos les plus radicaux de leur candidat: Selon le média égyptien El Bashayer du 27 mai 2012, traduit par le Washington Times, Muhammad Morsi déclara qu’il voulait « parvenir à la conquête islamique de l’Egypte pour la deuxième fois, et faire convertir tous les chrétiens à l’islam, ou bien leur faire payer la jizya » (taxe islamique). « Nous ne permettrons pas que Ahmed Shafiq [principal concurrent à la présidentielle, laique] ou que quiconque empêche notre deuxième conquête islamique de l’Egypte. »

Puis, interrogé sur le vote massif des chrétiens pour son adversaire, il compléta :
« Ils doivent savoir que la conquête arrive, que l’Égypte sera islamique, qu’ils devront payer la jizya ou émigrer »

Et ils émigrent, 100 000 Coptes auraient déjà fui l’Égypte selon les associations. Des filles Coptes sont enlevées chaque semaine par les salafistes, qui représentent tout de même un quart de l’électorat, dans l’indifférence des médias français. L’Observatoire de la christianophobie permet aujourd’hui, avec celui de l’islamisation, de porter au public francophone l’étendue de cette « Nouvelle Solution finale » dont parle le géopolitologue Alexandre del Valle dans son dernier ouvrage « Pourquoi on tue des Chréitens aujourd’hui? » (Maxima, 2012). Car se taire, c’est déjà collaborer au mensonge.

Joachim Véliocas
dernier ouvrage paru Ces maires qui courtisent l’islamisme (Tatamis,2010)

Mideast-Egypt

Les pogroms anti-chrétiens depuis la chute de Morsi censurés par les médias français

Article bien documenté paru traduit par JForum, le portail juif francophone, publié aujourd’hui dans The Times of Israël.

« Poursuivis par une meute d’extrémistes musulmans sur leurs talons, l’homme d’affaires chrétien et son neveu sont montés sur le toit et ont couru pour sauver leurs vies, sautant d’un bâtiment à l’autre, dans leur village du sud de l’Égypte. Finalement, ils en ont été réduits à descendre du sommet des toits. Forcés de revenir dans la rue, plusieurs dizaines d’hommes les ont rapidement submergés. Les agresseurs les ont lacérés de coups de hachoirs et battus à coups de barres de fer et de bâtons, tuant Emile Naseem, 41 ans. Son neveu a survécu à ses blessures aux épaules et à la tête et a raconté cette chasse à l’homme à Associated Press. Le déchaînement d’émeutes à travers tout le village de Nagaa Hassan, incendiant des dizaines de maisons chrétiennes, trois autres chrétiens étant poignardés à mort, est survenu deux jours après l’éviction du Président islamiste Mohamed Morsi par l’armée »

lire la suite sur www.christianophobie.fr.

kapitalis

L’émir du Qatar paye grassement les dirigeants des Frères Musulmans égyptiens

Source : Kapitalis du 5 juillet

« Les internautes égyptiens partagent sur les réseaux sociaux des documents (avec noms et signatures) attestant l’attribution, au titre de «subventions» et de «dons» (sic !), par l’ex-émir du Qatar, Hamad Bin Jassim Al-Thani, d’énormes sommes d’argent à différents leaders du mouvement des Frères musulmans en Egypte.

L’un des documents, daté du 28 mars 2013, porte les noms de 15 dirigeants des Frères musulmans qui auraient reçu un montant total de «subventions» et de «dons» de 7.150.000 dollars US. Ces dons varient entre 850.000 dollars pour Dr Mohamed Baltagi à 250.000 dollars pour Mme Ezza Al-Garf (la part des femmes étant, bien entendu, la moitié de celle des hommes).

Les documents, retrouvés dans les sièges des Frères musulmans attaqués ces derniers jours par les opposants au président déchu Mohamed Morsi, devraient être authentifiés, avant de constituer une preuve à charge contre ces dirigeants politiques qui acceptent l’argent d’un Etat étranger et qui, de ce fait, se rendent coupables de haute trahison. »

minorites-d-orient

Égypte : les commerces chrétiens marqués d’une croix en vue d’être attaqués

Un rappel de la Nuit de cristal (9-10 novembre 1938)
Cet message a été diffusé il y a trois heures sur Twitter par Yako Elish, co-fondateur de l’Association d’Entraide aux Minorités d’Orient : «Égypte : christianophobie, les commerces tenus par les chrétiens sont marqués ce soir en vue de les brûler rapidement»

Egypte: des filles Coptes enlevées chaque jour par les islamistes depuis 2011

Égypte : des filles Coptes enlevées chaque jour par les islamistes depuis 2011

Lu dans Le Figaro Magazine du 6 juillet :

Le calvaire a commencé un matin à 7 heures à al-Minya, en Haute-Egypte. Irini vient de quitter la maison familiale et se rend au collège en compagnie d’une amie. Sur le chemin, elle s’arrête pour s’acheter à manger. Quand elle ressort dans la rue, un minibus s’approche. Un homme la saisit et l’embarque de force. Ensuite, c’est trou noir. « Je me suis réveillée dans une chambre raconte-t-elle. J’ignorais où je me trouvais ». Autour d’elle, des femmes voilées et des barbus- « des cheikhs », dit-elle pour décrire des hommes d’un certain âge à l’allure de religieux.

