Observatoire de l'islamisation : la plus grande base de données francophone sur l'islamisme
L\'Observatoire de l\'islamisation

L'Observatoire de l'islamisation

Dirigé par l’analyste Joachim Véliocas depuis février 2007, cet Observatoire se présente comme la plus grande base de données francophone recensant les faits marquants de l’avancée de l’Islam en Europe et dans le monde. Nouvelles mosquées ou « centres culturels », nouvelles madrasas déguisées en Instituts ou écoles...

Lire la suite

Mohamed condamné pour son soutien à Daesh dans un bar de Versailles dimanche

versailles

Lu dans Le Parisien du 30 novembre:

 » Mohamed, un habitant de Trappes, a été condamné, ce lundi, à six mois d’emprisonnement pour apologie du terrorisme par le tribunal correctionnel de Versailles. L’homme, âgé de 28 ans et sans emploi, a aussitôt été placé sous mandat de dépôt. La justice lui reproche d’avoir mimé, ce dimanche soir, dans un bar de Versailles, les rafales d’une kalachnikov et crié vive Daech, à l’adresse de policiers qui intervenaient à la suite d’une rixe avec arme blanche où il était impliqué. »

Définitions du Jihâd proposées par les universitaires de Paris, Tunis et Toulouse.

Page du fameux traité de droit islamique "La Réalisation du But" de Ibn Hajar (1372- 1448) , Grand cadi (juge) d'Egypte.

Page du fameux traité de droit islamique « La Réalisation du But » de Ibn Hajar (1372- 1448) , Grand cadi (juge) d’Egypte.

Dans l’ouvrage Vocabulaire de l’islam paru dans la collection « Que sais-je » des Presses Universitaires de France (PUF, 2008), Dominique Sourdel et Janine Sourdel-Thomine, Professeurs émérites à l’Université de Paris-Sorbonne, co dirigeant la collection « Islamiques » aux PUF, écrivent pour l’entrée « Jihâd »:

« JIHÄD – « Lutte », au sens originel.- Désigna d’abord, dans les traités de droit religieux ou fiqh, l' »effort de guerre » devant être entrepris contre les infidèles ou kâfirs, au nom de la Loi ou sharî’a, pour faire triompher la vraie religion. D’où le sens de « guerre légale », plutôt que « guerre sainte », décidée par le chef de la communauté, c’est-à-dire par un calife qui gouverne réellement ou par l’un de ses représentants, l’émir ou, plus tard, le sultan.

C’est donc un « devoir collectif » ou fard kifâya et non individuel, destiné à assurer l’expansion de l’islam en tant que religion universaliste et instituant un état de guerre permanent avec les territoires non musulmans appelés dâr al-harb, envers lesquels seule une forme de trêve ou hudna, et non une paix durable, peut être consentie.

Explique les diverses entreprises guerrières ayant assuré l’extension du monde musulman, à partir de la victoire ou fath de Muhammad sur les habitants de la Mekke qui suivit ses diverses batailles et expéditions oumaghâzi, et lors des grandes conquêtes qui se déroulèrent aussitôt après sa mort. -Plus ou moins observé par la suite, n’a plus été décrété officiellement depuis 1914, mais est souvent entrepris à l’époque contemporaine  par des groupes de combattants indépendants.

Lire la suite

L’enfumage de l’opinion par des versets coraniques trafiqués : analyse textuelle.

« Assez régulièrement, à la suite de tel ou tel événement dramatique, et notamment après les attentats (…) on entend citer le Coran en ces termes : « Quiconque tue une victime innocente, c’est comme s’il avait tué toute l’humanité. » Cette citation est alors abondamment relayée dans le médias et suscite une approbation unanime.