Une des femmes lui lance :

« Ton âme va devenir musulmane et tu le deviendras aussi »

« Je ne veux pas. Vous ne pourrez pas me forcer »

A peine Irini a-t-elle ripostée qu’un cheikh la gifle avant de quitter sa chambre en claquant la porte.

Quelques jours plus tard, pour la préparer à son avenir de convertie, les femmes de la maison tentent d’effacer la croix tatouée que les Coptes portent au poignet. A l’aide d’un porte-plume et d’un couteau, elles arrachent la peau teintée d’encre (…)

En Egypte, des centaines de filles coptes ont connu le sort d’Irini. La pratique ne date pas d’hier. « Les enlèvements de femmes coptes ont commencé sous Anouar el-Sadate, souligne Nadia Henry, une sénatrice chrétienne. Cela a continué sous Moubarak. On se demandait parfois s’ils n’étaient pas directement organisés par la police secrète pour intimider les chrétiens. Mais après la révolution de 2011, leur nombre a explosé« .

Dans un rapport publié en 2012 par l’ONG Christian Solidarity International, l’universitaire américaine Michèle Clark et la spécialiste égyptienne des droits de l’homme Nadia Ghaly ont recensé pas moins de 500 cas depuis la chute de Moubarak.

Ni la police ni la justice ne s’occupent de ces cas. Au mieux, les policiers et procureurs écoutent les témoignages des parents éplorés et enregistrent la la plainte sans lancer d’enquête; au pire, ils les éconduisent sans ménagement, quand ils ne les accusent pas de vouloir semer la discorde entre les différentes communautés religieuses du pays. « Les Coptes ne sont pas des citoyens de second ordre, mais de cinquième ordre » ironise, plein d’amertume, Stefanos Milad, un avocat chrétien qui centralise les cas des filles disparues au Caire.

Lire la suite dans le Figaro Magazine

représailles contre les chrétiens après la déposition de Morsi

Égypte : représailles contre les chrétiens après la déposition de Morsi

Source : Agence Fides / Christianophobie.fr

« Parmi les épisodes de violence qui se succèdent en Égypte après la déposition du Président Morsi figure également l’assaut contre la paroisse copte catholique Saint-Georges du village de Delgia, à 60 km de Minya. Dans la soirée du mercredi 3 juillet, des groupes de fanatiques islamistes ont d’abord saccagé puis incendié le presbytère et les locaux des groupes paroissiaux. « Grâce à Dieu, il n’y a ni victimes ni blessés – raconte à l’Agence Fides l’évêque copte catholique de Minya, S.E. Mgr Botros Fahim Awad Hanna – mais l’alarme demeure.

Les intégristes ont fermé la route d’accès au village. Hurlant des slogans contre les chrétiens, ils disent vouloir tout détruire et actuellement, ils tentent à nouveau de prendre l’église d’assaut. La police locale est impuissante. J’ai appelé le Caire pour demander l’intervention de l’armée ». L’assaut contre la paroisse Saint-Georges est l’épisode de violence le plus grave à l’encontre des chrétiens enregistré au cours de ces heures dramatiques pour le pays. Mais des menaces et des intimidations visant les communautés chrétiennes ont également été enregistrées dans d’autres localités égyptiennes »

Retrouvez toutes les persécutions anti-chrétiennes en Égypte dans notre catégorie Egypte

Londres : un quartier sous contrôle islamique

La police a été accusée de « couvrir » une campagne de violence et de menaces visant à islamiser un quartier de Londres.

Les victimes disent que les policiers de l’arrondissement du quartier de « Tower Hamlets » ont ignoré ou minimisé des foyers de crime de haine, et supprimé des preuves impliquant les musulmans, car ils craignaient d’être accusés de racisme.

Ces reproches émergent alors que 4 musulmans de Tower Hamlets ont été emprisonnés pour au moins 19 ans pour avoir agressé un enseignant blanc qui donnait des cours religieux pour les filles musulmanes.

Le Sunday Telegraph a découvert plus d’une douzaine d’autres cas dans Tower Hamlets, où musulmans et non-musulmans ont été menacés voire battus pour des comportements considérés comme violation des « normes islamiques » fondamentalistes.
Lire la suite de cet article »

Six écoles de Birmingham sous emprise islamiste (France Inter/Daily mail)

Lire l’article du Daily Mail