Or, le coran dit précisément :

« Quiconque tuerait une personne qui elle-même n’a pas tué ni commis de forfaiture (fasâd) sur la terre, c’est comme s’il avait tué les hommes dans leur totalité » (Sourate 5, Verset 35/32) (Sourate abrogée par la suite voir chapitre Abrogation Ndlr Gérard Brazon)

Ainsi que nous allons le voir, la différence entre le texte coranique et la façon dont il est régulièrement cité est tout à fait déterminante.Lire la suite

« Les politiques et les médias ont une écrasante responsabilité » selon Malika Sorel-Sutter

Ancienne du Haut Commissariat à l’Intégration (HCI) avant sa dissolution par François Hollande qui jugeait ses rapports trop politiquement incorrects, Malika Sorel-Sutter vient d’écrire « Décomposition française, comment en est-on arrivé là ? » (Fayard,2015) , suite de ses travaux sur la désintégration de la France par le multiculuralisme. Emission de Radio Notre-Dame.

« Sur la base des personnes signalées, l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT) révèle que 67% des jeunes candidats au djihad sont issus de classes moyennes, 17% sont même issus de catégories socioprofessionnelles supérieures. L’Uclat vient d’éclairer d’une lumière crue la monstruosité des accusations portées contre les Français depuis plus de 30 ans, opération qui n’a de cesse de semer les graines du ressentiment contre la France » malika Sorel-Sutter, Figaro Magazine du 27 novembre 2015.

57 islamistes interdits de travailler à Roissy : Villiers avait raison.

L'enquête de Philippe de Villiers parue en 2006.

L’enquête de Philippe de Villiers parue en 2006.

AFP – 27.11.15

« Soupçonnées de radicalisation, près de soixante personnes se sont vues refuser depuis janvier l’autorisation de travailler à l’aéroport parisien de Roissy, selon les autorités, qui ont décidé depuis les attentats de novembre de réviser l’ensemble des habilitations des personnels. «Depuis le début de l’année, il y a 57 personnes qui ont perdu leur autorisation du fait de radicalisation. Il y en a eu cinq depuis les attentats (du 13 novembre ndlr), il y en a d’autres qui vont venir», a déclaré le préfet délégué pour la sécurité et la sûreté des aéroports de Roissy et du Bourget, Philippe Riffaut.

Ces 57 personnes se sont vu refuser une Lire la suite 

Des livres appelant au djihad toujours en rayon (Le Figaro)

Cliquer pour agrandir.

Cliquer pour agrandir

Lire nos précédents articles, plus complets sur ce scandale ici et ici. interview de Joachim Véliocas ici.

Le Figaro – Publié le 26/11/2015 – édition papier et Figaro Premium

Plusieurs ouvrages prônant la mort des «hérétiques» sont disponibles à la Fnac, qui se défend d’en faire la promotion.

Tandis que les autorités multiplient les annonces sur la lutte contre l’islam radical, des livres appelant au djihad sont toujours vendus en magasin. Après le reportage du Figaro, en juillet 2014, sur la présence, dans les rayonnages de Carrefour et de la Fnac notamment, d’ouvrages prônant la mort des «hérétiques», et alors qu’une pétition demandant leur retrait avait recueilli plus de 17.000 signatures, le ministère de l’Intérieur expliquait ne pas avoir «les moyens juridiques pour interdire de tels livres». «Il y a appel au djihad, mais pas au terrorisme», se justifiait-il à l’époque. «Ça, c’était l’an dernier!, s’exclame Malika Sorel-Sutter, auteur de Décomposition française*. Nos morts ne leur suffisent-ils pas pour agir? À présent, ils savent que djihad = appel aux meurtres des “mécréants”. Ils ne peuvent donc plus cautionner. Et aujourd’hui, la législation permet d’empêcher que ne soient relayés les appels aux meurtres.» Une procédure judiciaire a été lancée en juin 2015 par l’association Avocats sans frontières.Lire la suite

Deux nouvelles mosquées fermées à Gennevilliers et Pontoise

Lu sur Des Dômes et Minarets:

« Deux nouvelles salles de prière viennent d’être fermées sur ordre des autorités ce mercredi 25 novembre. Il s’agit de la mosquée du Port de Gennevilliers déjà perquisitionnée une semaine plutôt. La porte d’entrée du lieu de culte a été scellée et les objets religieux rendus à l’imam selon Le Parisien.

Par ailleurs dans dans le Val d’Oise, à Pontoise, on a apprend que la salle de prière du foyer ADEF a elle aussi, subi une fermeture par arrêté préfectoral. C’était mercredi soir après la prière de l’Îcha. Motif avancé ? Selon l’arrêté, « des fondamentalistes y prient […] Les prêches ne sont pas conformes aux valeurs de la République ».Lire la suite

Il ne s’agit pas de la mosquée Masjid de Pontoise, bien plus grande, à laquelle nous avons consacré un article sur sa radicalité.

La Grande Mosquée de Strasbourg invite le ministre des Affaires islamiques d’Arabie Saoudite

Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, ministre des Affaires islamiques de l'Arabie Saoudite. Proche parent du Grand mufti.

Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, ministre des Affaires islamiques de l’Arabie Saoudite. Proche parent du Grand mufti qui ordonne de détruire les églises.

Alors que tous les dignitaires religieux officiels de l’Arabie Saoudite contemporains comme Ibn Baz, Fâzan, Uteymine, Jaizari, prescrivent outre le jihâd offensif, la peine de mort à l’encontre des apostats, homosexuels, innovateurs, hérétiques, c’est ce wahhabisme officiel qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg gérée par des marocains.  Le Grand mufti d’Arabie Saoudite, également membre de la famille al Sheikh descendant en ligne directe de al-Wahhab (1703-1792),  a déclaré en 2013 qu’il convient de « détruire toutes les églises » de la Péninsule Arabique, s’appuyant sur les propos de Mahomet sur son lit de mort réclamant de chasser les chrétiens de la région.

C’est son cousin, ministre des Affaires islamiques, Saleh bin Abdul-Aziz Al ash-Sheikh, avec qui il travaille de concert, qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg.

La Croix rapportait dans un article du 29 septembre 2013 :

« S’exprimant devant une délégation venue du Koweït, le cheikh Abdul Aziz ibn Abdullah al Sheikh, grand mufti d’Arabie saoudite, a déclaré qu’il « est nécessaire de détruire toutes les églises de la région », rapporte l’agence Fides. Selon lui, l’élimination des églises serait en accord avec la règle séculaire selon laquelle l’islam est la seule religion praticable dans la péninsule arabique.

Le grand mufti d’Arabie saoudite est l’un des plus hauts responsables religieux de ce royaume musulman sunnite. Appartenant au courant rigoriste hanbalite, il est également le chef du Conseil suprême des oulémas (c’est-à-dire des savants musulmans) et du Comité permanent pour la recherche islamique et la fatwa«  source

RTL le 25 octobre 2012 précisa la pensée de Al Sheikh :

« Le mufti d’Arabie saoudite a appelé jeudi à se conformer à la charia (loi coranique), critiquant vivement les partisans d’un Etat civil, prôné face à la montée islamiste dans la foulée du Printemps arabe, à l’occasion du pèlerinage musulman de La Mecque.

« La charia doit être pour la nation islamique la source de législation (…). Elle s’applique à tous les aspects de la vie, en tout lieu et en tout temps« , a lancé cheikh Abdul Aziz Al-Sheikh dans un prêche devant les 2,5 millions de pèlerins réunis sur le Mont Arafat, près de La Mecque, moment fort du hajj.

Il a dénoncé « ceux qui prônent un Etat civil, une minorité qui cherche à asséner un coup à la religion (musulmane) sous des prétextes fallacieux et des slogans erronés ». « Au nom de la liberté, ils prétendent que la religion n’est pas valable, s’opposent à la peine de mort et aux autres peines car elles sont contraires aux droits de l’Homme (…) et prétendent que la nation islamique, si elle applique la charia, se coupe des nations évoluées ». « Ces prétentions désespérées font partie des campagnes menées par les ennemis de l’islam pour transformer la nation islamique, l’éloigner de sa religion et effacer son identité« , a-t-il encore affirmé. »

Rappelons  que c’est Manuel Valls qui inaugura la mosquée en 2012.

Rappelons aussi que la Grande Mosquée de Strasbourg a été financée par des subventions publiques généreuses votées par les élus UMP et PS:

  • 510 000 euros du Conseil général du Bas-Rhin (UMP-LR)
  • 420 000 euros votés par le Conseil régional d’Alsace (UMP-LR) dans un premier temps.
  • 179 951 euros votés dans un deuxième temps par le même conseil régional au printemps 2009 par la majorité UMP.
  • 610 000 euros votés par l’ancien maire UMP de Strasbourg Fabienne Keller.

    détail donné par la grande Mosquée de Strasbourg

    Détail donné par la Grande Mosquée de Strasbourg

Nous avions consacré un chapitre entier sur « La grand mosquée de Strasbourg, ou l’islamisme subventionné » dans notre enquête Ces Maires qui courtisent l’islamisme (éditions Tatamis, 2015).

Voici le scan de l’invitation reçue par les cadres de l’islam en Alsace :

Fréjus: le parquet requiert la démolition de la mosquée

Le Procureur de Draguignan demande 18 mois de prison avec sursis et 150000 euros à l’encontre de l’ancien maire UMP Elie Brun qui a délivré un permis de construire frauduleux. Lire sur France 3.

qviKaQl

AFP- 24 novembre:

« Le procureur de la République de Draguignan (Var) a requis cet après-midi la démolition de la mosquée de Fréjus dont les travaux s’étaient achevés en avril dernier, dont la validité du permis de construire est contestée.Le tribunal rendra son jugement le 26 février à 13h30.

Saisi à la suite d’une plainte déposée en octobre 2013 par la commune de Saint-Raphaël, voisine de celle de Fréjus, le tribunal correctionnel doit statuer sur le caractère frauduleux ou non de l’obtention d’un permis de construire par l’association El Fath, à l’origine de cette construction, et sur la complicité du maire de l’époque, Élie Brun (ex-UMP), dans la délivrance de cette autorisation administrative. »

Les références djihadistes de la mosquée salafiste de Pontoise inaugurée par Philippe Houillon (LR)

Capture d’écran 2015-11-24 à 12.16.21

La charia enseignée à la mosquée de Pontoise : nos révélations issues des manuels programmés et des conférences.

Lors de son inauguration en mai 2004, la première grande mosquée du Val d’Oise reçut un accueil très favorable des autorités républicaines, Le Parisien titrait alors « Concert de louange pour inaugurer la mosquée« . Le quotidien francilien écrivait : « La mosquée de Pontoise, la première de la ville nouvelle, a été inaugurée hier matin dans la partie basse du quartier de Marcouville. Sous les applaudissements de nombreux représentants des communautés musulmane mais aussi chrétienne, dont le curé de Pontoise et le pasteur d’Osny, le député-maire et le sous-préfet de Pontoise, le président de l’association Avicenne et l’imam de la mosquée ont symboliquement dévoilé ensemble la plaque du centre cultuel et culturel. Ouverte depuis novembre 2002, mais achevée depuis peu, cette mosquée de taille moyenne (500 places pour la grande salle de prière, 150 pour les femmes) a apparemment séduit ses hôtes. Au terme d’une visite particulièrement transparente, des salles de soutien scolaire aux parkings, tous ont loué la qualité du bâtiment et son intégration dans la ville. Entre les drapeaux français et européen, Philippe Houillon (UMP) et le sous-préfet Daniel Wojciechowski ont salué l’esprit d’ouverture et de solidarité des responsables du lieu. » (Le Parisien du 05.05.2004)

Dix ans après l’inauguration, le paysage a été bouleversé dans la ville de Pontoise : des centaines d’individus se vétissent de djellabas et arborent une longue barbe pour ne pas ressembler aux koufars (mécréants), les femmes allant à la mosquée sont évidemment toutes voilées, et l’école coranique enseignant l’arabe et la charia aux enfants et adultes est pleine.

Pour connaitre ce qui est enseigné à la mosquée Masjid rien de plus simple, le site internet de la mosquée nous expose le programme scolaire. Le mardi est consacré à l’étude du droit jurisprudentiel islamique, le Fiqh, plus connu sous le nom de charia, recouvrant tous les domaines du droit positif, du droit civil au droit pénal tout en donnant des prescriptions  de comportement afin de suivre « la voie droite », et de propager l’islam par le combat si possible.

Lire la suite